CHINE

15 décembre 2010 10:04; Act: 15.12.2010 10:11 Print

Des handicapés mentaux vendus comme esclave

Un responsable d'un centre d'accueil pour handicapés mentaux dans le sud-ouest de la Chine est soupçonné d'avoir vendu au moins 70 de ses pensionnaires pour en faire des esclaves dans des usines.

Une faute?

Des enquêteurs chinois ont suivi une piste depuis la région occidentale du Xinjiang, où les autorités ont imposé la fermeture d'une fabrique dans laquelle 11 ouvriers, déficients mentaux pour la plupart, étaient réduits au travail forcé.

Ces 11 ouvriers construisant du matériel pour des entreprise de chimie, exploités pour certains depuis plusieurs années, étaient fréquemment battus et nourris avec des aliments pour chiens.

70 handicapés mentaux vendus depuis 1996

Les investigations ont permis de remonter jusqu'à un centre d'accueil non homologué pour handicapés mentaux dans la province du Sichuan (sud-ouest).

«Depuis 1996, (son responsable) Zeng Lingquan a vendu au moins 70 handicapés mentaux pour qu'ils travaillent à Pékin, Tianjin et dans d'autres villes», a déclaré Yi Hongqu, un fonctionnaire local, cité par le quotidien China Daily.

Selon M. Yi, les enquêteurs ont trouvé le nombre de 70 dans un livre de comptes tenu par M. Zeng, qui a été arrêté lundi et accusé de traite d'êtres humains en vue d'esclavage.

Li Xinglin, le patron de la société du Xinjiang produisant du matériel pour des entreprises de chimie, a également été arrêté.

1 200 euros pour 5 ouvriers

Il a relaté avoir versé 9000 yuans (environ 1 200 euros) pour «acheter» cinq ouvriers, puis 300 yuans (40 euros) par personne supplémentaire, a indiqué la presse chinoise.

Illustrant la face sombre du miracle économique chinois, les scandales de violation des droits des travailleurs, de travail des mineurs ou d'exploitation des personnes handicapées ne sont pas rares en Chine.

En 2007, la découverte de centaines d'adultes et de dizaines d'enfants exploités comme esclaves dans des briqueteries et des mines dans les provinces du Shanxi et du Henan avait connu un retentissement dans le monde entier.

L'essentiel Online avec AFP

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

  • justme le 15.12.2010 12:17 Report dénoncer ce commentaire

    C'est allucinant de voir ça, une seule solution l'execution des personnes qui sont capables de faire ça!!!!

  • Luxolulu le 15.12.2010 11:31 Report dénoncer ce commentaire

    La Chine qui nous est toujours montré comme un modèle de compétitivité et de rentabilité, un exemple à suivre pour son engagement au travail et à la patrie......doucement on commence à découvrir le système.

Les derniers commentaires

  • justme le 15.12.2010 12:17 Report dénoncer ce commentaire

    C'est allucinant de voir ça, une seule solution l'execution des personnes qui sont capables de faire ça!!!!

  • Luxolulu le 15.12.2010 11:31 Report dénoncer ce commentaire

    La Chine qui nous est toujours montré comme un modèle de compétitivité et de rentabilité, un exemple à suivre pour son engagement au travail et à la patrie......doucement on commence à découvrir le système.