«Science Slam»

03 octobre 2012 07:19; Act: 02.10.2012 20:52 Print

Les chercheurs sur scène

LUXEMBOURG- Le «Science Slam» mêlera spectacles et disciplines universitaires.

storybild

Laura et François ont organisé le «Science Slam» de mercredi. (Photo «L'essentiel»)

Imaginez un exposé de chimie joué comme une pièce de théâtre, une étude de biologie inspirée d'un clip de Metallica. Autant d'exemples dont pourraient se rapprocher les différentes présentations des jeunes chercheurs et doctorants à l'occasion du «Science Slam», mercredi soir, au Casino-Forum d'art contemporain à Luxembourg. «Chaque inscrit disposera de dix minutes pour présenter son domaine d'étude de façon la plus ludique possible», explique François Conrad, organisateur de l'événement.

La soirée sent déjà bon la surprise... même le nombre de participants est encore gardé secret. «Toutes les disciplines sont les bienvenues sur scène. Chacun pourra s'exprimer en français, en anglais, en allemand ou en luxembourgeois», ajoute Laura Lakaff, doctorante en littérature allemande. En organisant cette soirée, l'ASBL LuxDoc, l'association des jeunes chercheurs et doctorants luxembourgeois, compte tordre le cou à une fausse image: «On pense trop souvent que les chercheurs sont ennuyeux. Nous voulons combattre ces clichés en sortant des présentations type Powerpoint», détaille Laura.

Pour cela, les étudiants parient sur l'inventivité des chercheurs et sur la liberté qu'offre le slam, bien que le concept dépasse les contours du genre musical, comme le précise Laura: «Les présentations ne seront pas forcément des poésies. En réalité, nous avons surtout cherché à nous inspirer de l'esprit du mouvement».

  • «Science Slam», mercredi soir, au Casino-Forum d'art contemporain à Luxembourg-Ville, 18 h 45. Prix: 5 euros.

    (Thomas Holzer)

  • Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

    «Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

    Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

    «Comment s’assurer de la validation de mon message?»

    Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

    Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

    Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

    «Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

    Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).