Russie

01 avril 2017 13:31; Act: 01.04.2017 13:42 Print

Poutine se réjouit de la fonte de l'Arctique

En visite dans l'Arctique, le président russe a considéré que le changement climatique était irrémédiable et qu'il s'agissait d'une opportunité économique.

Voir le diaporama en grand »

  • par e-mail
Sur ce sujet

Vladimir Poutine a remis en cause la responsabilité de l'homme dans le changement climatique, au moment où Donald Trump promet de prendre position «d'ici fin mai» sur l'accord de Paris sur le climat qu'il a vivement critiqué pendant la campagne présidentielle américaine. «Le réchauffement, il a commencé dans les années 1930», a déclaré M. Poutine, lors d'un Forum sur l'Arctique à Arkhangelsk, dans le grand nord russe, selon des images diffusées par la télévision publique.

«À l'époque, il n'y avait pas encore de tels facteurs anthropologiques comme les émissions (de gaz à effet de serre) mais le réchauffement avait déjà commencé», a-t-il affirmé. Selon le président russe, il est «impossible» d'empêcher le réchauffement climatique qui pourrait être lié notamment selon lui «à des cycles globaux sur Terre». «La question est de s'y adapter», a estimé M. Poutine.

Que vont faire les États-Unis?

Ces déclarations interviennent alors que la Maison-Blanche a annoncé jeudi que Donald Trump prendrait position «d'ici fin mai» sur l'accord de Paris sur le climat, signé fin 2015 par plus de 190 pays, dont les États-Unis. Pendant la campagne électorale, M. Trump avait promis de se retirer de cet accord et de cesser tout paiement «des contribuables américains» aux programmes de l'ONU sur le changement climatique.

Dans un discours au cours duquel il n'a pas mentionné une seule fois la question du changement climatique, Donald Trump a lancé mardi l'offensive contre les initiatives de son prédécesseur démocrate Barack Obama sur ce thème et promis un renouveau de l'industrie du charbon. Les États-Unis sont le deuxième plus gros émetteur de gaz à effet de serre derrière la Chine.

Vladimir Poutine, qui s'était rendu mercredi sur l'Archipel François-Joseph, dans l'Arctique russe, a fait par ailleurs l'éloge du réchauffement climatique, relevant que la fonte des glaces facilitait notamment la navigation dans cette région, ainsi que son «exploitation à des fins économiques», tout comme l'extraction des ressources naturelles. Son homologue finlandais Sauli Niinisto, également participant au forum, a qualifié au contraire le changement climatique de «menace grave» pour l'Arctique.

(L'essentiel/afp)