Nouveaux antibiotiques

27 février 2017 16:54; Act: 27.02.2017 18:00 Print

12 «superbactéries» contre lesquelles il faut lutter

L'OMS a publié lundi une liste de 12 familles de bactéries contre lesquelles elle juge urgent de développer de nouveaux antibiotiques.

storybild

La résistance aux antibiotiques augmente. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

«Cette liste a été établie pour essayer d'orienter et de promouvoir la recherche-développement de nouveaux antibiotiques», explique l'institution des Nations unies, qui veut empêcher la résurgence de maladies infectieuses incurables. Le risque est jugé «critique» pour trois familles de bactéries: les Acinetobacter, les Pseudomonas et les entérobactéries (dont l'E.coli), résistantes y compris aux antibiotiques les plus récents, dits de dernier recours, et à l'origine de la plupart des infections graves en milieu hospitalier.

«La résistance aux antibiotiques augmente et nous épuisons rapidement nos options thérapeutiques. Si on laisse faire le marché, les nouveaux antibiotiques dont nous avons le besoin le plus urgent ne seront pas mis au point à temps», a alerté Marie-Paule Kieny, sous-directrice générale à l'OMS pour les systèmes de santé et l'innovation. L'OMS classe six familles d'agents pathogènes en «priorité élevée», dont le staphylocoque doré, les salmonelles et l'Helicobacter pylori (la bactérie responsable notamment des ulcères de l'estomac), du fait de leur résistance à plusieurs types d'antibiotiques.

Trois autres familles de bactéries sont elles placées en «priorité moyenne»: le pneumocoque, qui peut conduire à des pneumonies et des méningites, l'Haemophilus influenzae, responsable d'infections comme les otites, et les Shigella spp., cause d'infections intestinales telles que la dysenterie. En septembre, une étude britannique affirmait que les bactéries résistantes pourraient «tuer jusqu'à 10 millions de personnes par an d'ici 2050, soit autant que le cancer».

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Résistant le 27.02.2017 19:42 Report dénoncer ce commentaire

    Cela fait plus de 40 ans que l'on ne trouve plus de nouveaux antibiotiques. (et il y a peu de chance d'en trouver un nouveau) Mais si nous devenons antibiorésistant c'est que nous en mangeons tous les jours, dans notre viande et dans l'eau que nous buvons. La solution serait d'interdir l'utilisation des antibiotique dans les élevages. Une vache, un cochon, un canard , qui vit en plein air et mange de l'herbe n'a pas besoin de médoc pour rester en bonne santé.

  • Mea Culpa le 27.02.2017 23:06 Report dénoncer ce commentaire

    Nous allons payer très cher notre façon de pourrir l'agriculture et l'élevage. Rien n'arrêtera l'humain dans cette folle course aux bénéfices. Rien.

Les derniers commentaires

  • Mea Culpa le 27.02.2017 23:06 Report dénoncer ce commentaire

    Nous allons payer très cher notre façon de pourrir l'agriculture et l'élevage. Rien n'arrêtera l'humain dans cette folle course aux bénéfices. Rien.

  • Résistant le 27.02.2017 19:42 Report dénoncer ce commentaire

    Cela fait plus de 40 ans que l'on ne trouve plus de nouveaux antibiotiques. (et il y a peu de chance d'en trouver un nouveau) Mais si nous devenons antibiorésistant c'est que nous en mangeons tous les jours, dans notre viande et dans l'eau que nous buvons. La solution serait d'interdir l'utilisation des antibiotique dans les élevages. Une vache, un cochon, un canard , qui vit en plein air et mange de l'herbe n'a pas besoin de médoc pour rester en bonne santé.

    • ENKA le 28.02.2017 06:10 Report dénoncer ce commentaire

      Absolument d'accord avec résistant.

    • linézolide le 28.02.2017 07:51 Report dénoncer ce commentaire

      D'accord sur le fond, même si on arrive encore a trouver des nouvelle molécule (année 2000 : linézolide) c'est pas la panacée !