Réforme de la constitution

09 novembre 2012 15:34; Act: 09.11.2012 16:12 Print

Quelle est la «langue du pays» au Luxembourg?

LUXEMBOURG - La commission parlementaire débat actuellement de la langue luxembourgeoise dans la réforme constitutionnelle. Comment le luxembourgeois doit-il être nommé?

storybild

Les députés de la commission parlementaire des Institutions ont retiré la devise de la liste des symboles nationaux. (photo: Jebulon)

Sur ce sujet
Une faute?

La constitution luxembourgeoise doit être changée par un projet de réforme constitutionnelle qui est actuellement discuté par les députés. La commission parlementaire vient tout juste de retenir trois symboles et en supprimer un. La devise «Mir wëlle bleiwen wat mir sin» (nous voulons demeurer ce que nous sommes) a été retirée des symboles nationaux. Seuls restent le drapeau tricolore, l'hymne national et... la langue. Une langue qui pose encore problème dans les textes.

Aujourd'hui, le luxembourgeois est une «langue administrative», au même niveau que l'allemand et le français. Il reste un compromis à trouver, a indiqué RTL vendredi. Selon la radio, le luxembourgeois était mentionné dans la proposition de loi comme «langue nationale» par le Conseil d'État. Une mention que la commission parlementaire n'a pas approuvée, préférant «langue du pays». En effet, selon eux, transformer le luxembourgeois en langue nationale poserait des problèmes juridiques au sein de l'Europe, qui doit traduire tous ses textes dans les langues nationales de ses États membres. De plus, les députés souhaitent que l'importance des deux autres langues soit considérée à juste titre.

Deux ans plus tôt, c'était le drapeau du pays qui avait été longuement en débat. Au final, le pavillon maritime (le Roude Léiw) n'avait pas été retenu, au profit du drapeau tricolore.

(mth/jv/L'essentiel Online)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Commentaires sélectionnés

Je ne comprends pas toute cette discussion. Il ne s'agit pas d'abolir une langue au profit d'une autre et il ne s'agit pas non plus d'obliger les gens à en apprendre une. Il s'agit tout simplement d'un texte qui dit que nous avons ici trois langues. C'est tout! Soyons quand même un peu sérieux! – Athos

Oui c'est un peu vrai tout cela, perte de temps. Le Luxembourgeois sera toujours parlé ici, les étrangers l’apprendront ou non, l'imposer ferait montre d'un profond repli sur soi même. Par contre retirer les symboles n'a pas de sens, ils font partie de l'histoire et sont des repères nationaux qui donne une signification au cheminement national. L'hymne français parle de guerre et de boucherie, et alors, ils le gardent bien. Ne pas savoir d'où on vient, c'est ne pas savoir où on va. – jeryhall

Pour s'affirmer en tant que nation, le Luxembourg a besoin d'une identité propre. Le drapeau tricolore ne marque pas les esprits (beaucoup trop proche de celui des Pays Bas). Le Roude Léiw est selon moi bien plus pertinent et impactant. Reste que, si un pays a une langue, pourquoi devrait t-il atténuer son existence au lieu de la revendiquer comme langue nationale? Le Luxembourg n'est pas une province Franco-Germano-Belge. C'est un pays à part entière! Soyez-en fiers! – Péji.

Les commentaires les plus populaires

  • DON le 09.11.2012 22:53 Report dénoncer ce commentaire

    Mär wölle bleiwen wat mer sin, an ET SOLL ESOU BLEIWEN WEI ET ASS.

  • Daniele Rossini le 10.11.2012 20:47 Report dénoncer ce commentaire

    dierre 10.11.2012 Le Luxembourg, pays fondateur de la Communauté européenne, peut s’enorgueillir d’avoir trois langues officielles, sans les conflits linguistiques que connaît la Belgique, mais il a eu le tort, à mon avis, de ne pas imposer dans le passé le luxembourgeois comme une des langues officielles de l’Union européenne, comme l'ont fait Malte pour le maltais et l'Irlande pour le gaélique. Aujourd'hui ce serait une opération titanesque de traduire en luxembourgeois tout l'acquis communautaire, sans compter les difficultés de trouver l'équivalent en luxembourgeois des termes, concepts et locutions juridiques qui ont fleuri au fil du temps grâce à la jurisprudence de la Cour de justice. J'observe que le Luxembourg a une littérature plus qu’honorable en français et en allemand mais pas en luxembourgeois, ce qui démontre le rayonnement restreint de cette langue (à la différence, par exemple, de l'Islande qui, bien qu'étant aussi un "petit" pays, à une littérature d'une richesse extraordinaire). Je suis d’accord, néanmoins, que les personnes qui ont librement choisi de vivre et de travailler au Luxembourg devraient faire l’effort d’apprendre la langue qui est le ciment de la nation. Je me suis toujours demandé, d’autre part, pourquoi le Luxembourg ne s’est pas opposé à l’appellation d’une province belge du même nom, pour éviter toute confusion mal venue. Le Luxembourg, grand-duché, et le Luxembourg, province belge limitrophe, sont deux entités bien distinctes qui laissent déconcertés ceux qui ne connaissent pas la géographie des deux pays.

  • laurent le 09.11.2012 23:36 Report dénoncer ce commentaire

    une chose est certaine! ce genre de décision augmente la rencoeur des radicalisés envers les étrangers. le Luxembourg est multiculturel et c'est une chance. je n'ai nul problème à savoir que l'on rédige des textes en portugais ou italien pour nos compatriotes vivants ici. respectons nous !

Les derniers commentaires

  • Athos le 12.11.2012 08:31 Report dénoncer ce commentaire

    Je ne comprends pas toute cette discussion. Il ne s'agit pas d'abolir une langue au profit d'une autre et il ne s'agit pas non plus d'obliger les gens à en apprendre une. Il s'agit tout simplement d'un texte qui dit que nous avons ici trois langues. C'est tout! Soyons quand même un peu sérieux!

  • VINDULUX le 11.11.2012 21:44 Report dénoncer ce commentaire

    Il faut choisir une langue officielle. Celle qui est la plus utiliser, la plus comprises par la majorité des résidents et des travailleurs. Cette langue doit pouvoir s'écrire. Elle doit être connue est utiliser dans d'autres pays. Elle doit représenter l'histoire du GDL. Elle ne doit pas occasionner des coûts supplémentaire de traduction de rédactions de création d'une orthographe et d'une grammaire. La seule langue officielle doit être le FRANÇAIS car c'est déjà la langue de la législation du pays. Tous ceux qui parlent le luxembourgeois savent l'utiliser.

    • Plouf le 12.11.2012 08:28 Report dénoncer ce commentaire

      D'après l'analyse que vous avez faite (histoire etc.) la langue de officielle devrait être l'ALLEMAND. 1.Nous étions toujours occupés par des Allemands, des Autrichiens, en d'autres occasions c'étaient des Espagnols aussi. Les Français n'étaient ici que peu de temps comparé aux autres. 2. La majorité des résidents comprennent mieux l'allemand que le français, et aussi ils préfèrent l'allemand au français.

    • Majorité bientôt minorité le 12.11.2012 09:41 Report dénoncer ce commentaire

      Majorité des résidents ? pas pour longtemps ! Car à part les luxembourgeois les autres résidents (portugais, français, belges,...) iraient plutôt vers le français

    • Plouf le 12.11.2012 12:14 Report dénoncer ce commentaire

      Les Russes, Ukrainiens, Serbes, Moldaves, Monténégrains et beaucoup d'autres préfèrent l'allemand.

    • sha stéph le 20.05.2017 21:55 Report dénoncer ce commentaire

      les gens preferent l'allemand car il suffit de traverser la frontière , aller en allemagne et tout le monde vous parle en Allemand. Alors qu'au Luxembourg, quand on veut parler en Luxembourgeois, on nous répond en Francais !!! ou en allemand à Wasserbilig. Le gouvernement devrait imposer plus d'écrit en luxembourgeois dans les espaces publics pour commencer.

  • Daniele Rossini le 10.11.2012 20:47 Report dénoncer ce commentaire

    dierre 10.11.2012 Le Luxembourg, pays fondateur de la Communauté européenne, peut s’enorgueillir d’avoir trois langues officielles, sans les conflits linguistiques que connaît la Belgique, mais il a eu le tort, à mon avis, de ne pas imposer dans le passé le luxembourgeois comme une des langues officielles de l’Union européenne, comme l'ont fait Malte pour le maltais et l'Irlande pour le gaélique. Aujourd'hui ce serait une opération titanesque de traduire en luxembourgeois tout l'acquis communautaire, sans compter les difficultés de trouver l'équivalent en luxembourgeois des termes, concepts et locutions juridiques qui ont fleuri au fil du temps grâce à la jurisprudence de la Cour de justice. J'observe que le Luxembourg a une littérature plus qu’honorable en français et en allemand mais pas en luxembourgeois, ce qui démontre le rayonnement restreint de cette langue (à la différence, par exemple, de l'Islande qui, bien qu'étant aussi un "petit" pays, à une littérature d'une richesse extraordinaire). Je suis d’accord, néanmoins, que les personnes qui ont librement choisi de vivre et de travailler au Luxembourg devraient faire l’effort d’apprendre la langue qui est le ciment de la nation. Je me suis toujours demandé, d’autre part, pourquoi le Luxembourg ne s’est pas opposé à l’appellation d’une province belge du même nom, pour éviter toute confusion mal venue. Le Luxembourg, grand-duché, et le Luxembourg, province belge limitrophe, sont deux entités bien distinctes qui laissent déconcertés ceux qui ne connaissent pas la géographie des deux pays.

    • Cédric le 11.11.2012 13:27 Report dénoncer ce commentaire

      @Danielle : petite précision quant aux 2 "Luxembourg" : quand on parle DU Luxembourg, normalement il va de soi qu'il est question du pays (même si dans un souci de précision, "Grand Duché de..." devrait précéder la dénomination). Quand il s'agit du Luxembourg belge, "province de..." est toujours de mise...et peu utilisé (à mon avis)

  • Le vieux Hyppie le 10.11.2012 19:58 Report dénoncer ce commentaire

    Laissons tout le monde parler ce qu'il veut, laissons les Luxembourgeois parler leur langue car c'est leur bon droit et il s'agit aussi d'un repère national, malgré tout ce que d'autres peuvent dire. Par contre il serait injuste d'imposer cette langue à ceux qui n'en veulent pas. C'est leur bon droit aussi! D'un autre côté que ceux qui ne veulent pas de cette langue, je répète que c'est leur bon droit, s'abstiennent de la critiquer, de la dénigrer et d'agresser moralement ceux qui veulent la pratiquer. Cela ne vous regarde plus, vous n'avez rien à y voir. Love Love Love

  • Jeff Bodé le 10.11.2012 15:24 Report dénoncer ce commentaire

    Au Luxembourg = Luxembourgeois En France = Français En Allemagne = Allemand.... Etc.... Alors ou se trouve le problème? Notre langue nationale est et restera le Luxembourgeois...

    • J.C.J. le 10.11.2012 19:29 Report dénoncer ce commentaire

      en France= 90% de Français, en Allemagne= 90% d'Allemands, au Luxembourg=10% de Luxembourgeois= sans commentaire..........

    • nath le 08.03.2016 11:12 Report dénoncer ce commentaire

      Et en Belgique = le belge !!