Au Luxembourg

12 décembre 2012 07:16; Act: 12.12.2012 10:33 Print

Surendettement: «Beaucoup en ont honte»

LUXEMBOURG - Les députés vont voter cet après-midi l'introduction d'une 3e phase dans la loi du surendettement.

storybild

L'ASBL Inter-Actions s'occupe des cas dans le Sud, la Ligue médicosociale dans le Centre et le Nord.

  • par e-mail

La loi sur le surendettement prévoit deux phases de redressement. Le règlement conventionnel (à l'amiable) devant la Commission des médiations, d'abord. Le dossier est analysé et des moyens de redressement sont proposés. Si cette phase n'aboutit pas, une deuxième, celle du redressement judiciaire, est entamée.

La modification de la loi votée aujourd'hui apporterait un troisième volet: la procédure de faillite civile. «Nos doutes sur son introduction concernent le risque d'exclusion sociale, avec la création d'un répertoire qui fichera toute personne passée par la procédure de surendettement dans le cadre légal», expose Christiane Steffen, de l'ASBL Inter-Actions. «Tout le monde aura accès à cette base de données et il ne faut pas oublier que le surendettement est un tabou au Luxembourg, s'inquiète-t-elle. Beaucoup de personnes ont honte de leur situation».

Du 1er janvier au 10 décembre, l'ASBL Inter-Actions a enregistré quelque 310 appels et 80 nouveaux dossiers, dont sept dans le cadre légal. «Même si, dans le futur, il n'y a que dix faillites civiles par an, ce seront dix vies sauvées», estime Christian Schumacher, du Service d'information et de conseil en matière de surendettement de la Ligue médicosociale. «L'effacement des dettes permettra un vrai nouveau départ».

À la Ligue médicosociale, la modification de la loi est bien vue, «car elle complète l'ancienne». D'ici fin 2012, le Service aura enregistré 353 demandes de rendez-vous et ouvert dix nouveaux dossiers d'endettement.

(Chloé Murat)

  • Fair-play le 13.12.2012 10:24 Report dénoncer ce commentaire

    Désormais ce seront les juges de paix qui pourront prononcer la faillite individuelle, eux qui sont souvent à l'origine des problèmes financiers des gens, qui perdent leur emploi, leur santé, leur famille et qui se font arnaquer par des avocats peu scrupuleux qui les amènent devant leurs collègues-juges avec de fausses promesses.

  • luxman le 12.12.2012 14:00 Report dénoncer ce commentaire

    pourquoi le gouvernement ne crée pas un impôt pour aider toutes ces personnes

    • Kiki le 12.12.2012 15:31 Report dénoncer ce commentaire

      Et aller, encore un impot, et pourquoi faire ?

  • Rosen Léiw le 12.12.2012 11:33 Report dénoncer ce commentaire

    Les grands donneurs de leçons que sont les banques (toutes) et les mafias connexes en tous genres sont les principaux responsables de cette conséquence ! Et ce n'est que le début !!