Conflit en Syrie

12 juillet 2018 22:41; Act: 13.07.2018 15:48 Print

Le régime syrien a repris la ville de Deraa

Les forces restées fidèles à Bachar el-Assad ont annoncé leur victoire à Deraa, une ville considérée comme le berceau de la révolte lancée en 2011. Mais la tension reste vive.

storybild

Les combats ont été violents à Deraa. (photo: AFP/str)

Sur ce sujet
Une faute?

L'armée syrienne a hissé jeudi le drapeau national dans le secteur rebelle de la ville de Deraa, berceau de la révolte contre Bachar el-Assad en 2011, un geste symbolique illustrant la nouvelle victoire engrangée par le régime et son allié russe. Un convoi de policiers militaires russes et d'officiers du régime syrien, accompagnés de journalistes, sont entrés dans le centre de Deraa, chef-lieu de la province du même nom, pour la cérémonie.

Une nouvelle fois, le président syrien a eu recours à une stratégie alliant bombardements meurtriers et négociations parrainées par Moscou. Près de trois semaines après l'offensive, les factions insurgées ont été contraintes d'accepter un accord dit «de réconciliation», qui s'apparente en réalité à une capitulation. Cet accord impose aux rebelles l'abandon de leur artillerie lourde et moyenne. Il prévoit aussi le retour des institutions étatiques dans les secteurs insurgés et le départ des combattants refusant de rester sous contrôle du régime vers la province d'Idleb, qui échappe encore en grande partie aux forces d'Assad.

Le régime contrôle 60% du pays

Le drapeau a été hissé, mais le geste est pour l'instant «symbolique» a estimé l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), en précisant que les procédures prévues par l'accord n'ont pas encore été entamées. «Les factions rebelles sont encore dans la ville de Deraa, celles qui veulent la réconciliation doivent encore abandonner leur artillerie, les procédures n'ont pas encore commencé», a déclaré le directeur de l'ONG, Rami Abdel Rahmane.

Grâce au soutien militaire de ses alliés russe et iranien, Damas contrôle désormais plus de 60% du pays, ravagé depuis 2011 par une guerre qui a fait plus de 350 000 morts et des millions d'exilés. Située à une centaine de kilomètres de la capitale, la perte de Deraa est d'autant plus symbolique que la ville est considérée comme le berceau des manifestations anti-Assad de 2011.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • rené sance le 12.07.2018 23:27 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La Syrie, un pays ravagé par les régimes occidentaux, s’est relevé grâce à la Russie et à l’Iran. Cette fois le complot n’a pas fonctionné

  • torolkozo le 13.07.2018 02:50 Report dénoncer ce commentaire

    Depuis bien longtemps la Syrie n'est plus qu'un champ de ruines et rien ne dit que V.V.Poutine lâchera autant de milliards pour le peuple syrien et la reconstruction du pays après la guerre que pour les bombardements maintenant, l'Europe va encore payer les conséquences mais il peut bien accueillir des réfugiés en Crimée occupée non?

Les derniers commentaires

  • torolkozo le 13.07.2018 02:50 Report dénoncer ce commentaire

    Depuis bien longtemps la Syrie n'est plus qu'un champ de ruines et rien ne dit que V.V.Poutine lâchera autant de milliards pour le peuple syrien et la reconstruction du pays après la guerre que pour les bombardements maintenant, l'Europe va encore payer les conséquences mais il peut bien accueillir des réfugiés en Crimée occupée non?

    • Luussert le 13.07.2018 10:36 Report dénoncer ce commentaire

      Hey Torolkozo, réveillez vous!!! Nous sommes en 2018 et la Crimée n'est plus occupée depuis quatre ans déjà! Elle était occupée de 1957 jusqu'à 2014. Je vous explique: En 1957 un dictateur soviétique a fait cadeau de la Crimée à l'Ukraine sans demander l'avis des gens! En 2014, suite à la révolution ukrainienne contre un président corrompu, la Crimée en a profité pour revenir dans le berceau de la Russie! Les Criméens ne se sont jamais sentis ukrainiens: Et les Tatars? Ben eux se fichent que ce soit russe ou ukrainien car ils détestent les deux. Ils veulent être attachés à la Turquie.

    • Glenn U. le 13.07.2018 12:24 Report dénoncer ce commentaire

      @torolkozo! Alors là vous qui savez tout me surprenez! D'après le haut commissariat aux réfugiés de l'ONU, la Russie est le pays qui a pris chez lui le plus de réfugiés de tous les pays au monde en chiffres absolus. En prenant en compte la grandeur du pays et sa population elle reste quand même 3ème après le Liban et la Jordanie. Et il faut qu'un "Russian-hater" vous dise ça en plus!

    • Wayi le 13.07.2018 12:52 Report dénoncer ce commentaire

      Pourquoi est ce à Poutine de payer? Il a participé et il devrait payer aussi, mais pas seul! L'Iran, la France, l'Angleterre, les USA, le Canada, le Danmark et l'Australie y ont fait des dégâts autant que la Russie

  • rené sance le 12.07.2018 23:27 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La Syrie, un pays ravagé par les régimes occidentaux, s’est relevé grâce à la Russie et à l’Iran. Cette fois le complot n’a pas fonctionné