Réforme scolaire

16 avril 2013 13:14; Act: 16.04.2013 23:03 Print

Ce qui va changer pour les lycéens

LUXEMBOURG - La ministre de l'Éducation nationale, Mady Delvaux-Stehres, a présenté ce mardi les grands axes de la réforme du lycée. Le classique passerait à quatre sections.

storybild

Si la réforme est adoptée, quatre sections feront leur apparition en classique. (photo: Editpress)

Sur ce sujet
Une faute?

Si la réforme est adoptée, quatre sections feront leur apparition en classique: lettres et sciences humaines, sciences naturelles, sciences économiques et sociales, et enfin arts plastiques et musique. Dans chaque section, le lycéen devra choisir entre un cours de mathématiques fortes, plus théorique, ou un cours de mathématiques appliquées, plus concret.

Pour ce qui est de l'enseignement général, en 2e le nombre de sections sera élargi à neuf: sciences économiques et gestion, sciences économiques et communication, sciences de l’ingénierie, sciences informatiques, arts et communication visuelle, sciences de la vie, sciences sociales et humaines, formation de l’infirmier, et enfin formation de l’éducateur.

La notation maintenue

La ministre a également annoncé un changement dans la dénomination. La section technique va s'appeler «enseignement général» et le secondaire «enseignement secondaire classique». Enfin, toutes les classes sans exception seront numérotées de la 7e à la 1re. Autre nouveauté, l'apparition du travail personnel encadré en 2e de l'enseignement classique et du général. L'objectif est de développer l'esprit de synthèse et d'organisation des lycéens qui présenteront leur projet à l'oral.

Le tutorat et le parrainage seront renforcés pour tous les lycéens et l'accent sera mis sur l'enseignement des langues. Les élèves du général de la 4e à la 1re devront faire de l'allemand ou du français en niveau très élevé. Enfin, à noter que la notation sur 60 points sera maintenue. Le texte du projet de loi doit être finalisé cette semaine et paraîtra à l'ordre du jour d'un prochain Conseil de gouvernement. Les premiers changements pourraient apparaître à la rentrée 2014 pour les classes de 7e dans un premier temps.

(NS/L'essentiel Online)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

  • Tina le 17.04.2013 06:10 Report dénoncer ce commentaire

    ça me fait de la peine de voir que la Ministre a encore gonflé le statut des "classiques"...les "techniques" ne sont pas considérer comme il faudrait! je trouve qu'à ce niveau là il y a trop de différence! pour le reste aucun commentaire, certaines sont bien d'autres non...

  • Jeanny Hoffmann le 17.04.2013 08:03 Report dénoncer ce commentaire

    Heureusement que la notation reste, pas de notes pas d'ambition, pas de récompense ! Par ailleurs, si l'idée est de créer une école plus facile et plus accessible pour tous, alors il faudrait aussi penser à créer un lycée d'élite comme cela existe déjà dans les autres pays. Si en théorie le professeur doit s'adapter individuellement aux capacités de l'élève, on sait tous très bien que pour la majorité c'est un programme par classe point barre.

  • sheila le 18.04.2013 14:50 Report dénoncer ce commentaire

    Rien a changé tout doit continuer mdrrrrrrr

Les derniers commentaires

  • sheila le 18.04.2013 14:50 Report dénoncer ce commentaire

    Rien a changé tout doit continuer mdrrrrrrr

  • Coeur révélateur le 17.04.2013 12:02 Report dénoncer ce commentaire

    Le problème des entreprises qui fournit du travail est que les jeunes sont mal préparés, qualifiés. Le problème des jeunes est qu'ils n'ont aucune idée que ce qu'implique un travail de 8h, voire une carrière professionnelle. Il choisissent donc par élimination des matières à apprendre et finissent dans une voie sans issue avec des diplômes acquis parce qu'il faut les acquérir mais qui ne leur conviennent guère. Une petite lueur : le lycée public autonome Ermesinde, mais il est à Mersch, loin des centres scolaires.

  • Jeanny Hoffmann le 17.04.2013 08:03 Report dénoncer ce commentaire

    Heureusement que la notation reste, pas de notes pas d'ambition, pas de récompense ! Par ailleurs, si l'idée est de créer une école plus facile et plus accessible pour tous, alors il faudrait aussi penser à créer un lycée d'élite comme cela existe déjà dans les autres pays. Si en théorie le professeur doit s'adapter individuellement aux capacités de l'élève, on sait tous très bien que pour la majorité c'est un programme par classe point barre.

    • Coeur révélateur le 18.04.2013 12:22 Report dénoncer ce commentaire

      au privé comme au public. Par opposition au secondaire moderne qui enseigne l'anglais, il y a le secondaire classique qui enseigne d'abord le latin. Ces classes sont surtout réservés aux enfants de petits juges, avocats, banquiers, politiciens qui constituent une sorte de confrèries pour protéger leurs petits d'enfants ordinaires.

  • Tina le 17.04.2013 06:10 Report dénoncer ce commentaire

    ça me fait de la peine de voir que la Ministre a encore gonflé le statut des "classiques"...les "techniques" ne sont pas considérer comme il faudrait! je trouve qu'à ce niveau là il y a trop de différence! pour le reste aucun commentaire, certaines sont bien d'autres non...

    • Trisha le 17.04.2013 09:13 Report dénoncer ce commentaire

      C'est vrai Tina, la véritable élite se trouve en technique qui deviendra "général"! Pfff!

    • jean-yves LEISEN le 17.04.2013 19:38 Report dénoncer ce commentaire

      je ne comprends dans ce systéme éducatif , scolaire , de travail , de retraite , d'argent , pourquoi à Dudelange au lycée technique , mon fils ne peut pas suivre deux cours d'appui ( deux matiéres ) , alors qu'à Esch , les éléves peuvent suivrent plusieurs cours d'appui ...vraiment !

  • Pierre le 16.04.2013 21:34 Report dénoncer ce commentaire

    Eh oui, pourtant les enseignants ne sont pas écoutés...ils étaient d'accord pour améliorer une bonne école. Et qu'auront-ils? Une proposition pour une former une école médiocre de la part de la ministre. A la bonheur!