Libye

29 août 2020 09:47; Act: 29.08.2020 10:21 Print

Le ministre de l’Intérieur libyen suspendu

Le ministre de l’Intérieur devra répondre à une «enquête administrative» après des incidents survenus lors de manifestations pacifiques à Tripoli.

storybild

Fathi Bachagha, lors d’une conférence de presse en Tunisie en 2019. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Le chef du Gouvernement libyen d’union nationale (GNA) a décidé vendredi de suspendre provisoirement le ministre de l’Intérieur, après les incidents survenus lors de manifestations pacifiques à Tripoli la semaine dernière, où plusieurs manifestants ont été blessés.

«Le ministre de l’Intérieur, Fathi Bachagha est suspendu provisoirement» et répondra à une «enquête administrative» sur «ses déclarations concernant les manifestations et les incidents survenus à Tripoli et dans d’autres villes», selon une décision signée par le chef du GNA, Fayez-al-Sarraj.

Des centaines de Libyens ont manifesté cette semaine pendant plusieurs jours à Tripoli, siège du GNA - reconnu par l’ONU et qui s’oppose au maréchal Khalifa Haftar, homme fort de l’Est -, contre la corruption et la détérioration de leurs conditions de vie.

Prêt à rendre compte

Selon la décision, Fathi Bachagha sera interrogé sur «les autorisations et les permis délivrés» aux manifestants, les mesures de sécurité que son ministère a fournies pour protéger les manifestants mais aussi «les violations commises». Dès dimanche, des hommes armés ont tiré à balles réelles pour disperser les manifestants, blessant plusieurs d’entre eux alors que d’autres ont été arrêtés. Ces incidents se sont répétés lundi et mercredi.

Rapidement, le ministre a «pris acte» de la décision de Fayez-al-Sarraj, se disant prêt à se soumettre à une enquête, selon un communiqué publié sur la page Facebook du ministère de l’Intérieur. Fathi Bachagha a cependant demandé à ce que son audition soit «publique et retransmise en directe» par les médias pour qu’il puisse «exposer les faits» aux Libyens, par souci de «transparence et des principes démocratiques».

Il s’est dit prêt à rendre compte des «positions et des communiqués» sur les incidents pendant les manifestations, mais également sa «contestation des mesures de sécurité mises en place par des groupes armés qui ne dépendent pas du ministère de l’Intérieur» et qui ont porté atteinte à la «dignité» et aux «droits» des Libyens en les «réprimant, terrorisant, et censurant».

«À balles réelles»

Selon l’ONG Amnesty International mercredi, au moins six personnes ont été enlevées dans un quartier de Tripoli tenu par une milice opérant sous l’autorité du ministère de l’Intérieur du GNA, et d’autres blessées par des tirs à balles réelles. Privés des services les plus basiques dans leur vie quotidienne, les Libyens sont épuisés par des années de conflits depuis la fin de la dictature de Mouammar Kadhafi en 2011.

Bien que les manifestations soient encadrées par les forces de l’ordre, des hommes armés ont ouvert le feu sur des «manifestants pacifiques mercredi soir, tirant à balles réelles au hasard», avait indiqué Fathi Bachagha dans un communiqué jeudi. Le ministre a accusé ces groupes armés d’avoir «enlevé et séquestré» des manifestants pacifiques, les menaçant de «recourir à la force pour protéger les civils».

(L'essentiel/AFP)