Syrie

05 novembre 2017 12:43; Act: 05.11.2017 12:46 Print

L'attentat de l'EI à Deir Ezzor a tué 75 civils

Une attaque à la voiture piégée dans la province syrienne de Deir Ezzor a fait samedi au moins 75 victimes et 140 blessés, selon un nouveau bilan.

storybild

Le site de l'attentat.

  • par e-mail
Sur ce sujet

Au moins 75 civils ont été tués dans un attentat à la voiture piégée commis samedi par le groupe Etat islamique (EI) dans la province syrienne de Deir Ezzor (est), selon un nouveau bilan donné dimanche par l'Observatoire syrien des droits de l'Homme. «En plus des 75 morts, dont des enfants, il y a 140 blessés», a précisé à l'AFP Rami Abdel Rahmane, directeur de l'OSDH, ONG qui dispose d'un vaste réseau de sources dans la Syrie en guerre. Il a précisé que les victimes étaient des déplacés fuyant deux offensives distinctes visant l'EI dans cette province.

L'attentat, qui s'est produit samedi soir, a visé un rassemblement de déplacés dans une zone désertique contrôlée par les Forces démocratiques syriennes (FDS), une alliance arabo-kurde soutenue par les Etats-Unis. Dans la province de Deir Ezzor, l'EI est visé par deux offensives rivales, l'une menée par les FDS, l'autre par l'armée syrienne appuyée par la Russie. Le groupe ultraradical, qui s'est emparé de larges territoires depuis 2014 en Syrie et en Irak, a vu cette année son «califat» s'écrouler après les multiples offensives le visant dans ces deux pays voisins. Ses combattants sont désormais acculés dans une partie de la province de Deir Ezzor, qui est frontalière de l'Irak.

Deux fiefs importants

Pris au piège des violences, de nombreux civils cherchent à fuir les dernières zones djihadistes . «Ils se trouvent perdus notamment dans les zones désertiques, où les communications sont inexistantes», avait souligné M. Abdel Rahmane samedi. «Ces dernières semaines, près de 350.000 personnes, dont 175 000 enfants, ont risqué leur vie pour pouvoir se mettre à l'abri et échapper à l'escalade à Deir Ezzor», a indiqué de son côté l'ONG Save the Children.

Cette semaine, l'EI a perdu deux importants fiefs: du côté irakien, Al-Qaïm, et surtout du côté syrien, Deir Ezzor, dernière grande ville sous son contrôle dans les deux pays. L'armée syrienne intensifie sa campagne militaire en vue de s'emparer de la ville de Boukamal, située dans la province de Deir Ezzor. Bien que Boukamal soit une ville moins grande que celle de Deir Ezzor, sa capture priverait l'EI de la dernière zone urbaine de son «califat» autoproclamé en 2014 et qui s'est désormais effondré.

(L'essentiel/nxp/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.