Villages de conteneurs

15 septembre 2015 13:27; Act: 15.09.2015 16:24 Print

«Il était naturel de participer à l'effort national»

LUXEMBOURG - Trois villages conteneurs vont sortir de terre à Mamer, Diekirch et Steinfort. Un soutien nécessaire selon les bourgmestres concernés.

Voir le diaporama en grand »

op Däitsch
Sur ce sujet
Une faute?

Il y a deux semaines, la ministre de l'Intégration et de la Famille, Corinne Cahen (DP) annonçait son intention de monter des villages de conteneurs afin d'y loger des réfugiés. Restait à convaincre les communes de les accueillir sur leur territoire.

C'est désormais chose faite: le ministre de l'Intérieur, Dan Kersch (LSAP) a contacté trois communes pour leur faire part de son intention d'implanter trois villages conteneurs sur leur sol. Il s'agit de Mamer, Steinfort et Diekirch. Chacune de ces communes va implanter un village de conteneurs qui pourra recevoir quelque 300 réfugiés.

Près de l'École européenne

«Face à une situation exceptionnelle, des drames personnels, la commune de Mamer se devait de prendre ses responsabilités», a indiqué Gilles Roth (CSV), bourgmestre contacté par L'essentiel. Un village de conteneurs devrait être finalisé dans la deuxième partie de l'année 2016. Il sera implanté sur un terrain appartenant à l'État, non loin de l'École européenne.

Le ministre de l'Intérieur a été invité à expliquer le déroulement des opérations au collège échevinal dans les prochains jours avant de lancer la procédure légale de Plan d’occupation des sols (POS). «Il faut bien souligner que ces conteneurs sont des structures d'accueil d'urgence: les réfugiés y seront accueillis le temps d'obtenir ou non le droit de rester au Luxembourg».

Des solutions plus durables à Diekirch

À Diekirch, «il était naturel de participer à l'effort national et de contribuer à aider les personnes réfugiées, comme toutes les communes devraient le faire», a confié le bourgmestre, Claude Haagen (LSAP), à L'essentiel. Outre le village de conteneurs qui devrait être installé près de la caserne sur un terrain appartenant également à l'État, «la commune a également pour projet de chercher des solutions plus durables pour les réfugiés qui désireraient rester plus longtemps à Diekirch, comme ceux dont les enfants seraient scolarisés ici».

«Tendre la main aux réfugiés oui, mais pas dans n'importe quelles conditions», avertit pour sa part Jean-Marie Wirth, bourgmestre CSV de Steinfort. «Quand le ministre Dan Kersch m'a parlé de 300 personnes, je suis resté bouche bée car cela représente beaucoup pour une commune de 5 000 habitants. Il faut donc que l'État prenne en charge un certain nombre de structures comme l'eau et l'électricité», poursuit le bourgmestre. «Il est clair que les personnes qui vont venir ici ne repartiront pas, leur pays étant complètement dévasté, alors il faut penser à leur intégration. C'est pour cela que j'ai demandé à ce qu'un traducteur et un assistant social soient rattachés à la commune et qu'on organise régulièrement des rencontres avec l'OLAI pour suivre les dossiers». Le village de conteneurs devrait être installé derrière le P+R.

En acceptant l'implantation de ces villages, les bourgmestres des communes concernées participent à l'effort déjà engagé par Weilerbach, Differdange (50 à 60 réfugiés syriens seront accueillis au Centre Noppeney), Strassen, Ettelbruck et Luxembourg-Ville qui vont mettre en place trois centres d'accueil.

(Marion Chevrier/L'essentiel)