Au Luxembourg

17 novembre 2015 09:00; Act: 17.11.2015 15:39 Print

L’escroquerie en tête des infractions financières

LUXEMBOURG - Le commerce électronique génère la plupart des opérations financières douteuses.

storybild

La quasi-totalité des informations sur des opérations douteuses proviennent du secteur financier. (photo: Editpress)

Sur ce sujet
Une faute?

La Cellule de renseignement financier (CRF) a ouvert 7 238 nouveaux dossiers l’an dernier, a-t-elle indiqué lundi dans son rapport annuel. Cela représente une augmentation de 23,42% sur un an. Un chiffre «élevé» dont la fluctuation s’explique par la présence d’opérateurs du commerce électronique au Grand-Duché. En 2014, les deux principaux opérateurs ont ainsi contribué à 66,84% des déclarations d’opérations suspectes, recentre la CRF.

La quasi-totalité des opérations douteuses (99,31%) relèvent du blanchiment de capitaux, le reste du financement du terrorisme. Même marginaux, les dossiers relevant du financement du terrorisme progressent (de 28 dossiers en 2010 à 50 en 2014).

318 personnes concernées au Luxembourg

Les informations proviennent en majorité des professionnels du secteur financier (6 652 déclarations). Des efforts ont été notés chez les experts comptables et les réviseurs d’entreprise, suite à des campagnes de sensibilisation. Les marchands de biens et les agents immobiliers, qui ne font quasiment aucune déclaration, «devraient faire l’objet d’un suivi renforcé».

L’escroquerie et la tentative d’escroquerie, «souvent associées à l’usage de faux en écriture», figurent en tête des infractions. Les 4 992 personnes suspectes résidant pour la plupart dans l’UE, dont 318 au Luxembourg.

(Mathieu Vacon/L'essentiel)