Aux États-Unis

11 octobre 2018 22:38; Act: 12.10.2018 15:45 Print

Ouragan en Floride: «C'était vraiment violent»

L'ouragan dévastateur Michael a causé la mort d'au moins 5 personnes, alors que des milliers de soldats et de secouristes s'activent dans le nord-ouest de la Floride.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

«C'était violent, vraiment violent», a relaté à l'AFP John Huskey, habitant de Panama City, station balnéaire frappée de plein fouet par l'ouragan de catégorie 4 sur 5 quand il a touché terre mercredi. L'étendue des dommages restait incertaine jeudi et l'ouragan a fait au moins cinq morts: en Floride, quatre personnes ont perdu la vie selon le bureau du shérif du comté de Gadsden et une fillette de 11 ans a été tuée lorsqu'un auvent de garage a atterri sur sa maison, dans l’État voisin de Géorgie, selon les autorités.

Si le ciel était à nouveau bleu, jeudi, à la mi-journée, les rues de Panama City étaient recouvertes de branches d'arbres, toitures arrachées, morceaux de verre. Les vents s'y sont déchaînés mercredi, pendant presque trois heures. «D'abord le grenier s'est effondré, tout est allé très vite», a décrit Rene Scott, une résidente. «Ensuite mon toit s'est écroulé. (...) Je suis juste tellement soulagée que nous nous en soyons sortis, parce que j'ai pensé rester piégée là».

Rétrogradé en tempête

Dans cette ville côtière, des arbres sont tombés sur des lignes électriques ou en travers des routes, des façades ont été littéralement arrachées laissant l'intérieur des maisons à nu. Dans la marina, des voiliers ont été projetés les uns contre les autres. Deux hôpitaux de Panama City ont été endommagés. Quelques kilomètres plus à l'est, la base aérienne de Tyndall a également été frappée «directement» par l'ouragan, et présente des «dommages étendus», selon un communiqué diffusé sur son site.

Des centaines de milliers de personnes restaient jeudi privées de courant dans plusieurs États du sud-est des États-Unis, dont près de 390 000 en Floride, 130 000 en Caroline du Sud et 220 000 en Caroline du Nord. Après avoir charrié des vents de 250 km/h, l'ouragan Michael a été rétrogradé en tempête tropicale. La Floride traversée, il a poursuivi sa course en Alabama et en Géorgie, puis vers la Caroline du Sud et du Nord.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • vinzz le 12.10.2018 07:50 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Violent Oui mais rien à voir avec ce qui nous attend ...

  • Zen le 11.10.2018 23:56 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    En 2005 Katrina a dévasté la Nouvelle Orléans, pas un soldat en vue. 2018 la Floride : les soldats étaient là avant l’arrivée de l’ouragan et ils sont des milliers à pied d’œuvre. J’ose espérer que c’est parce que les Usa en ont tiré les conséquences.

Les derniers commentaires

  • vinzz le 12.10.2018 07:50 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Violent Oui mais rien à voir avec ce qui nous attend ...

  • Zen le 11.10.2018 23:56 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    En 2005 Katrina a dévasté la Nouvelle Orléans, pas un soldat en vue. 2018 la Floride : les soldats étaient là avant l’arrivée de l’ouragan et ils sont des milliers à pied d’œuvre. J’ose espérer que c’est parce que les Usa en ont tiré les conséquences.