Internet

21 juin 2017 11:29; Act: 21.06.2017 16:25 Print

Les «fake news» viennent surtout de Russie

Les informations erronées diffusées en ligne pour manipuler l'opinion publique dans le monde entier viennent surtout de Russie, selon une étude britannique.

storybild

Une étude de l'Université d'Oxford s'est penchée sur l'utilisation des «bots» sur les réseaux sociaux pour influencer la politique dans neuf pays: le Brésil, le Canada, la Chine, l'Allemagne, la Pologne, Taïwan, la Russie, l'Ukraine et les États-Unis. (Photo d'archives)

Sur ce sujet

Une vague de «propagande» numérique, venant essentiellement de Russie via des programmes informatiques autonomes («bots»), diffuse des informations erronées pour manipuler l'opinion publique dans le monde entier. Telle est la conclusion d'une étude britannique. Présentée à Washington, cette étude de l'Université d'Oxford porte sur l'utilisation des «bots» sur les réseaux sociaux pour influencer la politique dans neuf pays: le Brésil, le Canada, la Chine, l'Allemagne, la Pologne, Taïwan, la Russie, l'Ukraine et les États-Unis.

«La propagande par ordinateur est l'un des nouveaux outils les plus puissants contre la démocratie», écrivent les directeurs de l'étude, Philip Howard et Samuel Woolley. Les scientifiques notent que les traces de ces offensives proviennent principalement de Russie, mais aussi de Chine ou même des pays visés par cette propagande.

«Semer la confusion»

«Il y a un immeuble à Saint-Pétersbourg (en Russie) avec des centaines d'employés et des millions de dollars de budget dont la mission est de manipuler l'opinion publique», dans un certain nombre de pays, a détaillé Philip Howard, mardi, lors d'une présentation à la presse. Les techniques russes consistent par exemple à diffuser de «multiples» publications «contradictoires», a poursuivi Philip Howard. «Il s'agit de semer la confusion. Il ne s'agit pas forcément de diffuser de fausses informations mais de rendre les gens tellement indifférents à la politique qu'ils n'ont plus envie de s'engager», a poursuivi Samuel Woolley.

L'équipe a analysé des dizaines de millions de publications sur sept réseaux sociaux pendant des élections, des crises politiques et divers «incidents» liés à la sécurité nationale. Aux États-Unis, l'étude estime ainsi que les «bots» ont eu une influence lors de l'élection présidentielle de 2016. «Des armées de "bots" qui suivent, retwittent ou "likent" les publications d'un candidat le rendent ainsi plus légitime, et il semble davantage soutenu qu'il ne l'est réellement», écrivent encore les auteurs de l'étude.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Hofcat le 21.06.2017 12:37 Report dénoncer ce commentaire

    "Saddam Hussein a des armes de destruction massives et donc il faut envahir l'Irak" ça vient aussi de la Russie ?

  • Unicorn le 21.06.2017 12:37 Report dénoncer ce commentaire

    Le contradictoire est une base essentielle de tout Etat de droit, diffuser des publications contradictoires est démocratique, on saura se faire un avis, par contre les news des medias de l'ouest qui se les procurent auprès d'une agence centrale, cela est digne du régime de Staline. Les Russes nous donnent une belle leçon. Quant aux likes de bots, je crois que ce sont plutôt les médias qui modèrent certains likes qui ne leur conviennent pas.

  • expat le 21.06.2017 19:04 Report dénoncer ce commentaire

    au final, ils ne font qu'imiter, en version plus moderne, ce que faisaient les américains et leurs émissions radios en direction du bloc de l'est pendant les années 50/60/70...

Les derniers commentaires

  • Oldster le 22.06.2017 15:17 Report dénoncer ce commentaire

    J'ai toujours inventé des fake news pour mes parents quand je suis rentré trop tard ou quand j'avais une mauvaise note!

  • Arnaque totale le 22.06.2017 00:27 Report dénoncer ce commentaire

    De toute façon, on nous dit rarement la vérité ; La plupart des gens ne désire même pas savoir, mais juste vivre bêtement, pour le plus grand bonheur de ceux qui nous vendent du poison chaque jour.

    • Slic le 22.06.2017 17:30 Report dénoncer ce commentaire

      Si on vous dit la vérité, mais on ne vous raconte qu'un quart de l'histoire! Les trois quarts restant, le plus importants d'ailleurs, restent secrets!

  • risopo le 21.06.2017 22:33 Report dénoncer ce commentaire

    le titre c'est pas déjà une fake news ? cqfd

  • expat le 21.06.2017 19:04 Report dénoncer ce commentaire

    au final, ils ne font qu'imiter, en version plus moderne, ce que faisaient les américains et leurs émissions radios en direction du bloc de l'est pendant les années 50/60/70...

  • igod le 21.06.2017 16:06 Report dénoncer ce commentaire

    les gens n'ont pas besoins de cela pour ce désineresser de la politique , les politiciens font ce boulot parfaitement .