Étudiants luxembourgeois

21 septembre 2015 15:55; Act: 21.09.2015 17:47 Print

Un avenir incertain pour les futurs médecins

LUXEMBOURG - Les étudiants luxembourgeois qui suivent une formation en médecine en Autriche et en Belgique font face à toute une série d'obstacles. Marc Hansen se veut rassurant.

storybild

Les étudiants luxembourgeois en médecine devraient y voir plus clair dans les prochaines années. (photo: AFP)

op Däitsch
Sur ce sujet
Une faute?

Les Luxembourgeois, désireux de suivre des études de médecine à l'étranger, doivent s'attendre à des changements pour la prochaine rentrée académique. «L'Association des étudiants en médecine luxembourgeoise» (ALEM) est particulièrement inquiète pour celles et ceux qui suivent un cursus en Belgique et en Autriche. Marc Hansen (DP), secrétaire d’État à l’Enseignement supérieur, a tenté de clarifier la situation, lundi, lors d'une commission réservée à cet effet.

Un premier problème réside dans un nouveau décret wallon qui prévoit l'introduction d'un examen d'entrée au début de la deuxième année de médecine. Selon ce règlement, les étudiants seront admis à ce test à condition d'avoir effectué leur première année dans une des trois universités francophones du pays (Bruxelles, Louvain-la-Neuve et Liège). Par conséquent, les étudiants en médecine inscrits à l'Université de Luxembourg en première année n'auraient pas la possibilité de suivre leur formation en Belgique dès la rentrée 2016/2017.

Le système autrichien

Contacté par L'essentiel, Marc Hansen a précisé qu'une solution a été trouvé pour les étudiants luxembourgeois. «Le ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Rudy Demotte, qui possède l'Académie royale de Médecine dans ses compétences, m'a promis de travailler sur une dérogation pour les étudiants luxembourgeois», souligne le secrétaire d’État à l’Enseignement supérieur.

Autre problème soulevé: l’arrêté royal belge qui fixe à 30% le nombre maximal d’étudiants non-résidents en Belgique. Ce règlement ne concerna pas les Luxembourgeois qui bénéficieront d'une dérogation. Comme c'est déjà le cas en Autriche depuis 2006, où des tests d'aptitude et un système de quotas sont en place dans les quatre facultés de médecine. Selon le système autrichien, 20% des places disponibles sont réservées à des étudiants originaires des pays de l'Union européenne. Les Luxembourgeois, tout comme les étudiants originaires du Liechtenstein et de la province autonome de Bolzano en Italie, bénéficient d'une dérogation et sont assimilés aux candidats autrichiens.

Quid de la «Luxembourg Medical School»?

À l'avenir, la Commission européenne se chargera de légiférer sur les systèmes de quotas. En Autriche, par exemple, dès 2016, les étudiants luxembourgeois pourraient ne plus bénéficier du système préférentiel. «Mais pour le moment», rassure Marc Hansen, «aucun changement n'est à l'ordre du jour». Pour rappel, la majeure partie des futurs médecins luxembourgeois étudient actuellement en Allemagne (300) et en France (200). En Belgique, ils sont au nombre de 180 et en Autriche, 100.

Pour Martine Hansen, la spécialiste CSV des études supérieures, de nombreuses questions restent en suspens sur cette affaire. D'autant plus que l'étude de faisabilité de la «Luxembourg Medical School (LMS)» ne sera pas disponible avant la fin de l'année 2015. Selon la vice-présidente du CSV, les universités de la Grande Région devraient être impliquées dans ce projet. La mise en place d'une faculté de médecine au Luxembourg devrait être annoncée par le gouvernement au milieu de l'année prochaine.

(jt/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Maman étudiant en médecine le 21.09.2015 21:55 Report dénoncer ce commentaire

    Quel est le problème pour faire sa 1ere année en Belgique et passer son exam comme tous les belges? Au Luxembourg on demande un niveau d allemand plus haut que demandé pour la médecine par les univ allemandes pour éliminer les francophones, français pour éliminer les allemandes, on fait une année ici quand pour contourner car en France 10% réussissent seulement la 1ere année et on s estime opprimés et on veut une Medical School. Ne jouez pas avec la santé, si non, jouez avec la votre et celle de vos enfants Svp.

  • chanel le 22.09.2015 07:36 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C est incroyable qu un pays aussi riche que le Luxembourg ne peut pas offrir une université en médecine à ces élevés c est n importe quoi qu en Belgique ils décident du futur de nos enfants:-((

  • argent on le fait dans les grand pays et le 22.09.2015 10:54 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ici on confond pays riche et pouvoir d achat le Luxembourg peut ouvrir 1 école de médecine mais face à de grand pays elle serait vite rattraper par l évolution de la médecine les grand pays investies des milliards le Luxembourg devrais quoi qu'à arrivé suivre cet pays

Les derniers commentaires

  • argent on le fait dans les grand pays et le 22.09.2015 10:54 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ici on confond pays riche et pouvoir d achat le Luxembourg peut ouvrir 1 école de médecine mais face à de grand pays elle serait vite rattraper par l évolution de la médecine les grand pays investies des milliards le Luxembourg devrais quoi qu'à arrivé suivre cet pays

  • Jimmy le 22.09.2015 09:01 Report dénoncer ce commentaire

    Tant qu'à faire, pourquoi le Luxembourg n'ouvre pas une école de médecine!! Ils en font bien pour tout! Et ils pourraient facilement attirer les meilleurs profs et médecin du monde!!

    • patchwork le 22.09.2015 18:57 Report dénoncer ce commentaire

      Si seulement !

  • Je ne m'en fais pas trop le 22.09.2015 08:55 Report dénoncer ce commentaire

    Ne vous en faites pas, ils trouveront bien une solution pour que nos pauvres futures médecins luxembourgeois roulent en Porsche. En espérant que toutes ces dérogations garantissent quand même la qualité de nos futures médecins. Il y a toujours notre fonction publique pour ceux qui n'y arrivent pas sans mettre en avant leur nationalité.

  • chanel le 22.09.2015 07:36 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C est incroyable qu un pays aussi riche que le Luxembourg ne peut pas offrir une université en médecine à ces élevés c est n importe quoi qu en Belgique ils décident du futur de nos enfants:-((

  • Maman étudiant en médecine le 21.09.2015 21:55 Report dénoncer ce commentaire

    Quel est le problème pour faire sa 1ere année en Belgique et passer son exam comme tous les belges? Au Luxembourg on demande un niveau d allemand plus haut que demandé pour la médecine par les univ allemandes pour éliminer les francophones, français pour éliminer les allemandes, on fait une année ici quand pour contourner car en France 10% réussissent seulement la 1ere année et on s estime opprimés et on veut une Medical School. Ne jouez pas avec la santé, si non, jouez avec la votre et celle de vos enfants Svp.

    • patchwork le 22.09.2015 09:26 Report dénoncer ce commentaire

      @maman étudiant en médecine : oui, il leur faut être roublards déjà à ce stade. Pas engageant du tout.