Nouveau record

01 juillet 2015 09:02; Act: 01.07.2015 16:48 Print

137 000 migrants en Méditerranée cette année

Un nombre record de migrants ont traversé la Méditerranée au premier semestre 2015, la plupart du temps pour fuir des conflits, soit une hausse de 83% par rapport à 2014.

storybild

La plupart des migrants veulent éviter les conflits. (photo: DPA)

Sur ce sujet
Une faute?

La situation devrait empirer avec l'été, quand les passeurs clandestins redoublent d'activité: le nombre de migrants en Méditerranée était passé en 2014 de 75 000 au premier semestre à 219 000 à la fin de l'année, selon l'agence des Nations unies pour les réfugiés. À la merci des passeurs, la plupart des migrants font cette traversée sur des embarcations de fortune. «L'Europe est confrontée à une crise des réfugiés par voie maritime qui atteint des proportions historiques», alerte le Haut-Commissariat des Nations unies aux réfugiés (UNHCR), précisant que ces migrants et réfugiés dans leur immense majorité fuyaient les guerres, les conflits et les persécutions.

«La plupart des gens qui arrivent par voie maritime en Europe sont des réfugiés, qui cherchent une protection contre la guerre et les persécutions», souligne dans un communiqué le chef de l'UNHCR, Antonio Guterres. Un tiers des hommes, femmes et enfants qui ont rejoint par la mer la Grèce ou l'Italie cette année arrivent de Syrie, pays ravagé depuis 2011 par la guerre. Les personnes fuyant la violence persistante en Afghanistan et le régime répressif en Érythrée représentent 12% des arrivées, selon le rapport de l'UNHCR. La Somalie, le Nigeria, l'Irak et le Soudan sont les autres principaux pays d'origine des migrants.

Le nombre de ceux qui ont trouvé la mort au cours des six premiers mois de 2015 en tentant de traverser la Méditerranée, s'est établi à 1 867, dont 1 308 pour le seul mois d'avril 2015. Les drames et les naufrages du mois d'avril ont conduit les dirigeants de l'Union européenne à accélérer les opérations de recherche et de sauvetage en Méditerranée, ramenant le nombre de victimes à 68 en mai, et 12 en juin. Cette baisse des drames lors des traversées montre «qu'avec la bonne politique, soutenue par une réponse opérationnelle effective, il est possible de sauver plus de vies en mer», a commenté le chef de l'UNHCR, Antonio Guterres. M. Guterres a mis l'accent sur la nécessité de «rester vigilant», soulignant que «pour les milliers de réfugiés et de migrants qui continuent de traverser la Méditerranée chaque semaine, le risque reste très élevé».

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Hypocrisie totale le 01.07.2015 15:04 Report dénoncer ce commentaire

    Il faudrait surtout s'attaquer au problème à sa racine ! Qui favorise ces guerres et cette misère ? Qui soutient ces criminels de guerre ? On voit bien l'impuissance (voire la complicité) des gouvernements dans ces horribles conflits. On devrait loger ces réfugiés dans les villas de nos dirigeants, à commencer par la Merkel.

Les derniers commentaires

  • Hypocrisie totale le 01.07.2015 15:04 Report dénoncer ce commentaire

    Il faudrait surtout s'attaquer au problème à sa racine ! Qui favorise ces guerres et cette misère ? Qui soutient ces criminels de guerre ? On voit bien l'impuissance (voire la complicité) des gouvernements dans ces horribles conflits. On devrait loger ces réfugiés dans les villas de nos dirigeants, à commencer par la Merkel.