Formulaires au Luxembourg

01 mars 2016 11:45; Act: 01.03.2016 14:15 Print

Vers une disparition des «noms de jeune fille»

LUXEMBOURG – La distinction entre «nom» et «nom de jeune fille», qui n'a aucune base légale, est amenée à disparaître dans les formulaires officiels au Luxembourg.

storybild

Lydia Mutsch estime que la distinction nom/nom de jeune fille ne correspond plus aux usages de la société. (photo: Editpress/Isabella Finzi)

  • par e-mail
Sur ce sujet
op Däitsch

Lorsqu’elles remplissent des formulaires administratifs, les femmes sont souvent invitées à choisir entre «nom», «nom de jeune fille» ou encore «nom marital». Mais ces distinctions sont amenées à disparaître, a indiqué mardi la ministre de l’Égalité des chances, Lydia Mutsch (LSAP), en réponse à une question parlementaire de Josée Lorsché (Déi Gréng).

Chaque personne n’a qu’un seul nom officiel, celui qui figure dans le registre de l’état civil, «indépendamment de son sexe et de son statut matrimonial», a rappelé la ministre. Les appellations «nom de jeune fille» ou «nom marital» ne correspondent qu’à «un simple usage non prévu par les textes législatifs», même si une personne peut demander à faire figurer le nom de son conjoint sur sa carte d’identité. Une autorité étatique peut aussi le réclamer si elle en a besoin pour retrouver la trace de quelqu'un.

Lydia Mutsch reconnaît que la distinction entre les termes, qui ne concerne que les femmes, «ne correspond plus aux usages d’une société moderne». La Plateforme interministérielle de réforme et de simplification administrative va ainsi avoir pour mission de recenser d’éventuels formulaires opérant cette distinction. Les administrations concernées seront ensuite «invitées à effectuer les adaptations nécessaires». En 2012, le Grand-Duché avait fait disparaître le terme «mademoiselle» des formulaires administratifs.

(Joseph Gaulier/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

  • Voltaire le 01.03.2016 12:21 Report dénoncer ce commentaire

    Et si dans la foulée on faisait aussi disparaître l'état civil! Cela ne regarde personne, hormis à usage de l'administration, que vous soyez célibataire, marié, veuf ou divorcé! Pourtant cela paraît sur beaucoup de certificats à destination de tiers qui n'ont pas à connaître ces renseignements qui relèvent quand même strictement de la vie privée !

  • medina le 01.03.2016 16:13 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il n'y a ni honte ni fierté à porter le nom de son mari. C'est une coutume tout simplement et personne n'empêchera quiconque de se présenter avec son nom marital si tel est le souhait de la personne concernée. Mais il est logique que votre nom "véritable"soit celui de votre naissance car il est permanent et ne changera pas contrairement à ce qui peut arriver au nom marital, c'est simplement plus facile d'être identifier ainsi et cela diminue le risque d'erreurs. Pour ma part même si je suis mariée depuis 23 ans et fière que mes filles portent le nom de leur père, je tiens beaucoup à mon nom de jeune fille, il reflète mes origines et me rappelle toujours mes parents et ma famille. C'est simplement une part de moi même qui ne changera jamais et m'évoque de beaux souvenirs.

  • Egalité le 01.03.2016 12:20 Report dénoncer ce commentaire

    Très bien! (pourquoi ma femme devrait-elle perdre le nom qu'elle avait à la naissance? C'est ma femme, c'est pas ma subordonnée)

Les derniers commentaires

  • Nomi le 02.03.2016 16:34 Report dénoncer ce commentaire

    Alors qu'on fait l'individualisation des impôts, pourquoi pas garder son nom de naissance jusqu'à la mort !!

  • Tristounette le 02.03.2016 16:19 Report dénoncer ce commentaire

    Nos ministres et parlementaires n'ont ils pas d'autres problèmes à régler ici au Luxembourg ? Sommes nous à ce point obnubilés par notre paraître pour en oublier les vrais problèmes de sociétés? Je porte depuis 32 ans le nom de mon mari accolé au mien, et au vu des problèmes actuels, je me vois très bien le porter encore un peu, cela ne m'empêche pas de vivre! Mais il faut préciser, je ne suis pas féministe, sexiste extrémiste, ni en quête d'identité, donc je peux vivre avec cela si je veux prouver certaines choses, je choisi d'autres moyens!

  • Mamy le 02.03.2016 13:07 Report dénoncer ce commentaire

    Le nom de jeune fille est celui que l'on reçoit à sa naissance c'est son patrimoine - le nom marital est celui que l'on choisi alors pourquoi ne pas mettre l'un et l'autre cote à cote

  • YingYiang le 02.03.2016 08:27 Report dénoncer ce commentaire

    Ajoutez a cela les personnes se mariant dans des pays europeens n'appliquant pas la meme regle et vous creez un bel imbroglio administratif. N'y a t'il pas des choses plus urgentes a regler?

  • qwertz le 02.03.2016 07:49 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @Frontaliero54 : bien dit !