Solidarité au Luxembourg

15 octobre 2015 09:00; Act: 15.10.2015 15:57 Print

SOS Détresse étend ses horaires, pour faire face

LUXEMBOURG - Les horaires de l’association d’écoute sont élargis pour prendre en charge un maximum d'appels. La ligne est joignable pendant 12 heures tous les jours.

storybild

La quarantaine de bénévoles de SOS Détresse sont formés pour l’écoute. Ils répondent aux appels à l’aide de manière anonyme. (photo: L'essentiel)

Sur ce sujet
Une faute?

«Les gens nous disent souvent qu’il est difficile de nous joindre à certains moments de la journée», affirme Marcelle Walch, de SOS Détresse. L’association, fondée en 1975, offre une aide anonyme et discrète aux personnes en détresse ou en crise. Et elle étend désormais ses horaires d’écoute téléphonique. À partir de ce jeudi, elle répond au téléphone de 11h à 23h tous les jours, ainsi que de 23h à 7h, les nuits du vendredi au samedi et du samedi au dimanche.

La quarantaine de bénévoles qui se relaient au sein de l’association, formés en continu à l’écoute, pourront ainsi prendre le temps qu’il faut pour aider encore plus d’appelants qu’auparavant. «Il nous arrive de rester en ligne une heure, quand la personne a besoin de développer un thème», commente Marcelle Walch. L’an dernier, SOS Détresse a répondu à quelque 2 800 appels. Soit six à sept personnes en détresse à aider chaque jour.

L'isolement complet

«Il s’agit souvent de problèmes relationnels de couple ou familiaux. Ou de conflits dont on n’ose pas parler avec un membre de la famille», explique Marcelle Walch. Des interrogations sur soi-même, en raison d’une séparation, un deuil, une vie à réorganiser après un accident de la vie font également partie du quotidien de SOS Détresse.

Tout comme la solitude. «En 2014, nous avons eu presque 500 personnes dans la solitude, l’isolement complet, qui avaient besoin de nous pour savoir comment renouer du relationnel».

Sur Internet www.454545.lu et au téléphone: 45 45 45.

(Jérôme Wiss/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Etienne le 15.10.2015 14:12 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    SOS détresse amitié allo? Appuyez sur le bouton s.v.p.

  • Vindulux le 15.10.2015 11:38 Report dénoncer ce commentaire

    Lorsque les administrations seront aussi à l'écoute des usagés 12 heures par jours, le service public sera enfin au service de la population en détresse face à la puissance des fonctionnaires.

  • Judicieux le 15.10.2015 17:37 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Certains juges contribuent au gâchis de la vie des fois. Et le pire c'est qu'on ne peut rien y faire car on est qu'un citoyen pendant qu'ils sont juges, mes maîtres tout puissants qui décident de détruire une vie. Dans beaucoup de cas, la répression comme elle est écrite, est malhonnête, abusive et surdimensionnée. C'est bien d'avoir SOS détresse. Même si la cause de notre mal vient de la part des tribunaux. C'est fou. Courage à tous dans vos soucis.

Les derniers commentaires

  • Judicieux le 15.10.2015 17:37 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Certains juges contribuent au gâchis de la vie des fois. Et le pire c'est qu'on ne peut rien y faire car on est qu'un citoyen pendant qu'ils sont juges, mes maîtres tout puissants qui décident de détruire une vie. Dans beaucoup de cas, la répression comme elle est écrite, est malhonnête, abusive et surdimensionnée. C'est bien d'avoir SOS détresse. Même si la cause de notre mal vient de la part des tribunaux. C'est fou. Courage à tous dans vos soucis.

    • Hein ?! J'ai bien compris ? le 15.10.2015 21:43 Report dénoncer ce commentaire

      Donc d'après-vous, les gens qui appellent SOS Détresse, c'est à cause "de notre mal vient de la part des tribunaux. ". Pourtant l'article cite cette Madame Marcelle Walch qui dit: "Il s’agit souvent de problèmes relationnels de couple ou familiaux. " Désolé, mais sa version me semble un peu plus plausible que la votre. Dans mon entourage, je n'ai jamais entendu quelqu'un mentionner qui sa misère venait d'un juge. Par contre, problèmes financiers, relationels et drogues .. oui !

  • Etienne le 15.10.2015 14:12 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    SOS détresse amitié allo? Appuyez sur le bouton s.v.p.

  • Vindulux le 15.10.2015 11:38 Report dénoncer ce commentaire

    Lorsque les administrations seront aussi à l'écoute des usagés 12 heures par jours, le service public sera enfin au service de la population en détresse face à la puissance des fonctionnaires.

    • sabrine le 15.10.2015 13:43 Report dénoncer ce commentaire

      et face à la puissance des tribunaux (conflits familiaux), abus de pouvoirs des procureurs aussi!!!! ils ne se mettent pas du tout à la place de l'autre. c'est comme à l'usine, allez hop au suivant, on débarrasse le plancher!