Aux États-Unis

07 novembre 2017 07:17; Act: 07.11.2017 10:12 Print

Scandales sexuels à Hollywood: à qui le tour?

Projets au placard, sorties de films annulées, tournages suspendus, studio menacé... Les affaires d'abus sexuels créent un incommensurable chaos à Hollywood.

storybild

Après Harvey Weinstein, d'autres acteurs, managers, agents, se retrouvent aussi sur la sellette. (photo: AFP)

  • par e-mail
Sur ce sujet

Un mois après les révélations du New York Times et du New Yorker sur le producteur déchu, Harvey Weinstein, accusé depuis par une centaine d'actrices ou ex-collaboratrices de harcèlement, agressions sexuelles ou viol, les langues se sont déliées et d'autres idoles sont tombées. La star deux fois oscarisée Kevin Spacey et le cinéaste Brett Ratner sont eux aussi accusés de multiples abus sexuels. D'autres acteurs, managers, agents, se retrouvent aussi sur la sellette.

«Qui sera le prochain?», interrogeait dimanche le Los Angeles Times. «C'est un chaos qui j'espère va ouvrir la voie à la guérison», a constaté l'actrice vedette, Jessica Chastain, dans un entretien à l'AFP. «Il y a des scandales à Hollywood depuis l'ère du cinéma muet mais c'était toujours individuel. Je travaille chez Variety depuis trente ans et je n'ai jamais vu ça», a confié Tim Gray, l'un des rédacteurs en chef du prestigieux magazine de cinéma et télévision.

Weinstein Company en faillite?

Plus personne ne veut être associé de près ou de loin à tout projet portant le sceau des frères Weinstein, alors qu'il y a encore quelques mois il était gage de prestige. Le réalisateur vedette Oliver Stone, après avoir initialement défendu Weinstein, a ainsi décidé de se retirer de leur projet de série «Guantanamo». Le dernier film de la Weinstein Company, «Amityville: the awakening», sorti en octobre, a récolté... 742 dollars au box-office américain selon Boxofficemojo.Com, et la société de production, déjà fragilisée par une série de flops, est au bord de la faillite.

D'autres studios se retrouvent dans la tourmente, à l'instar de celui du géant Internet Amazon, qui a limogé son directeur, Roy Price, visé par des accusations de harcèlement sexuel. Le géant du «streaming» Netflix est lui aussi en pleine crise. Il a dû débarquer à toute vitesse la star de sa série phare «House of Cards», Kevin Spacey, accusé de harcèlement et agressions sexuelles sur mineurs. Le tournage de la saison six a été interrompu brutalement et la diffusion d'un film coproduit et joué par Spacey, «Gore», annulée.

Impardonnable

Chez Warner Bros, le holà vient d'être mis à un partenariat financier de centaines de millions de dollars avec le réalisateur et producteur vedette Brett Ratner («Rush Hour», «Dragon rouge», «X-Men : L'Affrontement final»...) et sa société Ratpac. Warner a aussi écarté Ratpac de l'adaptation très attendue du best-seller «Le Chardonneret». La course des Oscars se retrouve également bousculée: Sony Pictures misait sur le dernier Ridley Scott, «Tout l'argent du monde», mais avec Kevin Spacey dans l'un des rôles principaux, plus question de faire campagne pour une statuette.

Et à quatre mois de la cérémonie des Oscars, «qui sait ce qu'on va découvrir sur d'autres gens dans la course», se demande Tim Gray. Quant à l'Académie des Oscars, elle a exclu de ses rangs Harvey Weinstein, mais fait profil bas depuis, vu le nombre de membres ou de lauréats au banc des accusés. Sans parler du grand nettoyage dans les coulisses d'Hollywood: «Hollywood adore les "come-back", mais là ce ne sont pas des choses qu'on peut pardonner», conclut-il.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • fabilux le 07.11.2017 08:23 Report dénoncer ce commentaire

    c'est le grand déballage! Dire que cela a tjrs existé, voilà seulement que l'on en parle, bcq de têtes vont tomber .

  • Ronnie Soak le 07.11.2017 13:28 Report dénoncer ce commentaire

    Bon, on peut s'attendre à ce que les temps deviennent bientôt plus difficiles pour les actrices. L'Industrie du cinéma va en souffrir pendant quelques années, il y aura du chomage, certes, mais cela ne pouvait plus durer.

  • Bon sens le 07.11.2017 11:41 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il y a aussi des enjeux financiers... je ne veux pas prendre leur défense mais ...

Les derniers commentaires

  • Aethelflaed le 07.11.2017 21:19 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Si une femmes veux nuire à un homme ... elle l'accuse de l'abus sexuel ou du violence conjugale ... et on le déclare coupable sans qu'elle présente la moindre preuve ...

  • Misère le 07.11.2017 13:34 Report dénoncer ce commentaire

    Si une femme veut nuire à un homme, le stratagème est tout trouvé. Le pauvre n'a aucune chance. Pas de fumée sans feu, n'est-ce-pas!

  • Ronnie Soak le 07.11.2017 13:28 Report dénoncer ce commentaire

    Bon, on peut s'attendre à ce que les temps deviennent bientôt plus difficiles pour les actrices. L'Industrie du cinéma va en souffrir pendant quelques années, il y aura du chomage, certes, mais cela ne pouvait plus durer.

  • Bon sens le 07.11.2017 11:41 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il y a aussi des enjeux financiers... je ne veux pas prendre leur défense mais ...

  • fabilux le 07.11.2017 08:23 Report dénoncer ce commentaire

    c'est le grand déballage! Dire que cela a tjrs existé, voilà seulement que l'on en parle, bcq de têtes vont tomber .

    • Antisthène le 07.11.2017 09:56 Report dénoncer ce commentaire

      Cela a existé et (malheureusement) existe toujours, pas seulement à Hollywood mais aussi dans les autres domaines ... mais, pourquoi on a attendu 10/20/30 année pour en parler ... pourquoi on se cache derrière le prétexte de peur? c'est un vengeance, il n'y a plus des avantages ... tout est possible