Risques de sécheresse

24 avril 2014 17:33; Act: 24.04.2014 17:45 Print

En espérant qu’il pleuve ce week-​​end...

LUXEMBOURG - L’absence de précipitations pourrait devenir problématique si elle s’éternisait. Le niveau des nappes phréatiques est bon mais certains agriculteurs se plaignent.

storybild

Le pays, ici à Schouweiler, est bien trop sec. (photo: Editpress)

Sur ce sujet
Une faute?

Les pluies sont rares en ce printemps. Si rares que les risques de sécheresse sont prégnants de l’autre côté de la frontière, dans le département de la Moselle, en proie à une situation inédite depuis 60 ans. Et dans le pays? Côté pluviométrie, la station de MétéoLux située à l’aéroport a enregistré son cinquième mois de mars le plus sec depuis 1947, année à partir de laquelle ce genre de donnée a été collecté. «Concernant l’hiver, par comparaison avec la période de référence actuelle (1981-2010), il est tombé environ 10% de précipitations en moins par rapport à la moyenne à long terme (226 l/m²)», explique un responsable.

En l’espèce, il n’y a pas lieu de s’inquiéter pour l’état des nappes phréatiques. «L’hiver, avec peu de périodes de gel profond, a été propice à leur recharge», assure-t-on du côté de l’Administration de la gestion de l’eau (AGE). L’approvisionnement en eau potable n’est donc pas menacé, et ce même si le barrage d’Esch-sur-Sûre est loin d’afficher son taux de remplissage maximal. «Le niveau du barrage est baissé mécaniquement pendant l’hiver afin d’éviter tout risque de crue, détaille l’AGE. Il est ensuite remonté en mars-avril. Actuellement il est plus bas que la normale, mais quelques jours de pluie suffiront à rétablir la situation».

Le cas de figure le plus préoccupant concerne donc les paysans, dont certains n’ont plus vu une goutte de pluie depuis de longues semaines. «Et cela pose problème pour les pâturages et les céréales, qui ont besoin d’eau pour pousser et être alimentées», souligne la Chambre d’agriculture. Certaines exploitations ont profité des averses orageuses survenues ces derniers jours pour «refaire le plein», tandis que d’autres se désespèrent de voir le ciel s’assombrir. «On se rapproche de la situation de 2011, indique encore la Chambre d’agriculture, quand le début de l’été avait été particulièrement sec». Mais là on n’est qu’en avril. Autrement dit, vivement qu’il pleuve!

(PT/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

  • vincent soubeyran le 25.04.2014 11:20 Report dénoncer ce commentaire

    il serait temps de s'inquiéter!.. et pourquoi attend-on chaque fois qu'une catastrophe se préfigure pour prendre des mesures, forcément conjoncturelles?.. non ce qu'il faut c'est prendre des mesures de long terme, valables tous les ans, structurelles.. en commençant par instituer un vrai prix de l'eau qui augmente logarithmiquement càd de plus en plus rapidement proportionnellement à la consommation..

  • laura le 25.04.2014 13:46 Report dénoncer ce commentaire

    suite " Clarabelle :s'ils sont riches à péter comme vous le dites ce n'est pas de rien faire. Les biens sont légués de générations en générations, et ce fut le travail de toute une vie. Ils ne cultivent pas et n'èlévent pas dans le but de s'enrichir comme vous dites, car ils recoivent de moins en moins sur leurs récoltes, la viande ! ne faites pas d'un cas une généralité sur les terrains lotissables à vendre, ce n'est pas le cas pour tout le monde, et s'ils en ont je dis tant mieux pour eux, car ils ont eu ces terrains par le fruit de leur travail ! des générations précédentes !

  • Philou le 25.04.2014 09:12 Report dénoncer ce commentaire

    Les personnes qui souffrent du rhume des foins seraient aussi ravies qu'il pleuve, juste le temps de terrasser les pollens.

Les derniers commentaires

  • laura le 25.04.2014 13:46 Report dénoncer ce commentaire

    suite " Clarabelle :s'ils sont riches à péter comme vous le dites ce n'est pas de rien faire. Les biens sont légués de générations en générations, et ce fut le travail de toute une vie. Ils ne cultivent pas et n'èlévent pas dans le but de s'enrichir comme vous dites, car ils recoivent de moins en moins sur leurs récoltes, la viande ! ne faites pas d'un cas une généralité sur les terrains lotissables à vendre, ce n'est pas le cas pour tout le monde, et s'ils en ont je dis tant mieux pour eux, car ils ont eu ces terrains par le fruit de leur travail ! des générations précédentes !

  • citadin le 25.04.2014 12:22 Report dénoncer ce commentaire

    avec toute la pluie qui est tombée ces derniers mois, nos nappes explosent de saturation. Si les paysans avaient vraiement envie de s investir dans leur travail ils auraient déja investi dans un systéme de récupération et stockage d eau. C est plus facile d aller mendier des subsides payés de nos poches.

  • vincent soubeyran le 25.04.2014 11:20 Report dénoncer ce commentaire

    il serait temps de s'inquiéter!.. et pourquoi attend-on chaque fois qu'une catastrophe se préfigure pour prendre des mesures, forcément conjoncturelles?.. non ce qu'il faut c'est prendre des mesures de long terme, valables tous les ans, structurelles.. en commençant par instituer un vrai prix de l'eau qui augmente logarithmiquement càd de plus en plus rapidement proportionnellement à la consommation..

  • Philou le 25.04.2014 09:12 Report dénoncer ce commentaire

    Les personnes qui souffrent du rhume des foins seraient aussi ravies qu'il pleuve, juste le temps de terrasser les pollens.

  • louis le 24.04.2014 18:28 Report dénoncer ce commentaire

    Il pleut , ça ne va pas, il fait beau, ça ne va pas non plus. Jamais contents !

    • Jean le 24.04.2014 20:20 Report dénoncer ce commentaire

      Réfléchissez un peu avant de vous en prendre à une profession qui mérite tout notre respect. S'il ne pleut pas pendant longtemps, cela cause des soucis aux paysans. Ce n'est pourtant pas difficile à comprendre pourquoi.

    • Prune S. le 24.04.2014 20:54 Report dénoncer ce commentaire

      Exactement. mois je suis contente, surtout si je compare avec les pays, en surtout les pauvres, qui supportent des inondations ou bien des sécheresses extrêmes, et on ne se plaînt pas!

    • Technocrate le 24.04.2014 21:18 Report dénoncer ce commentaire

      Les paysans ne sont jamais contents. S'il ne pleut pas, ils peuvent quand-même prendre de l'eau en bouteille, non ?

    • @louis le 25.04.2014 08:29 Report dénoncer ce commentaire

      Je suis d'accord avec vous, ils ne sont jamais content ... Certes on a besoin d'eux (ils méritent tout notre respect car ils nous nourrissent) mais leurs lamentations incessantes pour justifier les augmentation du prix des céréales est vraiment triste. Il pleut : on manque de soleil pour que les céréales puissent grandir. Il pleut pas : c'est sec, les céréales manquent d'eau pour grandir.

    • Red Monde le 25.04.2014 08:43 Report dénoncer ce commentaire

      @Jean : Il faudrait commencer par réfléchir à ne pas détruire notre planète avec nos sales habitudes...et les paysans n'auront plus de problèmes. Seulement on tend vers l'inverse...