Hong-Kong

09 décembre 2018 16:49; Act: 09.12.2018 17:28 Print

L'agression sexuelle d'un pilote sur une hôtesse

Beaucoup d'hôtesses de l'air évoquent des cas de harcèlement de la part de passagers ou de collègues. Celles de Hong Kong s'organisent pour un changement des comportements.

storybild

Venus Fung a elle-même été victime de harcèlement.

Sur ce sujet
Une faute?

Fraîches, souriantes, imperturbables... Les compagnies aériennes continuent de véhiculer une image sans aspérité de leurs hôtesses de l'air. Dans la réalité, certaines à Hong Kong sont de plus en plus incisives pour dénoncer un secteur aérien sexiste, miné par le harcèlement sexuel et très à la traîne de la déferlante #MeToo.

Beaucoup d'hôtesses interrogées par l'AFP évoquent des cas de harcèlement de la part de passagers ou de collègues, et des supérieurs hiérarchiques et transporteurs ayant une fâcheuse tendance à esquiver le problème.

«J'étais vraiment en colère»

Présidente du Syndicat des personnels de cabine de Hong Kong, Venus Fung, 29 ans, milite pour que les compagnies proposent des formations aux hôtesses, afin qu'elles apprennent à mieux faire face au harcèlement.

Cette jeune femme basée à Hong Kong, employée par une compagnie européenne, raconte qu'il y a deux ans, quand elle a débuté dans l'entreprise, un pilote l'a attrapée et lui a touché les seins, la taille et les fesses en faisant des commentaires sur son physique.

«J'étais vraiment en colère mais surtout, j'ai paniqué, j'avais peur. Mon cerveau s'est arrêté de fonctionner, je n'avais aucune idée de comment réagir», raconte-t-elle. Témoin de la scène, la cheffe de cabine n'est pas intervenue et s'est bornée à dire qu'elle ferait un rapport sur le fait que la jupe de l'hôtesse était «trop serrée», se scandalise Mme Fung, qui, pendant plus d'un an, n'a plus porté que des pantalons.

Hôtesses en bikini

Si elle s'attache à former ses collègues à la façon de dénoncer des faits de harcèlement ou d'appeler à l'aide, elle affirme que le problème ne se règlera pas sans un changement en profondeur des mentalités dans une société très conservatrice.

«Avec son uniforme, ses talons et son maquillage, une hôtesse de l'air a l'air super apprêtée. Il y a beaucoup de fantasmes sur cette profession et c'est dur de changer les perceptions mais cela ne doit en aucun cas être une excuse pour les mauvais comportements», explique Mme Fung. «L'éducation est cruciale pour changer les attitudes. Cela ne se fera pas du jour au lendemain.» La compagnie aérienne, dont elle a souhaité taire le nom pour éviter d'éventuels retours de bâton, n'a pas répondu aux demandes d'interview de l'AFP.

(L'essentiel/afp)