Incendies en Californie

07 décembre 2017 08:49; Act: 07.12.2017 11:06 Print

«Les gens qui courent le plus de risques sont à LA»

Plusieurs feux au nord de Los Angeles ont fait un mort, détruit 150 bâtiments et entraîné l'évacuation de près de 200 000 personnes.

  • par e-mail
Sur ce sujet

Plusieurs incendies faisaient encore rage jeudi, autour de Los Angeles, avec plus de 200 000 personnes sous ordre d'évacuation tandis que des milliers d'habitations étaient menacées notamment dans le luxueux quartier de Bel-Air, à la fin d'une année noire pour les feux en Californie.

«Nous vivons des journées qui nous brisent le cœur mais qui témoignent aussi de la résilience de notre ville», a commenté mercredi le maire de Los Angeles, Eric Garcetti.

«Les gens qui courent le plus de risques se trouvent à Los Angeles», deuxième ville des États-Unis avec 4 millions d'habitants, et «nous avons évacué 150 000 personnes dans le nord de la ville», a-t-il ajouté, lors d'une conférence de presse.

Au moins 50 000 autres personnes ont reçu pour instruction de quitter leur domicile dans le comté de Ventura, qui longe le Pacifique et s'enfonce à l'est dans les terres vers la ville bucolique d'Ojai. C'est dans toute cette zone que brûle l'incendie appelé «Thomas», qui s'est propagé de manière fulgurante en deux jours seulement et restait hors de contrôle mercredi.

Épais nuage de fumée

Il menaçait 12 000 structures après en avoir déjà calciné 150. Une victime est pour le moment à déplorer et le bilan des destructions devrait fortement augmenter ont prévenu les pompiers.

Plus de 32 000 hectares ont déjà été avalés par les flammes en moins de deux jours entre les incendies de «Thomas», «Creek», «Rye», «Skirball» et «Getty». Les pompiers ont lancé une «alerte violette» pour la ville de Los Angeles et disent ne l'avoir jamais utilisée par le passé, faisant état de conditions extrêmes, avec des vents pouvant aller jusqu'à près de 130 km/h dans les hauteurs, selon le Service national de météorologie (NWS).

Air irrespirable

En pleine agglomération de Los Angeles, les incendies de «Skirball» et «Getty» ont démarré au petit jour mercredi. Un nuage de fumée noire se répandait sur toute la ville et une large colonne sombre s'élevait dans les airs, visible à des dizaines de kilomètres à la ronde et par satellite.

Les autorités s'inquiétaient de la mauvaise qualité de l'air, irrespirable par endroits. Les flammes ont forcé la fermeture partielle d'une des principales artères de circulation à Los Angeles, l'autoroute 405.

La prestigieuse université UCLA, située à proximité, a fini par être évacuée après avoir démarré la journée normalement, à l'exception des masques respiratoires portés par de nombreux étudiants. Des dizaines d'écoles ont fermé tout comme le Santa Monica College.

Les stars menacées

Les télévisions montraient le quartier de Bel-Air où des célébrités et des milliardaires, dont l'entrepreneur Elon Musk et la star de la pop Beyoncé, ont des demeures valant plusieurs millions de dollars. Selon la chaîne NBC, le Moraga Estate, une propriété à 30 millions de dollars appartenant au magnat Rupert Murdoch et contenant un vignoble, était en feu. Et le chanteur Lionel Richie a annulé un concert à Las Vegas pour pouvoir aider son ex-femme Brenda Harvey Richie à évacuer.

Sur place, la police frappait aux portes pour s'assurer que tous les résidents du quartier étaient partis et donnait des consignes d'évacuation à l'aide de mégaphones, a constaté une journaliste de l'AFP. «Le feu est au bout de la rue, nous évacuons, on a reçu un ordre selon lequel même les agents doivent quitter les lieux», a expliqué une policière.

Parmi les derniers à partir, Evan Kleib racontait en fermant la porte de chez lui qu'il n'avait jamais eu à évacuer cet endroit où il vit depuis de nombreuses années. Dans sa voiture vintage bordeaux, ce photographe à la barbe poivre et sel a embarqué avec lui son appareil photo et ses chiens.

En 1961, un feu historique avait consumé 500 habitations du quartier sur les collines de Los Angeles.

L'année 2017 a été la plus mortelle en Californie à cause d'incendies. Plus de 40 personnes sont mortes en octobre dans plus d'une dizaine de feux qui ont ravagé une partie du nord viticole et ont rasé plus de 10 000 bâtiments.

(L'essentiel/cga/afp)