Chambre des salariés

11 janvier 2016 19:37; Act: 12.01.2016 10:20 Print

Jean-​​Claude Reding met l'accent sur les réformes

LUXEMBOURG - Le président de la Chambre des salariés à mis en garde le gouvernement sur les réformes actuellement en cours.

storybild

Jean-Claude Reding s'est montré critique vis-à-vis de l'action du gouvernement. (photo: Editpress)

  • par e-mail
Sur ce sujet
op Däitsch

Jean-Claude Reding a fait feu de tout bois lundi soir au moment de présenter les vœux de la Chambre des salariés. Indemnisation des chômeurs, réforme des allocations familiales, imposition des revenus du capital ou encore réforme fiscale, le président de la Chambre des salariés n'a rien épargné au Premier ministre qui assistait, au premier rang, à ce grand déballage.

«La réforme des allocations familiales telle qu'elle est prévue pénalisera toutes les familles avec au moins deux enfants. Quand aujourd'hui un enfant vaut en moyenne 355 euros d'aides, il n'en vaudra plus que 265 euros», a souligné le président de la Chambre des salariés. Jean-Claude Reding s'est aussi lâché sur les conditions de travail. «J'ai été effaré lorsque j'ai découvert le nombre de salariés déclarant être obligés de faire des heures supplémentaires non payées ici au Luxembourg», s'est-il indigné.

Pour réponse, Xavier Bettel a insisté sur l'esprit de solidarité. «Cette année, le gouvernement travaille sur plusieurs projets où la solidarité aura un rôle à jouer. La réforme fiscale, par exemple, qui devra soulager tout le monde: les plus démunis, les classes moyennes et les entreprises». Le Premier ministre s'est en revanche abstenu de répondre aux critiques concernant les allocations familiales ou encore la hausse du salaire social minimum réclamée par la Chambre des salariés.

(Patrick Théry/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

  • Clairvoyant le 11.01.2016 20:32 Report dénoncer ce commentaire

    Il a raison, Jean-Claude. Surtout ne rien changer. Comme tout est cyclique, on finira bien pas revenir où nous sommes actuellement dans 10 ans ou dans 100, Alors à quoi bon réformer pour revenir au même point de toutes façons ? Non mais sérieusement, entre celui-ci, le représentant du syndicat de la fonction publique et leurs homologues dont j'ignore sans doute l'existence, on tourne en rond ici comme ailleurs. Ce qui est dommage, c'est qu'il faut que la situation se détériore jusqu'a un point de non-retour pour qu'on prenne (tente de prendre) des mesures pour échapper à un mal alors installé.

  • Vindulux le 11.01.2016 19:54 Report dénoncer ce commentaire

    Notre salaire social minimum est nettement insuffisant. Mais son augmentation ne doit pas provoquer une hausse en chaine des autres salaires et plafonds, ni ceux des fonctionnaires et il ne doit pas représenter un coût supplémentaire pour les employeurs.

  • Sinécure le 11.01.2016 20:28 Report dénoncer ce commentaire

    Chambre des Salariés, mais qu'est-ce que c'est encore que cette sinécure?

Les derniers commentaires

  • Un témoignage le 12.01.2016 12:18 Report dénoncer ce commentaire

    Dans les secteurs des services financiers et du conseil, de nombreuses entreprises ont intégré dans leurs modèles économiques le fait que les salariés fassent des heures supplémentaires non payées. Nombreuses s'en défendent même en interne mais encourage cette pratique en mettant un système d'objectifs difficile à atteindre. Mais seuls les objectifs atteints permettent d'être valorisé. Non pas des dizaines mais des centaines d'heures supplémentaires non payées sont fait chaque année par des employés.

  • Paul le 12.01.2016 09:17 Report dénoncer ce commentaire

    Les salariés du privé sont obligés de faire des heures supplémentaires non payées pour rester compétitifs avec l’étranger.

  • Clairvoyant le 11.01.2016 20:32 Report dénoncer ce commentaire

    Il a raison, Jean-Claude. Surtout ne rien changer. Comme tout est cyclique, on finira bien pas revenir où nous sommes actuellement dans 10 ans ou dans 100, Alors à quoi bon réformer pour revenir au même point de toutes façons ? Non mais sérieusement, entre celui-ci, le représentant du syndicat de la fonction publique et leurs homologues dont j'ignore sans doute l'existence, on tourne en rond ici comme ailleurs. Ce qui est dommage, c'est qu'il faut que la situation se détériore jusqu'a un point de non-retour pour qu'on prenne (tente de prendre) des mesures pour échapper à un mal alors installé.

  • Sinécure le 11.01.2016 20:28 Report dénoncer ce commentaire

    Chambre des Salariés, mais qu'est-ce que c'est encore que cette sinécure?

  • gibus le 11.01.2016 20:16 Report dénoncer ce commentaire

    les impôts des célibataires.......