Au Salvador

13 mars 2018 18:46; Act: 14.03.2018 10:20 Print

Libérée après 15 ans de prison pour fausse couche

La Salvadorienne Maira Figueroa a été libérée mardi, après avoir passé 15 ans derrière les barreaux pour une fausse couche, considérée par la justice comme un homicide.

storybild

«Je suis heureuse d'être avec ma famille» a déclaré Maira Figueroa. (photo: AFP/Marvin Recinos)

Sur ce sujet

La Salvadorienne Maira Figueroa a été libérée mardi, après avoir passé 15 ans derrière les barreaux pour une fausse couche, considérée par la justice comme un homicide, une deuxième libération dans ce type d'affaire après celle emblématique de Teodora Vasquez.

Le Salvador compte la législation antiavortement parmi les plus strictes du monde: le code pénal prévoit une peine de deux à huit ans de prison pour les cas d'avortement mais dans les faits, les juges considèrent toute perte du bébé comme un «homicide aggravé», puni de 30 à 50 ans de réclusion. Maira Figueroa, 34 ans, est sortie à 8h20 locales (15h20 au Luxembourg) de la prison pour femmes située à l'est de San Salvador, la capitale, a constaté un journaliste de l'AFP.

Encore 26 femmes incarcérées pour fausse couche

«Je suis heureuse d'être avec ma famille», a déclaré à la presse cette femme condamnée en 2003 à 30 ans de prison, avant que sa peine ne soit finalement commuée par la justice tout récemment. À l'époque, Maira était âgée de 19 ans et était tombée enceinte après avoir été violée. Cette employée domestique avait été victime plusieurs mois après d'une hémorragie sur son lieu de travail, puis transférée à l’hôpital où le bébé est décédé.

Elle «a été arrêtée et accusée d'avoir provoqué la fausse couche», a expliqué dans un communiqué le collectif Regroupement citoyen pour la légalisation de l'avortement, à l'origine du recours devant la justice du Salvador. Il s'agit de la deuxième Salvadorienne à bénéficier de ce type de mesure cette année, après la libération le 15 février de Teodora Vasquez, qui venait de passer 11 ans en prison pour une fausse couche. Mais il reste encore 26 femmes incarcérées au Salvador pour fausse couche, «en vertu des lois salvadoriennes draconiennes sur l'avortement», a récemment dénoncé Amnesty International, qui a appelé à leur libération.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • effaré le 13.03.2018 19:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C’est quoi ce pays ??? Et la communauté internationale laisse faire cela ?? Sous quel prétexte ? Alors qu’on se mêle de certains pays qui ne font rien de mal ... quel monde aberrant !!

  • HarleyGirl le 13.03.2018 22:07 Report dénoncer ce commentaire

    Jamais vu une loi aussi abherrante ! Une double peine pour ces pauvres femmes qui perdent leur bébé puis sont condamnées à d'énormes peines de prison. Qu'est ce que c'est que ce pays où il vaut mieux tuer un homme que d'avoir une fausse couche ???

  • 57 le 13.03.2018 21:43 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    pauvre femme, double peine

Les derniers commentaires

  • pffff le 14.03.2018 11:55 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Si elle avait avorté vous l'auriez jeté en prison? Si déjà, d'après vous elle n'a pas de droit sur son propre corps, vous n'en avez encore moins!

  • j-pierre le 14.03.2018 11:38 Report dénoncer ce commentaire

    Nous avons fait la séparation de l' église et de l' état. Dans ces pays, la religion est omniprésente à tous les échelons de l'état. Et voila une des nombreuses conséquences qu'ont ces fanatismes infondés sur la vie des femmes. Il n'y a pas si longtemps, celles-ci étaient condamnées à mort par des gens stupides et dangereux. Aucune croyance ne peut décider pour les femmes sur leur droit de procréer.

  • @Grand Mâitre le 14.03.2018 11:33 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Trump se trouve dans le nord de l'Amérique! À côté du Canada. Vous vous trompez de plus de mille kilomètres.

  • Charlotte le 14.03.2018 11:13 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C est honteux !! Même certains criminels on les libère avant!!

  • G--Kay le 14.03.2018 11:08 Report dénoncer ce commentaire

    Faudrait surtout que ces gens qui jugent et condamnent apprennent à lire un dictionnaire, même salvadorien. Ils constateraient la différence entre avortement et fausse couche. Même si le résultat est le même, l'acte est complètement différent. C'est révoltant.