Enfance au Luxembourg

10 février 2015 11:55; Act: 10.02.2015 13:19 Print

Une charte de qualité pour les structures d'accueil

LUXEMBOURG - Les crèches, maisons relais, foyers et autres maisons de jeunes seront soumises à des critères de qualité dès la rentrée 2016. Des contrôles seront effectués, qui pourront déboucher sur des sanctions.

storybild

En tout, 1 444 structures disposent d'un agrément du ministère. (AFP)

op Däitsch
Sur ce sujet
Une faute?

En quelques années, l'offre de garde a explosé. Entre 2004 et 2014, le nombre de places auprès des assistants parentaux et dans les services d'éducation et d'accueil (SEA), qui comprennent les maisons relais, les foyers de jour, les crèches et les garderie, a été multiplié par plus de 6, passant de 7 712 à 49 208 places fin 2014. «Ces dernières années, il y a eu une forte croissance du nombre de places. Aujourd'hui, la grande priorité, c'est le développement de la qualité» a expliqué ce mardi le ministre DP de la Jeunesse, Claude Meisch. Il a présenté les amendements du gouvernement au projet de loi sur la jeunesse.

Grande nouveauté: un cadre national de référence sera élaboré, auquel les SEA devront se conformer. «Le cadre servira à chaque structure à élaborer un concept pédagogique» explique le ministre. Sur base du cadre de référence national, chaque structure devra donc élaborer un concept pédagogique qui lui est adapté, et qui devra être bien visible par les parents. «On veut encourager la créativité, le développement cognitif des enfants, en leur offrant des activités auxquelles ils participent» précise Claude Meisch. Ce système d'apprentissage non formel doit notamment compléter l'apprentissage formel, celui de l'école.

Des sanctions prévues

Pour les langues, par exemple, les SEA prépareront au plurilinguisme de la société luxembourgeoise. «Cela ne se fera pas avec des contrôles de compétences, comme à l'école, mais en donnant l'occasion aux enfants qui vont en crèche d'avoir un premier contact avec une langue, pour se familiariser avec cette langue alors qu'ils ont 1, 2 ou 3 ans» illustre le ministre. Le tout permettant au petit de se lancer, plus tard, dans la société luxembourgeoise avec moins de difficultés linguistiques.

Qui dit critère de qualité dit, bien sûr, aussi contrôles. Des agents régionaux pourront aller sur place, dans les structures d'accueil, pour vérifier que la pratique correspond bien avec le concept vendu aux parents et au ministère. S'ils constatent des manquements, et que la structure ne rectifie pas le tir, des sanctions pourront tomber, allant jusqu'à la perte de subventions publiques, voire à la perte de l'agrément.

Les chèques-service recadrés

Le même projet de loi recadre également le chèque-service, qui a coûté un peu plus de 300,3 millions d'euros en 2014. Il ne sera ainsi plus valable pour les activités sportives et culturelles, mais sera, en revanche, accessible aux frontaliers. «On ne veut plus se laisser condamner au niveau européen, comme avec les bourses», justifie Claude Meisch. «Les enfants de frontaliers pourront participer au chèque-service à condition que la structure d'accueil respecte les même règles pour tous les enfants». Pour accéder au chèque-service luxembourgeois, une crèche de l'autre côté de la frontière devra donc se conformer aux mêmes critères que celles du Grand-Duché et «favoriser l'intégration dans la société luxembourgeoise».

Le projet de loi doit entrer en vigueur à la rentrée 2016, aussi bien pour ce qui concerne les critères de qualité des crèches que les chèques-service. Quant à la gratuité des crèches, promise par le gouvernement, on y travaille mais aucune date n'a encore été fixée. «Ce sera en 2016 ou 2017», estime toutefois le ministre.

(Jérôme Wiss)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

  • Claudus le 10.02.2015 12:55 Report dénoncer ce commentaire

    C'est amusant (ou pas) mais dans le monde réel, celui des entreprises, quand on parle d’agrément, de charte qualité pour un produit ou service cela se rapporte bien à ce dernier. La charte qualité pour une quiche par exemple peut porter sur les ingrédients, la fabrication. Si c'est sur le transport on s'en fiche. Ici c'est pareil, les langues, les activités, la créativité,... les parents s'en occupent déjà avec l'école. Les SEA devraient se concentrer sur la garde de qualité, i.e. la sécurité et l'hygiène des enfants au hasard... mais cela fait moins fun vis à vis des enfants...

  • lana le 10.02.2015 12:54 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Biensur ont donne au frontaliers mais vous avez pas votre propre pays qui s appel la France ici ont est chez nous !!!! Vous avez déjà le droit de venir travailler et en plus les allocations aussi maintenant les chèques services !!!! Hello ont est ou la je me pose la question !! Vous n avez qu a habiter au Luxembourg pour bénéficier de tous se la je trouve ça injuste vous nous bomber tous !!!!!

  • Candide le 10.02.2015 23:49 Report dénoncer ce commentaire

    Soyons pratique! Je suggère d'annexer en prenant exemple sur Israël, nos anciens territoires! On remonte jusque Marche-en-Famenne en Belgique et au minimum une partie de la Lorraine! Hop, tout le monde à l'apprentissage du luxeùbourgeois sous peine d'exil et on en parle plus! Et on ajoute quelques ministres, conseillers, fonctionnaires pour gérer tout ça! Il doit bien y avoir du gaz de schiste quelque par à récupérer pour financer tout ça! Et maintenant qu'on a un avion militaire on ne sait où, une 10aine de parachutistes (des fonctionnaires parachutés) et l'affaire est faite! Montrant nos dents!

Les derniers commentaires

  • Vindulux le 11.02.2015 11:56 Report dénoncer ce commentaire

    Vous oubliez qu'à Thionville et dans dans la région frontalière les nord mosellans, parlent notre patois local (le luxo qui n'est que du platt). Mais pour favoriser la réusite scolaire des petits lorrains, ce dialecte n'est plus pratiquer à l'école.

    • Ne rêver pas le 12.02.2015 11:49 Report dénoncer ce commentaire

      Dans la région de Longwy, ils parlent le patois local à savoirt le français et la langue arabe mais pas le luxembourgeois.

  • Patou le 11.02.2015 08:16 Report dénoncer ce commentaire

    Les frontaliers ont vraiment un probleme..... Vous auriez une grande chance(que vous n'avez pas eu) que vos enfants puissent integrer une creche plurilinguiste...et apprendre les langues naturellement et meme si le lux ne lui servira pas plus tard, c,est une ouverture d'esprit pour en apprendre d'autre.... Je suis belge ma femme portugoluxembourgeoise et notre fils de 3 ans commence a jongler le FR, Pt et lux naturelement .... Cela ne me fruste pas! J'admire !

  • lol le 11.02.2015 07:47 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Au fait avec ces nouvelles chartes, il va falloir du personnel qui parle LU forme dans les métiers de la petite enfance et compte tenu des salaires dans les crèches c'est pas gagné !!! Ça devrait être la vrai question

  • Alex le 11.02.2015 01:35 Report dénoncer ce commentaire

    Pas de creches a la francaise

  • Candide le 10.02.2015 23:49 Report dénoncer ce commentaire

    Soyons pratique! Je suggère d'annexer en prenant exemple sur Israël, nos anciens territoires! On remonte jusque Marche-en-Famenne en Belgique et au minimum une partie de la Lorraine! Hop, tout le monde à l'apprentissage du luxeùbourgeois sous peine d'exil et on en parle plus! Et on ajoute quelques ministres, conseillers, fonctionnaires pour gérer tout ça! Il doit bien y avoir du gaz de schiste quelque par à récupérer pour financer tout ça! Et maintenant qu'on a un avion militaire on ne sait où, une 10aine de parachutistes (des fonctionnaires parachutés) et l'affaire est faite! Montrant nos dents!