Au Luxembourg

12 décembre 2012 07:16; Act: 12.12.2012 10:33 Print

Surendettement: «Beaucoup en ont honte»

LUXEMBOURG - Les députés vont voter cet après-midi l'introduction d'une 3e phase dans la loi du surendettement.

storybild

L'ASBL Inter-Actions s'occupe des cas dans le Sud, la Ligue médicosociale dans le Centre et le Nord.

  • par e-mail
Sur ce sujet

La loi sur le surendettement prévoit deux phases de redressement. Le règlement conventionnel (à l'amiable) devant la Commission des médiations, d'abord. Le dossier est analysé et des moyens de redressement sont proposés. Si cette phase n'aboutit pas, une deuxième, celle du redressement judiciaire, est entamée.

La modification de la loi votée aujourd'hui apporterait un troisième volet: la procédure de faillite civile. «Nos doutes sur son introduction concernent le risque d'exclusion sociale, avec la création d'un répertoire qui fichera toute personne passée par la procédure de surendettement dans le cadre légal», expose Christiane Steffen, de l'ASBL Inter-Actions. «Tout le monde aura accès à cette base de données et il ne faut pas oublier que le surendettement est un tabou au Luxembourg, s'inquiète-t-elle. Beaucoup de personnes ont honte de leur situation».

Du 1er janvier au 10 décembre, l'ASBL Inter-Actions a enregistré quelque 310 appels et 80 nouveaux dossiers, dont sept dans le cadre légal. «Même si, dans le futur, il n'y a que dix faillites civiles par an, ce seront dix vies sauvées», estime Christian Schumacher, du Service d'information et de conseil en matière de surendettement de la Ligue médicosociale. «L'effacement des dettes permettra un vrai nouveau départ».

À la Ligue médicosociale, la modification de la loi est bien vue, «car elle complète l'ancienne». D'ici fin 2012, le Service aura enregistré 353 demandes de rendez-vous et ouvert dix nouveaux dossiers d'endettement.

(Chloé Murat)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

  • etienne le 12.12.2012 10:28 Report dénoncer ce commentaire

    Alors finalement pendant que d'autres économisent toute leur vie, d'autres se la coule douce et le jour où rien ne va plus, on efface tout. On favorise la cigale, quoi... A utiliser avec parcimonie!

  • Fair-play le 13.12.2012 10:24 Report dénoncer ce commentaire

    Désormais ce seront les juges de paix qui pourront prononcer la faillite individuelle, eux qui sont souvent à l'origine des problèmes financiers des gens, qui perdent leur emploi, leur santé, leur famille et qui se font arnaquer par des avocats peu scrupuleux qui les amènent devant leurs collègues-juges avec de fausses promesses.

  • Sandra le 12.12.2012 09:31 Report dénoncer ce commentaire

    Ils ont raison d'avoir honte.

Les derniers commentaires

  • Fair-play le 13.12.2012 10:24 Report dénoncer ce commentaire

    Désormais ce seront les juges de paix qui pourront prononcer la faillite individuelle, eux qui sont souvent à l'origine des problèmes financiers des gens, qui perdent leur emploi, leur santé, leur famille et qui se font arnaquer par des avocats peu scrupuleux qui les amènent devant leurs collègues-juges avec de fausses promesses.

  • luxman le 12.12.2012 14:00 Report dénoncer ce commentaire

    pourquoi le gouvernement ne crée pas un impôt pour aider toutes ces personnes

    • Kiki le 12.12.2012 15:31 Report dénoncer ce commentaire

      Et aller, encore un impot, et pourquoi faire ?

  • Rosen Léiw le 12.12.2012 11:33 Report dénoncer ce commentaire

    Les grands donneurs de leçons que sont les banques (toutes) et les mafias connexes en tous genres sont les principaux responsables de cette conséquence ! Et ce n'est que le début !!

  • franci le 12.12.2012 11:30 Report dénoncer ce commentaire

    Je disais, avoir le poste télévision LED dernier cri et j'en passe.La foute n'est pas aux personnes, mais du système, la tendance au beau et tout de suite sans plus faire des économies sans plus attendre qu'on a de l'argent pour se permettre quoi que ça soit.Nos ancêtres attendais d'avoir des épargnes avant de se lancer dans un achat. Pour s'acheter même un manteau en hiver, pour dire,devait épargner. Et j'oublies les Banques.Avant elles ont prêtée sans se poser des questions et aujourd'hui elles veulent rentrer dans leur argent âpres des gaspillages et mauvaises investissements de leur part.

  • franci le 12.12.2012 11:19 Report dénoncer ce commentaire

    C'est quelque chose de vraiment important que d'étudier les dossiers des personnes surendettés mais ça va les aider? même l'effacement des dettes ça va les aider ou ils retomberont dans le piège? C'est peut-être d'un suivi psychologique dont ils ont besoin car, l'apparence au GDL est de rigueur.Se mettre au même niveau des autres,soit moralement que financièrement est devenue au Pays plus important que autre.Avoir une grande maison,deux et même trois voitures,partir en vacances deux ou trois fois par an,s'habiller dans les magasins Armani,Versace etc. avoir le dernier I-Phon,la tablette,