Dons au Luxembourg

02 décembre 2014 17:50; Act: 02.12.2014 22:12 Print

Le mariage princier a servi des bonnes causes

LUXEMBOURG - Le cadeau de mariage de Guillaume et Stéphanie a consisté en des dons pour des œuvres sociales au Grand-Duché. Les 157 810 euros enregistrés ont été répartis.

Voir le diaporama en grand »

Le mariage de Guillaume et Stéphanie, en octobre 2012, avait été l'occasion d'une grande fête populaire.

op Däitsch
Sur ce sujet
Une faute?

Le mariage princier, en octobre 2012, ça a été la fête et une belle cérémonie, mais pas seulement. Les deux jeunes tourtereaux, le Grand-Duc héritier et Stéphanie ont demandé, en guise de cadeau de mariage, des dons pour des œuvres sociales actives au Luxembourg. La Fondation du Grand-Duc et de la Grande-Duchesse a ainsi récolté 157 810 euros, versés sur le compte en banque «Mariage Princier».

Deux ans après, la somme a été réparties entre des actions sociales. S'il a fallu autant de temps, c'est que la Fondation a analysé la situation sur le terrain social au Luxembourg, pour identifier les projets correspondant aux critères déterminés au préalable, qui tiennent à cœur le couple héritier. Ils tenaient à ce que les projets choisis soient des projets qui améliorent la situation des personnes âgées ou isolées vivant dans le pays. Guillaume et Stéphanie voulaient aussi aider des projets dans le domaine de entrepreneuriat social.

Deux tiers de la somme reste à distribuer

Les fonds ont donc commencé à être attribué en 2014. Jusqu'à présent, deux ont pu bénéficier de la manne matrimoniale. «Concerts dans des hôpitaux et des maisons de soins» de la fondation «Écouter pour mieux s'entendre» a permis à des personnes âgées d'écouter du jazz et du classique, joué par des groupes de musiciens, dont certains issus de l'orchestre philharmonique du Luxembourg.

Le projet CONNECT, quant à lui, est un projet pilote de l'Université de Luxembourg. Il vise à développer un outil d'information pour les familles et les professionnels en relation avec des personnes atteintes d'une maladie démentielle. La plate-forme prévue par le projet doit aider les proches des patients à s'informer.

Il reste encore près des deux tiers, soit 100 000 euros de la somme à distribuer. Des projets sociaux œuvrant dans les deux mêmes domaines que les précédents seront donc aidés de la même manière en 2015.