Russie

17 janvier 2018 15:35; Act: 17.01.2018 15:39 Print

Navalny: «Poutine veut devenir empereur à vie»

Alexeï Navalny, qui a été écarté de la campagne présidentielle, attaque le président russe qui brigue un quatrième mandat.

Sur ce sujet

Dans une interview mercredi, l'opposant numéro un au Kremlin Alexeï Navalny, déclaré inéligible à la présidentielle de mars, prétend que Vladimir Poutine veut devenir «empereur à vie». Il entend convaincre les Russes qu'il n'est pas possible de reconnaître ce scrutin. Le juriste de 41 ans, qui s'est fait un nom en dénonçant la corruption des élites russes, a reçu l'AFP dans son siège de campagne dans un immeuble au sud de Moscou.

«Ces élections ne sont pas des élections et mon rôle va maintenant consister à expliquer que cette procédure, qu'ils qualifient d'élections, consiste de fait à renommer Poutine», a-t-il assuré. «Nous allons prouver et convaincre les gens qu'il n'est possible de reconnaître ni ces élections, ni ce pouvoir».

Donné archi-favori

La Commission électorale russe a rejeté fin décembre la candidature d'Alexeï Navalny, invoquant une condamnation pour détournement de fonds qui vise, selon lui, à l'éloigner de la politique. L'opposant a appelé ses partisans à boycotter le scrutin et à manifester dans toute la Russie le 28 janvier prochain.

«Poutine veut être empereur à vie. Son entourage, composé de milliardaires et de gens parmi les plus riches au monde, veut la même chose», a-t-il encore affirmé. «Il n'y a actuellement pas de vraies élections et nous exigeons qu'on nous les rende. Une fois que ce sera fait, nous sommes prêts à les gagner», a dit M. Navalny.

Vladimir Poutine «a peur de moi, peur des gens que je représente», a encore martelé l'opposant ces derniers mois, allant jusqu'à affirmer avoir «créé le plus important mouvement politique de masse de l'histoire récente de la Russie avec plus de 200 000 volontaires».

Reste qu'à deux mois de l'élection présidentielle, Vladimir Poutine est donné archi-favori et, sauf coup de théâtre, l'actuel président devrait obtenir un quatrième mandat.

(L'essentiel/nxp/ats)