Etats-Unis

11 septembre 2017 20:10; Act: 11.09.2017 20:13 Print

L'«énorme erreur» que Bannon reproche à Trump

L'ex-conseiller du président était opposé au licenciement de James Comey, directeur du FBI. Dans l'émission «60 Minutes», il revient sur cet épisode.

Sur ce sujet
Une faute?

Steve Bannon estime que le président des Etats-Unis a commis «la plus grande erreur dans l'histoire de la politique moderne» en virant le directeur du FBI, James Comey. Dans l'émission «60 Minutes» diffusée dimanche soir sur CBS, l'ex-conseiller controversé de Donald Trump a confirmé avoir été opposé à cette décision, écrit le «Washington Post». A l'époque, le FBI cherchait à déterminer si la Russie avait influencé la campagne présidentielle en faveur de Donald Trump.

Fou de rage, le «commander in chief» avait alors pris la décision de limoger James Comey, contre l'avis de Steve Bannon. «Tu ne peux pas virer le FBI», aurait-il lancé à son vieil ami. Face au journaliste Charlie Rose, l'ex-conseiller de Trump est revenu sur cette affaire: «Le FBI est une institution. Le président de la Chambre des représentants est une institution. Le leader de la majorité au Sénat est une institution. Le département de la Justice est une institution. Ils ont une logique institutionnelle dans leur manière de procéder et dans ce qu'ils vont faire. Et vous ne pouvez pas vous faire piéger individuellement», a-t-il expliqué.

«Quelqu'un m'a dit que vous aviez décrit le limogeage de James Comey comme la plus grosse erreur dans l'histoire de la politique», a demandé Charlie Rose à Steve Bannon. «C'est peut-être trop explosif même pour moi, mais peut-être dans l'histoire de la politique «moderne», a rectifié l'homme de 63 ans.

«Je suis un combattant des rues»

Durant cette interview, Bannon a affirmé qu'il continuerait à «protéger» le président américain de ses «ennemis» et a attaqué la hiérarchie catholique qui serait favorable à l'immigration par «intérêt économique». Proche de l'«alt-right», mouvance d'extrême droite américaine, Steve Bannon occupait jusqu'à mi-août le poste de conseiller stratégique au sein d'une Maison-Blanche agitée par de profondes divisions.

Il avait rejoint l'équipe de campagne du milliardaire en août 2016, inspirant au candidat républicain de nombreux positionnements nationalistes et anti-establishment. «Je suis un combattant des rues (....) Je suis un combattant, et c'est pour cela que Donald Trump et moi on s'entend si bien».

«Je vais être son soutien de l'extérieur en permanence, pour le protéger, notre but est de le soutenir pour s'assurer que ses ennemis sachent qu'ils n'auront pas une cible facile», ajoute l'ancien banquier d'affaires, redevenu président exécutif de Breitbart News, site d'information proche de l'extrême droite, après son éviction. Il prend pour exemple la polémique provoquée par les déclarations de M. Trump après les violences lors d'un rassemblement à Charlottesville, qui ont fait un mort. Le président avait affirmé que les torts se trouvaient des deux côtés, renvoyant dos à dos suprémacistes blancs et contre-manifestants.

«Les évêques ont été très mauvais»

«Je suis le seul qui ait parlé et tenté de le défendre. Quand vous vous alliez à quelqu'un, vous restez à ses côtés», assure Steve Bannon. «Si vous êtes faible, il faut démissionner», dit-il en désignant notamment Gary Cohn, conseiller économique en chef de M. Trump, qui avait exprimé son «désarroi» après Charlottesville. L'ex-conseiller se désolidarise également des organisateurs du rassemblement, assurant qu'il n'y a «pas de place dans la politique américaine» pour «les néo-nazis, les néo-confédérés et le (Ku Klux) Klan».

M. Bannon s'en prend aussi aux responsables de l'Eglise catholique américaine, qui a dénoncé l'abrogation par Donald Trump du programme «Daca», une initiative de son prédécesseur Barack Obama qui a permis de donner un statut légal temporaire à près de 800 000 jeunes venus enfants avec leurs parents, en grande majorité du Mexique.

«Les évêques ont été très mauvais», estime-t-il, expliquant qu'ils avaient «besoin des immigrés clandestins pour remplir leurs églises». Selon lui, les représentants catholiques «ont un intérêt économique dans une immigration illimitée, une immigration illégale illimitée». «Je respecte le pape, les cardinaux et les évêques sur la doctrine, mais il s'agit là de la souveraineté d'une nation et, sur cette question, ce sont simplement des gens avec une opinion».

(L'essentiel/joc/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Opinion le 12.09.2017 11:02 Report dénoncer ce commentaire

    Il faut regarder les "documentaires" de SB, il est complètement à l'ouest (en résumé il y a des conspirations partout et il n'y a pas de preuves parce que les conspirateurs les ont caché), mais si même pour lui virer le directeur du FBI va trop loin il y a de quoi s'inquiéter vraiment.

Les derniers commentaires

  • Opinion le 12.09.2017 11:02 Report dénoncer ce commentaire

    Il faut regarder les "documentaires" de SB, il est complètement à l'ouest (en résumé il y a des conspirations partout et il n'y a pas de preuves parce que les conspirateurs les ont caché), mais si même pour lui virer le directeur du FBI va trop loin il y a de quoi s'inquiéter vraiment.

    • LiNh le 12.09.2017 12:37 Report dénoncer ce commentaire

      Pour le nommer en tant que conseiller il y a aussi de quoi s'inquiéter.... et dire que certains ici n'y voient rien à redire.....