Étude

21 octobre 2020 12:58; Act: 21.10.2020 14:05 Print

La pollution de l'air a tué 476 000 bébés en 2019

Au total, la pollution de l’air a tué 6,7 millions de personnes l’an dernier. Les bébés d’Asie du Sud et d’Afrique sont particulièrement concernés.

storybild

Plus de 116 000 nourrissons indiens sont morts du fait de la pollution de l’air dans le premier mois de leur vie. (photo: DR)

Sur ce sujet
Une faute?

La pollution de l’air a tué 476 000 nouveau-nés en 2019, notamment en Inde et en Afrique subsaharienne, selon une nouvelle étude qui pointe la responsabilité, dans près de trois quarts de ces décès, des fumées toxiques émanant de combustibles utilisés pour cuisiner.

Plus de 116 000 nourrissons indiens sont morts du fait de la pollution de l’air dans le premier mois de leur vie, et 236 000 en Afrique subsaharienne, selon le State of Global Air 2020, qui utilise des données compilées par deux instituts américains (Health Effects Institute et Institute for Health Metrics and Evaluation). Selon les auteurs de l’étude, il existe de plus en plus de preuves permettant de lier l’exposition des mères à la pollution de l’air durant leur grossesse avec le risque accru que les bébés naissent avec un poids trop faible ou prématurés.

Quatrième cause de décès dans le monde

«Bien qu’il y ait une réduction lente et constante de la dépendance des foyers à des combustibles de mauvaise qualité, la pollution de l’air qui en est issue continue à être un facteur clé dans la mort de ces jeunes enfants», a estimé Dan Greenbaum, président du Health Effects Institute. Les nouveau-nés en Asie du Sud et en Afrique subsaharienne sont particulièrement concernés, a-t-il relevé.

Au total, la pollution de l’air a causé 6,7 millions de morts dans le monde en 2019, selon l’étude, ce qui en fait la quatrième cause de décès.

Les auteurs ont relevé que si la pandémie de Covid-19 avait causé de nombreux décès ainsi que des problèmes économiques et sociétaux, elle avait aussi eu un impact en termes de pollution: «Beaucoup de pays ont retrouvé des ciels bleus et des nuits étoilées, souvent pour la première fois depuis des années», en raison du ralentissement de l’activité. Mais ces gains sont de courte durée, ont-ils averti.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Danton le 21.10.2020 18:34 Report dénoncer ce commentaire

    Moins de pollution et ... moins de bébés. C est sans doute cela la solution si on veut sauver la planète !

  • livingMan le 21.10.2020 21:33 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et combien d’enfant exploiter et malmener pour l’extraction des métaux rares pour lés batterie des voitures électriques,....?

  • Très souvent censuré par L'Essentiel le 21.10.2020 15:03 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Si on suit la logique appliquée au Covid, il faut donc instaurer un couvre-feu : il est dorénavant interdit de respirer pendant les heures de pointe.

Les derniers commentaires

  • moi le 22.10.2020 03:17 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et c’est pas pour autant qu’on arrête de travailler alors pourquoi on arrête avec ce virus?!

  • mouhais le 21.10.2020 23:26 Report dénoncer ce commentaire

    C'est toujours moins que les ivg...

    • Quel est le pire ? le 22.10.2020 11:33 Report dénoncer ce commentaire

      Les IVGs ne sont pas une mauvaise chose. Elles évitent à des parents (en fait la mère car le père se désiste facilement après avoir lâché sa "graine" si il n'est pas intéressé par l'enfant, c'est donc à la femme d'assumer cela) de devoir assumer un enfant qu'elle ne souhaitait pas. Mieux vaut cela qu'un enfant qui grandira malheureux car non désiré, ne sera pas aimé, sera battu à mort par le prochain compagnon de la mère, ce genre de drames remplit les journaux.

  • A chacun de régler ses problèmes le 21.10.2020 22:01 Report dénoncer ce commentaire

    Cela ne nous concerne pas, nous sommes dans un pays développé et on n'a pas vocation à s'occuper du reste du monde alors que l'on a encore tant à faire au pays.

  • livingMan le 21.10.2020 21:33 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et combien d’enfant exploiter et malmener pour l’extraction des métaux rares pour lés batterie des voitures électriques,....?

  • luxo le 21.10.2020 21:27 Report dénoncer ce commentaire

    Au luxembourg aussi , la mauvaise qualité de l'air tue plus que le covid.

    • Loupiotte le 22.10.2020 10:47 Report dénoncer ce commentaire

      Comparer une ville comme Luxembourg avec New Delhi ou Mumbay, fallait oser...