Chelsea Manning

13 août 2017 16:27; Act: 14.08.2017 13:08 Print

«Voilà l'idée que je me fais de la liberté»

L'ancienne informatrice de WikiLeaks, devenue une icône des transgenres, pose en maillot de bain dans la prochaine édition du «Vogue», photographiée par la célèbre Annie Leibovitz.

  • par e-mail
Sur ce sujet

«Voilà l'idée que je me fais de la liberté», a commenté Chelsea Manning, l'ancienne prisonnière sur son compte Twitter, en légende d'une photo la montrant vêtue d'un maillot une pièce de couleur rouge, les mains dans ses cheveux humides, marchant sur une plage. «Chelsea Manning a changé le cours de l'histoire. Désormais elle se concentre sur elle», assure en titre de son long article le grand magazine américain de mode.

En 2010 le soldat Manning, alors prénommé Bradley, avait fait fuiter grâce à Wikileaks plus de 700 000 documents confidentiels ayant trait aux guerres d'Irak et d'Afghanistan, dont plus de 250 000 câbles diplomatiques qui avaient plongé les Etats-Unis dans l'embarras. L'ex-analyste du renseignement a purgé sept ans de prison sur les 35 de sa condamnation, ayant bénéficié d'une commutation de peine octroyée par l'ancien président Barack Obama. Libérée en mai, elle avait entamé sa transition vers son identité de femme derrière les barreaux.

La photo publiée par Vogue, et l'article l'accompagnant, suscitaient vendredi de nombreux commentaires sur les réseaux sociaux, reflétant l'ambivalence des sentiments générés par la femme qui fêtera ses 30 ans en décembre. Pour beaucoup d'Américains Chelsea Manning est une héroïne des libertés qui a payé très cher des révélations utiles sur les morts de civils sous les bombardements américains. Pour de nombreux autres, l'ex-détenue est une traîtresse coupable de collusion avec l'ennemi.

(L'essentiel/AFP)