Catastrophe en Inde

31 juillet 2021 17:04; Act: 31.07.2021 19:03 Print

Le bilan de la mousson dépasse les 230 morts

Après le décès de 11 personnes dans le Bengale, les autorités indiennes ont revu samedi à la hausse le bilan des pluies diluviennes qui ont frappé l'Inde.

storybild

Le bilan de la mousson en Inde a été revu à la hausse samedi après la mort de onze personnes dans l’État du Bengale, frappé par des pluies diluviennes comme ici à Calcutta. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Onze personnes sont mortes, dans l’est de l’Inde, après des pluies torrentielles qui ont emporté des maisons et provoqué des glissements de terrain, portant le bilan des pluies de mousson dans le pays à plus de 230 morts, ont annoncé les autorités samedi. Les pluies diluviennes qui ont balayé le pays ont frappé l’État du Bengale-Occidental (est), causant des destructions généralisées. Quatre personnes ont été électrocutées après que la pluie a infiltré leur habitation dans la ville de Howrah et dans le district de Nord 24 Parganas, a indiqué Javed Khan, ministre de la Gestion des catastrophes du Bengale-Occidental.

Sept personnes sont mortes quand leur maison a été engloutie, a-t-il ajouté, et plusieurs autres sont toujours portées disparues. Dans l’état voisin du Jharkhand, des dizaines de voitures submergées jonchaient les eaux, après cinq jours de pluies intenses. Les experts estiment que l’intensité et la fréquence des pluies de mousson, annuelles en Inde de juin à septembre, sont renforcées par le changement climatique.

Touristes bloqués

L’État du Maharashtra (ouest) a été frappé durant le mois de juillet par des pluies violentes et des glissements de terrain qui ont déversé des torrents de boue sur les villages, tuant au moins 200 personnes. Les États d’Himachal Pradesh et d’Uttarakhand (nord) ont également été violemment touchés.

Sept personnes ont été tuées dans un glissement de terrain en Himachal Pradesh cette semaine, et sept autres sont mortes dans une violente tempête qui a balayé le village isolé de Honzar, au Cachemire indien. Des touristes sont bloqués dans ces deux États, où des éboulements rendent impraticables des routes principales.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.