Coronavirus/Japon

10 février 2020 07:24; Act: 10.02.2020 09:55 Print

130 passagers de la croisière ont le virus

Désormais, ce sont 130 personnes qui ont contracté le coronavirus sur le navire de croisière à l'arrêt au large de Yokohama, au Japon.

storybild

60 malades supplémentaires, ce qui porte aux alentours de 130 le total d'individus contaminés sur ce navire de croisière désormais en quarantaine. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Environ 60 personnes de plus parmi les passagers et personnels à bord du paquebot Diamond Princess au large de Yokohama (près de Tokyo) ont été testées positives au nouveau coronavirus d'origine chinoise, ont indiqué lundi, les médias japonais. Ce nombre supplémentaire porte aux alentours de 130 le total d'individus contaminés sur ce navire de croisière désormais en quarantaine. Ce somptueux bâtiment était arrivé il y a une semaine au port de Yokohama, au sud-ouest de Tokyo, transportant quelque 3 700 passagers et membres d'équipage.

Avant que ne soient connus les soixante nouveaux cas, une centaine des passagers et membres d'équipage avaient déjà été hospitalisés, les quelque 3 600 autres, essentiellement des personnes âgées de diverses nationalités, étant toujours en quarantaine à bord. Cette période de mise à l'écart pourrait durer jusqu'au 19 février. Les tests avaient été initialement limités aux personnes présentant des symptômes ou étant entrées en contact avec un passager débarqué précédemment à Hong Kong et qui s'était révélé porteur du virus.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Henck le 10.02.2020 07:51 Report dénoncer ce commentaire

    Et cela ne va pas s améliorer si ont laisse ces gens ensemble sur le bateau !

  • Stubbin le 10.02.2020 10:58 Report dénoncer ce commentaire

    La croisière ça m'use...

  • cerise le 10.02.2020 12:31 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pourquoi on dit en quatantaine et ils restent 15 jours

Les derniers commentaires

  • cerise le 10.02.2020 12:32 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Haha rigolo l humour

  • cerise le 10.02.2020 12:31 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pourquoi on dit en quatantaine et ils restent 15 jours

    • @Cerise le 10.02.2020 15:01 Report dénoncer ce commentaire

      C'est un abus de langage, on devrait dire "confinement".

    • Quidam le 12.02.2020 13:12 Report dénoncer ce commentaire

      Je crois qu'à Moyen-âge, c'était utilisé pour la peste bubonique. Ils passaient les malades par dessus bord pour pouvoir débarquer au port et échapper au foyer de la maladie ni vu ni connu. D'où les mesures de quarantaine pour protéger le port. On considèrait qu'après 40 jours, les maladies éventuelles se seraient manifestées et s'il n'y avaient aucun nouveau cas, c'est qu'il n'y avait pas de foyer de maladie à bord.

  • Sanampao le 10.02.2020 11:06 Report dénoncer ce commentaire

    130 personnes sur 3700 soit un ratio de 1 sur 28 personnes cela nous fait par extrapolation +- 392.000 personnes rien que sur Wuhan et ses 11 millions d'habitants . je divise par 2 pour le confinement sur le bateau et on en est a presque 200.000 personnes , bref le chiffres de 40.000 personnes malades est il fiable ???

  • Stubbin le 10.02.2020 10:58 Report dénoncer ce commentaire

    La croisière ça m'use...

  • Eddy SG le 10.02.2020 09:42 Report dénoncer ce commentaire

    Une quarantaine c'est une quarantaine, et pas une formule virus à la carte.