RESTRUCTURATION

09 juin 2011 17:01; Act: 09.06.2011 18:38 Print

Capellen, centre névralgique de l'OTAN

CAPELLEN - L'Alliance atlantique va réduire fortement le nombre de ses agences et quartiers généraux. Le site de Capellen accueillera l'un des trois principaux centres de commandement.

  • par e-mail

Les ministres de la Défense des 28 pays alliés ont réussi à s'entendre lors d'un dîner mercredi soir, sur les sacrifices - fermetures et transferts - qu'impliquait cette réforme, dont le principe avait été acquis lors du sommet de l'Alliance atlantique à Lisbonne, le 20 novembre dernier.

La réforme était activement soutenue par Washington, Londres et Paris, comme l'a rappelé le secrétaire américain à la Défense, Robert Gates.
Son idée maîtresse est de rendre la structure de commandement de l'OTAN plus «efficace», plus réactive et en même temps moins coûteuse «par ces temps de restrictions des budgets» de la Défense de la plupart des alliés, a souligné jeudi, le secrétaire général de l'Alliance, Anders Fogh Rasmussen.

Réduction du nombre de centres de commandement

Les effectifs du temps de paix des commandements de l'OTAN passeront donc de 13 700 à 8 800, a précisé la ministre espagnole Carme Chacon.
Le nombre d'états-majors et quartiers généraux passera de 11 aujourd'hui à 7, selon les documents diffusés par l'OTAN. De trois quartiers généraux conjoints, on passe à deux, celui de Lisbonne étant fermé, ceux de Brunsum (Pays-Bas) et de Naples (Italie) étant maintenus. Lisbonne récupère en revanche un petit quartier général «high tech», celui d'un corps expéditionnaire maritime rapidement déployable.

À l'échelon des commandements des trois armées (air, mer et terre), leur nombre est divisé par deux: de six à trois, seuls étant préservés ceux de Northwood (Mer), en banlieue de Londres, et Ramstein (Air, Allemagne). Le troisième, le commandement Terre, est lui déménagé de Heidelberg (Allemagne) à Izmir (côte ouest de la Turquie), qui perd en revanche le commandement Air.

Les alliés sont convenus que les 14 agences existantes seront regroupées en trois pôles. Le principal - désormais appelé «agence de soutien technique» (NSA) - sera basé à Capellen (Luxembourg), au siège de ce qui s'appelait jusque là, la NAMSA, l'agence d'entretien et fourniture de l'OTAN. Dans la foulée, les quelque 400 comités autour desquels s'organise l'OTAN devront être ramenés à moins de 100.

(L'essentiel Online/AFP)