Conditions de travail

17 novembre 2015 12:21; Act: 17.11.2015 14:49 Print

Des salariés sous pression au Luxembourg

LUXEMBOURG - Les salariés déplorent une qualité de vie au travail légèrement plus basse que l'année précédente, selon le «Quality of work Index 2015».

storybild

Certains salariés sont épuisés. (photo: AFP/Natalie Faye)

op Däitsch
Sur ce sujet

Heures supplémentaires non payées, accessibilité en dehors des heures de bureau, travail sous pression ... Les conditions des travailleurs résidents et frontaliers se dégradent selon le «Quality of work Index 2015». Cette étude, menée par l'Université du Luxembourg et présentée par la Chambre des salariés (CSL) mardi matin, note la qualité de travail sur une échelle de 0 à 100. Le score général est passé de 57,5 en 2014 à 57 en 2015. En 2013, date du lancement de l'indice, il était encore à 59. L'étude est menée auprès d'un panel représentatif de 1 500 personnes.

Les heures supplémentaires non payées sont un des facteurs important de cette dégradation. Les hommes dans les métiers de service et de vente explosent le score avec une moyenne de 8,6 heures supplémentaires par semaine. Et plus ce quota d'heures est élevé, plus les salariés ont le sentiment de travailler dans la précipitation. Presque un tiers de tous les répondants indiquent aussi qu'on attend d'eux d'être accessibles en dehors des heures de travail. Ces facteurs provoquent une baisse du nombre de sommeil susceptible de mener au burn-out.

Les femmes et les jeunes plus touchés

Les femmes ont en plus la charge familiale dont elle assume bien souvent la plus grande part. Même si elles sont plus nombreuses que les hommes à travailler à temps partiel, leur indice général de qualité de travail est plus bas, 56,5. Elles disent aussi disposer de moins d'autonomie au travail et se sentent moins considérée. Cela augmente leur taux de présentéisme. Elles sont 25% à déclarer être presque toujours venues travailler quand elles étaient malades.

Mais ceux qui affichent le score le plus bas, moins de 54, sont les jeunes entre 16 et 24 ans. «Ils se sentent moins autonomes, plus souvent victimes de mobbing et déclarent plus souvent ressentir une usure physique», détaille David Büchel, psychologue du travail de la Chambre des salariés. «S'ils ressentent déjà des effets du travail sur leur santé à un aussi jeune âge, cela n'augure rien de bon pour le futur», ajoute-t-il.

(Séverine Goffin/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Jimmy le 18.11.2015 09:00 Report dénoncer ce commentaire

    Concernant les jeunes, oui, ils/elles sont bien exposer directement à toute sorte de mise en scène pour que ceux qui ont le bon fauteuil ne se fasse pas sauter un jour a cause de ses jeunes sortants de l'école et qui en ont des forces à en vendre... Mais un jour le Gouvernement devra faire quelque chose, c'est inévitable! Tant de mise en scène que je pourrais vous raconter.. mais à qui, et est ce que sa servirait concrètement.

  • Rigoberta M. le 17.11.2015 21:39 Report dénoncer ce commentaire

    Il faut dire aussi que beaucoup de gens se sentent stressés pour un rien!

  • En colère. le 17.11.2015 19:03 Report dénoncer ce commentaire

    Certains employeurs sont protégés par leurs statuts.

Les derniers commentaires

  • Droll de Troll le 18.11.2015 21:43 Report dénoncer ce commentaire

    @patron vrai : Je ne comprends pas vraiment! J'ai recherché ce que "patron" veut dire et je suis tombé sur une définition assez bizarre: Un patron est un saint dont on porte le nom ou qui protège un groupe social. Vous êtes quel patron vous? Quel groupe social protégez vous?

    • Le patron le vrai le 19.11.2015 10:23 Report dénoncer ce commentaire

      Il s'agit de la définition des patrons dans le monde des bisounours, mais dans le monde réel.

    • Droll de Troll le 19.11.2015 12:18 Report dénoncer ce commentaire

      Je pense que vous vous êtes trompé! Ne devriez vous pas dire: Il ne s'agit PAS de la définition des patrons dans le monde des bisounours? Oh mince pour un patron dans le monde réel c'est grave, très grave même! On pourrait même douter que vous soyez patron! D'ailleurs dans le monde réel il n'y a pas de patron!

    • Anna Swer le 19.11.2015 16:16 Report dénoncer ce commentaire

      @Droll: Si il y a de bons patrons, ce sont ceux qui sont à l'opposé de lui et qui quand même ont plus de réussite!

    • Kischott le 19.11.2015 18:59 Report dénoncer ce commentaire

      Du calme tout le monde, le patron est un bout de tissu de la manche. Voyez vous? Manche, la Mancha, de la Mancha. Prenez mon pseu et mettez "Don" devant!

  • FreedomWorks le 18.11.2015 13:20 Report dénoncer ce commentaire

    Si déjà le gouvernement baissait la pression fiscale qui revient cette année à travailler pour l'Etat du 1er janvier au 22 septembre! (Etude Deloitte) Il est certain que la pression sur ceux qui fournissent un travail, une plus value, serait nettement inférieure.

  • Raymond le 18.11.2015 12:33 Report dénoncer ce commentaire

    Cet article parle bien de la problématique des employés, et que des employés. C'est évident que les employeurs ont aussi leurs problèmes spécifiques à eux, mais il faudrait un autre article à ce sujet. L'initiative du «Quality of work Index 2015» est une excellente initiative ! C'est très intéressant de lire comment ils ont fait pour arriver à l'Index. Je n'ai qu'une réserve : 1500 personnes d'interrogées, est-ce suffisant et représentant assez ? Sinon, je conseille au Vrai Patron de prendre le site de la CSL, et d'apprendre son contenu par cœur ! Il a tout intérêt , car il est employé aussi !

    • fée clochette le 18.11.2015 15:27 Report dénoncer ce commentaire

      facile à dire, j'étais secrétaire, j'ai tenu près de 10 ans, des patrons qui arrivaient à 10h30 et repartaient à 11h30, et pareil l'après midi, alors que je devais m'occuper de "leur réservation vacances, la scolarité des enfants, l'abonnement aux poubelles de la voire après déménagement...et j'en passe, j'étais secrétaire d'avocats moi, pas bonne à tout faire, j'ai fini par craquer, et maintenant, à 3 ans de la retraite, je me retrouve dans la m****, parce que pour faire valoir le harcèlement moral dans ce pays, faut se lever tôt, même si je suis résidente.. et j'ai pas été interrogée, non!

    • Raymond le 18.11.2015 16:06 Report dénoncer ce commentaire

      @fée clochette : concernant le HM au travail au GDL, aussi longtemps qu'il n'y a pas de loi, la situation pour les victimes de HM présumé est très grave, inacceptable. Rien n'est fait, et honnêtement, je pense que rien ne sera fait. Allez sur les documents de la Chambre des Députés du GDL, et recherchez le Rôle des Affaires 4979 ... Cela dure depuis 2002. Le 27-03-2014 on a repris la proposition de loi - 4979/06 ... RIEN n'a bougé depuis. Lisez-moi, dans mon post suivant ci-après.

    • Raymond le 18.11.2015 16:14 Report dénoncer ce commentaire

      @fée clochette : suite : Dans le Programme Gouvernemental de 2013, lors de l'entrée du nouveau Gouvernement actuel, vous pouvez lire à la page 51 : "Les partenaires sociaux ont signé une convention en date du 25 juin 2009 qui sert notamment en tant qu’outil de sensibilisation et de prévention contre le harcèlement moral sur le lieu de travail. Il a été convenu d’en faire une évaluation après cinq ans, c’est-à-dire en 2014." ... L'année 2015 est presque passée ... RIEN n'a été fait. Il y a de plus en plus de victimes, sans moyens juridiques adaptés pour se défendre. Avec vous en pensées !

  • Vindulux le 18.11.2015 10:59 Report dénoncer ce commentaire

    @Nike : si vous ne passiez pas votre temps à dormir comme une marmotte, vous sauriez que le patron des marmottes peut travailler plus de 100 heures par semaines ou plus de 30 jours consécutifs sans un jour de repos. Et en cas de maladie il peut perdre sa maison et son usine d’emballage.

  • Jimmy le 18.11.2015 09:00 Report dénoncer ce commentaire

    Concernant les jeunes, oui, ils/elles sont bien exposer directement à toute sorte de mise en scène pour que ceux qui ont le bon fauteuil ne se fasse pas sauter un jour a cause de ses jeunes sortants de l'école et qui en ont des forces à en vendre... Mais un jour le Gouvernement devra faire quelque chose, c'est inévitable! Tant de mise en scène que je pourrais vous raconter.. mais à qui, et est ce que sa servirait concrètement.

    • Un jour mon Prince viendra lalalala le 18.11.2015 09:58 Report dénoncer ce commentaire

      "Mais un jour le Gouvernement devra faire quelque chose," certes! Peut-être un jour, quand il y en aura un!