Chantier à Luxembourg

26 février 2016 07:30; Act: 26.02.2016 11:20 Print

Seul au beau milieu du Royal-​​Hamilius

LUXEMBOURG - Au milieu du chantier du Royal-Hamilius il ne reste plus que cet immeuble. Au numéro 49, boulevard Royal, on suit les travaux aux premières loges.

storybild

L’immeuble restant devra se fondre dans le Royal-Hamilius.

op Däitsch
Sur ce sujet

La scène est surréaliste. Et les habitués du boulevard Royal s’interrogent à juste titre. Mais pourquoi ce bâtiment est-il le dernier debout au milieu du chantier du Royal-Hamilius? Sera-t-il détruit un jour? Apparemment non, il faut en effet savoir que l’immeuble situé 49, boulevard Royal, à Luxembourg-Ville, ne fait pas partie du projet Royal-Hamilius! Le bâtiment, qui date des années 70, restera donc en l’état au cœur d’un pâté de maisons hypermoderne.

Pour les occupants, c’est un vrai crève-cœur. Et une perte d’argent conséquente de surcroît. Selon l’avocat du syndic de copropriété, Nicolas Thieltgen, qui s’est confié au Wort, «le bâtiment perd énormément de valeur: on estime à 6 millions d’euros le montant des pertes. Nous parlons ici d’abus de minorité, les deux copropriétaires récalcitrants vont devoir payer les conséquences de leurs actes».

Des détails

En effet, l’origine de cette situation ubuesque remonte à plusieurs années, à l’époque où la ville de Luxembourg menait les tractations avec les différents propriétaires des bâtiments qui ont disparu aujourd’hui sous les coups des pelleteuses.

«Les deux copropriétaires se sont opposés au projet. Ils ont refusé toute négociation. C’était à chaque fois pour des détails», avance encore l’avocat. Le comble de l’ironie dans cette affaire, c’est que les deux propriétaires ne vivent même pas sur place...

(Patrick Théry/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Miles le 26.02.2016 09:55 Report dénoncer ce commentaire

    Dans 50 ans, on va détruire à nouveau le Royal Hamilius pour le remplacer par quelque chose plus moderne, alors que cette maison des années 1970 sera classée patrimoine historique ;-)

  • MoneyM le 26.02.2016 07:51 Report dénoncer ce commentaire

    Des spéculateurs... Mais pas très avisés car ils ont maintenant largement perdu leur argent sur ce coup.

  • Grincheux le 26.02.2016 09:50 Report dénoncer ce commentaire

    Le droit de la propriété est un droit inaliénable. Dans le cas d'une copropriété il suffirait de prevoir un vote majoritaire des autres propriétaires pour pouvoir le vendre ou détruire....il n'y a rien de prévu dans le statut de la copropriété car il protège le droit de la proprité au niveau des titulaires.....les assigner en justice pour perte de la valeur est assz utopique et pas sur que la Cour va condamner les proprios récalcitrants....avec quel motif, eux n'ont pas causé de dommages directement? Nous sommes un Etat de droit....la valeur d'un immeuble est spéculative...le marché

Les derniers commentaires

  • Le trou noir. le 06.03.2016 16:32 Report dénoncer ce commentaire

    Les engins de destruction et les gros camions jaunes travaillent nuit et jour, la spéculation se creuse comme le gros trou sans fond, les banques, les grosses boites de construction, tout le monde creuse.........son trou. Oublier la raison d'une belle architecture, ou sont les nouveaux logements, les réhabilitations, les bureaux et les surfaces de commerces prennent la place des habitants et des travailleurs, la grenouille et le boeuf ont leur place dans cette histoire, gris un jour et gris pour toujours ce centre ville !

  • Marie-Charlotte HALIX le 28.02.2016 19:06 Report dénoncer ce commentaire

    Le commentaire odieux et injurieux d'hier a été retiré, heureusement car les limites étaient dépassées et inquiétantes sur l'état de démence suscité par un article de presse, les lecteurs auront compris le message face à l'auteur de cet article qui ne semble pas savoir contenir ses mots en bouche, un amuse bouche est de rigueur pour l'égaré, la source est la base de la recherche.

  • DIANA 340 le 28.02.2016 18:12 Report dénoncer ce commentaire

    Encore plus de béton immobilier et commercial, mais ou sont passées les bonnes paroles sur l'environnement, le développement de la nature, les parcs et l'air pur pour nos enfants, l'accompagnement de nos anciens dans la ville, curieux programme pour un futur en opposition total et certain avec les aspirations des habitants et des usagers quotidiens du centre ville qui ne demande que la tranquillité, les centres commerciaux existent déjà en périphérie immédiat du centre vile, également en Allemagne, en Belgique et partout à nos frontières, Messieurs les décideurs, révisés vos copies, ici terre.

  • parole humaine le 28.02.2016 16:25 Report dénoncer ce commentaire

    le pragmatisme, la courtoisie, la politesse et l'attention pour les êtres humains ne semblent pas être des valeurs partagées par les procéduriers et spéculateurs déguisés qui se permettent de critiquer sans relâche les deux derniers propriétaires en les harcelant et en les intimidant pour certainement mieux s'accaparer leur deux appartements et s'organiser ensuite derrière leur dos et à leur détriment, quelle époque et quel manque de retenue dans des testes et paroles pleines de haine et de rancoeur sournoise.

    • C'est toujours facile de faire le 28.02.2016 18:31 Report dénoncer ce commentaire

      la morale qu'on est pas touché par l'histoire. Votre discours est très joli mais il me semblait que les 2 derniers propriétaires faisaient de la spéculation au déterment des autres proprios et qu'en plus: ils ne vivaient même pas dans ce bâtiment. Si vous aviez été un des propriétaires lésés, feriez-vous le même discours "humanitaire". Je n'y crois pas une seconde.

    • parole humaine le 28.02.2016 19:16 Report dénoncer ce commentaire

      Le mot spéculation parait être une idée fixe tout au long de la présente lecture, la réalité de l'article est de vouloir 6.000.000 euros aux frais de ses voisins en employant des méthodes proches de certaines heures sombres de l'histoire immobilière moderne. Le testament de LOUIS XVI est en vente dans les bonnes librairies.

  • La croix solaire le 28.02.2016 16:13 Report dénoncer ce commentaire

    le principe de base du Droit et du respect des personnes est le respect de la notion de Propriété Privée, ces deux propriétaires en sont la réalité certaine, à l'opposé le contraire déboucherait sur des méthodes proches d'une dictature comme malheureusement il en existe encore sous certaines latitudes. L'Etat et les responsables de ce projet ont un devoir et une obligation de protection de cet immeuble du 49 bd Royal. Dans une négociation ou dans une transaction financière il est d'usage que les deux parties s'engagent avec un minimum d'honnêteté afin que personne ne soit lésée, à méditer !