En Syrie

05 mars 2018 12:15; Act: 05.03.2018 13:56 Print

Première aide humanitaire dans la Ghouta

Un premier convoi d'aide humanitaire est entré lundi, dans le fief rebelle situé dans la Ghouta orientale, qui est la cible depuis 20 jours d'une offensive meurtrière du régime.

Sur ce sujet

Un convoi d'aide humanitaire est entré lundi dans le fief rebelle situé dans la Ghouta orientale, a annoncé une agence de l'ONU, alors que ce bastion insurgé aux portes de Damas est la cible depuis 20 jours d'une offensive meurtrière du régime. Ce convoi acheminant des aides médicales et de la nourriture pour quelque 27 500 personnes, selon le Bureau de coordination des affaires humanitaires de l'ONU (Ocha), est le premier à entrer dans l'enclave depuis le lancement, le 18 février, de cette opération militaire du régime qui a fait plus de 700 morts parmi les civils, d'après une ONG.

Un convoi affrété par l'ONU, le Croissant-Rouge syrien et le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) «entre à Douma, dans la Ghouta orientale», a indiqué sur son compte Twitter le bureau d'Ocha en Syrie. Si ce convoi destiné à la principale ville du fief rebelle transporte des aides médicales et «de la nourriture pour 27 500 personnes dans le besoin», l'Ocha affirme n'avoir «pas été autorisée à charger de nombreuses aides médicales vitales».

Trois des 46 camions «quasi vides»

«Par conséquent, trois des 46 camions qui sont envoyés à Douma aujourd'hui sont quasi vides», a souligné une responsable d'Ocha à Damas, Linda Tom. Ces aides arrivent alors que le régime mène actuellement une offensive terrestre et a déjà reconquis le tiers de ce dernier fief rebelle aux portes de la capitale.

C'est aussi la première livraison d'aides dans la Ghouta depuis l'entrée en vigueur d'une trêve quotidienne décidée il y a une semaine par la Russie, qui prévoyait l'évacuation de blessés et de civils et la distribution d'aides, mais dont les dispositions étaient restées lettre morte. La Syrie est ravagée depuis 2011 par une guerre meurtrière qui a fait plus de 340 000 morts.

(L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Rigoberta le 05.03.2018 12:54 Report dénoncer ce commentaire

    ce que l'article ne dit pas c est que les rebelles ne laissent pas partir les civils car ils sont leurs boucliers humains.

  • Yann L le 05.03.2018 12:57 Report dénoncer ce commentaire

    On adore employer le terme "rebelles" alors que ce sont bel et bien des terroristes. Peu importe, l'armée régulière syrienne et les russes font le boulot, ils combattent les terroristes, eux!

  • Peace & Love le 05.03.2018 13:04 Report dénoncer ce commentaire

    Ce ne serait pas plus simple et humain de stopper cette guerre en se donnant de véritables moyens ?

Les derniers commentaires

  • Peace & Love le 05.03.2018 13:04 Report dénoncer ce commentaire

    Ce ne serait pas plus simple et humain de stopper cette guerre en se donnant de véritables moyens ?

  • Yann L le 05.03.2018 12:57 Report dénoncer ce commentaire

    On adore employer le terme "rebelles" alors que ce sont bel et bien des terroristes. Peu importe, l'armée régulière syrienne et les russes font le boulot, ils combattent les terroristes, eux!

    • Bon éléve le 05.03.2018 15:51 Report dénoncer ce commentaire

      Oui, et en plus ce sont des dictateurs sympas, ils ont le bon goût de ne pas nous déranger ! on entendu pour ainsi dire, personne se plaindre...

  • Rigoberta le 05.03.2018 12:54 Report dénoncer ce commentaire

    ce que l'article ne dit pas c est que les rebelles ne laissent pas partir les civils car ils sont leurs boucliers humains.