Dépendances au Luxembourg

03 mars 2016 11:12; Act: 03.03.2016 13:16 Print

Une ASBL pour lutter contre toutes les addictions

LUXEMBOURG - Les acteurs d’action sociale et de santé œuvrant dans les domaines des dépendances se sont regroupés au sein de l’association «Suchtverband Lëtzebuerg ASBL».

storybild

L'ASBL veut accroître la visibilité du travail des acteurs œuvrant dans le domaine des dépendances.

  • par e-mail
op Däitsch
Sur ce sujet

Promouvoir une prise en charge de qualité des personnes en proie à toutes les formes d’addiction et représenter officiellement les associations travaillant dans ce domaine, voilà le but de cette nouvelle ASBL, née mercredi et baptisée «Suchtverband Lëtzebuerg».

Outre d’assurer une meilleure coordination entre les acteurs et d’être un interlocuteur efficace avec les pouvoirs publics, l’association qui s’est fixé pour objectif de faire connaître et reconnaître la nécessité de structures spécifiques de prévention, d’aide, de soins pour les toxicomanes et les personnes souffrant de dépendances.

L’ASBL regroupe des associations telles l’Ama (Alcool médicaments addiction), Anonym Gléckspiller (jeux de hasard ou en ligne) ou encore le Comité national de défense sociale, la Fondation centre de prévention des toxicomanies…

Elle sera présidée par Jean-Nico Pierre, directeur de la Fondation Jugend-an Drogenhëllef.

(MC/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Y a qqn? le 03.03.2016 14:45 Report dénoncer ce commentaire

    Il est temps que le Luxembourg prenne la pleine mesure des ravages des drogues de synthèse auprès des jeunes... Un jeune peut se défoncer tous les week-ends (LSD+cannabis) pour 150 €/mois. Entre argent de poche et un petit boulot, je suis certaine que c'est une somme relativement accessible pour un ado au Luxembourg. Et il existe peu ou pas de structures d'aide ou de désintoxication ici...

Les derniers commentaires

  • Y a qqn? le 03.03.2016 14:45 Report dénoncer ce commentaire

    Il est temps que le Luxembourg prenne la pleine mesure des ravages des drogues de synthèse auprès des jeunes... Un jeune peut se défoncer tous les week-ends (LSD+cannabis) pour 150 €/mois. Entre argent de poche et un petit boulot, je suis certaine que c'est une somme relativement accessible pour un ado au Luxembourg. Et il existe peu ou pas de structures d'aide ou de désintoxication ici...

    • beber le 04.03.2016 09:15 Report dénoncer ce commentaire

      Il y a vraiment URGENCE. Si vous êtes parents observez bien vos enfants, pour ma part j'ai découvert des pratiques dont je n'avais aucune idée. Je suis tombé de haut juste à temps pour 2 de mes enfants.

    • Y a qqn? le 04.03.2016 11:56 Report dénoncer ce commentaire

      @ beber: tout à fait d'accord avec vous! On découvre des choses inimaginables et les ados ont l'art de vous faire accepter cela comme qqch de normal et pas grave. Les choses s'installent petit à petit et vont toujours plus loin: tous les 6 mois, on découvre un cran supplémentaire dans la dépendance... Soyez vraiment vigilants, quitte à passer pour un vieux has-been mais ne laisser RIEN passer, en alerte dès les 1ères situations qui vous semblent anormales.

    • François le 04.03.2016 12:54 Report dénoncer ce commentaire

      @beber. D'accord avec vous mais à condition de le découvrir avant qu'ils n'aient 18 ans sinon ils vous enverront bouler sous prétexte qu'ils sont majeur et qu'ils font ce qu'ils veulent, mon voisin a connut ce cas il y a quelques années il ne s'en est toujours pas remis quand à son fils il fait vraiment pitié à voir maintenant.

    • Y a qqn? le 04.03.2016 16:32 Report dénoncer ce commentaire

      @François. C'est exactement cela et votre témoignage rejoint ce que je disais plus haut: les choses s'installent petit à petit, les parents passent pour des "intolérants" car "tous les jeunes font ça et ce n'est pas grave" (soi-disant) et en tout cas, pas pire que la cigarette ou l'alcool.. Et puis on se retrouve aux 18 ans du gamin, l'addiction est bien présente et on ne peut plus rien faire...!