Three Mile Island

27 mars 2019 09:03; Act: 27.03.2019 11:42 Print

Cet accident qui a changé la sûreté nucléaire

L'accident nucléaire de Three Mile Island s'est produit il y a 40 ans aux États-Unis. La sûreté nucléaire en a tiré trois principaux enseignements.

storybild

La centrale nucléaire de Three Mile Island, en Pennsylvanie, le 1er novembre 2001. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Quarante ans après l'accident nucléaire de Three Mile Island aux États-Unis, la sûreté a évolué pour en tirer les enseignements: le rôle des opérateurs de centrales a été repensé tandis que la gestion des situations d'urgence a été mieux planifié. «Cet accident a eu peu de conséquences sur les personnes et l'environnement, par contre il a eu des conséquences considérables sur les approches de sûreté des réacteurs», explique Jean-Christophe Niel, directeur général de l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN).

Au petit matin du 28 mars 1979, le réacteur 2 de la centrale située en Pennsylvanie (est des États-Unis) connaît un simple incident d'exploitation, avec la défaillance de l'alimentation normale en eau des générateurs de vapeur. Mais une succession de problèmes et de mauvaises décisions de la part des opérateurs - qui ne disposaient pas des bonnes informations sur ce qui était en train de se passer - aggravent la situation. Au final, avec l'évacuation insuffisante de la chaleur du réacteur, près de la moitié du cœur a fondu et des éléments radioactifs ont été dispersés en petite quantité. Les dégâts internes ont été considérables mais les conséquences limitées sur les alentours.

Davantage d'intérêt pour les facteurs humains

«Une combinaison d'erreurs de la part des employés, de déficiences de conception et de défaillances de composants a causé l'accident de Three Mile Island», juge aujourd'hui l'Autorité de sûreté nucléaire (NRC) américaine. L'accident a été classé au niveau 5 sur l'échelle internationale INES, qui en compte 7. Des années plus tard, les catastrophes de Tchernobyl (1986) et Fukushima (2011), bien plus graves, seront classés au niveau 7. Bien que moins catastrophique, Three Mile Island (TMI) a cependant eu un retentissement considérable dans le monde de l'atome. «Paradoxalement il a probablement eu plus de conséquences en termes d'évolutions de sûreté sur les réacteurs que Tchernobyl, qui lui a plutôt eu des impacts sur la transparence, la gouvernance, l'indépendance, la culture de sûreté», souligne Jean-Christophe Niel.

La première leçon qui en a été tirée a concerné l'intérêt apporté aux facteurs humains, alors que la sûreté se concentrait auparavant essentiellement sur la conception des centrales. «C'est à partir de TMI que l'accent a été mis beaucoup plus qu'avant sur le rôle de l'opérateur», souligne Thierry Charles, directeur général adjoint de l'IRSN. Concrètement, ils ont été mieux formés et entraînés sur des simulateurs. Dans de nombreux pays, un poste d'ingénieur de sûreté a aussi été créé pour vérifier de manière indépendante la pertinence de l'action des opérateurs, notamment en cas d'accident. Les salles de conduite, les «postes de pilotage» des centrales, ont aussi été modifiées, avec des tableaux de contrôle plus simples et des alarmes hiérarchisées.

Base de données

Le deuxième gros changement a porté sur l'amélioration du retour d'expérience apporté par le fonctionnement des réacteurs. Avant l'accident de Three Mile Island, plusieurs incidents de même nature mais beaucoup moins graves avaient eu lieu, par exemple à Beznau, en Suisse, en 1974. Mais à l'époque les informations n'étaient pas partagées systématiquement entre les opérateurs. Aujourd'hui, les incidents sont répertoriés dans une base de données de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA).

Enfin, la troisième grosse amélioration a porté sur le traitement des situations d'urgence. À l'époque de l'accident, les autorités avaient une vision confuse des événements et de nombreux riverains paniqués ont évacué la zone de leur propre initiative. Depuis, des plans d'urgence ont été développés - par exemple les plans particuliers d'intervention (PPI) en France - et des exercices de crise sont menés régulièrement. Au-delà, les réacteurs de nouvelle génération comme l'EPR ont été conçus en prenant en compte une possible fusion du cœur du réacteur comme à TMI. «La conception des réacteurs de génération 3 vient de l'accident de Three Mile Island»,observe Jean-Christophe Niel.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.