Migrants aux États-Unis

25 juin 2018 08:18; Act: 25.06.2018 09:55 Print

2 000 enfants restent séparés de leurs parents

Alors que plus de 500 enfants de migrants ont pu rejoindre leur famille aux États-Unis, 2 000 autres restaient dimanche toujours séparés de leurs proches.

storybild

Les enfants migrants séparés de leurs parents choquent l'Amérique.

Sur ce sujet

Plus de 500 enfants de migrants ont été réunis avec leur famille aux États-Unis, mais 2 000 autres restaient dimanche, toujours séparés de leurs proches, le flou régnant sur le calendrier et les modalités d'éventuelles retrouvailles malgré la polémique autour de la politique de Donald Trump. Après sa volte-face de cette semaine censée mettre fin à la séparation des familles, le président américain a appelé dimanche à encore plus de fermeté sur l'immigration, suggérant que les migrants illégaux puissent être expulsés sans passer par la case justice.

«Nous ne pouvons pas autoriser ces personnes à envahir notre pays», a-t-il déclaré sur Twitter. «Quand quelqu'un entre, nous devons immédiatement, sans juges ou décisions judiciaires, les renvoyer d'où ils viennent», a poursuivi M. Trump. Son administration a publié samedi les premiers chiffres officiels depuis que le président républicain a mis fin mercredi, par décret, à la séparation systématique des enfants de leurs parents arrêtés pour avoir franchi illégalement la frontière depuis le Mexique.

Labyrinthe procédural

La police aux frontières «a réuni 522 enfants étrangers non-accompagnés dans leur détention qui avaient été séparés des adultes dans le cadre de la politique de tolérance zéro», a annoncé le ministère de la Santé, dans un communiqué. «Le gouvernement des États-Unis sait où se trouvent tous les enfants dans ses centres de rétention et travaille pour les réunir avec leur famille», a-t-il assuré, après plusieurs jours de confusion. L'armée américaine est en train d'installer sur deux de ses bases des camps destinés à «offrir un refuge» aux migrants «qui n'en ont pas», a précisé de son côté, dimanche, le secrétaire à la Défense, Jim Mattis. Il s'agit pour les militaires d'apporter un «support logistique» aux services de sécurité intérieure, a-t-il ajouté.

La politique de «tolérance zéro» de l'administration Trump face à l'immigration illégale avait abouti à la séparation de nombreux enfants de leurs parents, provoquant un tollé aux États-Unis, jusque dans les rangs républicains, mais aussi au niveau international avec de vives critiques de l'ONU. L'une des principales interrogations restait dimanche de savoir combien de temps il faudrait pour réunir toutes les familles séparées. Quelque 2 000 mineurs étaient toujours éloignés de leurs parents dimanche, selon le ministère de la Santé, et des avocats travaillant sur ce dossier disent faire face à un labyrinthe procédural.

(L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • torolkozo le 25.06.2018 10:03 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C'est ridicule cette situation, soit on les garde soit on les expulse ensemble, mais c'est inhumain de les séparer ainsi !!!

  • Unicorn le 25.06.2018 10:15 Report dénoncer ce commentaire

    Quand systématiquement un enfant ne voit pratiquement plus un parent en cas de divorce dans nos pays, le plus souvent le père, cela ne fait pas la une. Et pourtant ce sont des milliers aussi, qui sont condamnés sans avoir rien fait d'illégal.

  • Fred. le 25.06.2018 18:36 Report dénoncer ce commentaire

    Une grande majorité de clandestins se servent des enfants afin d'entrer illégalement. Il suffit de voir en méditerranée les réfugié économique qui n'hésite pas à pousser les enfants dans l'eau pour qu'on viennent les secourir. Ils savent quoi faire pour vous émouvoir et le comble c'est qu'il y arrivent et ensuite vous vous faites agresser ou cambrioler et la alors vous n'avez plus le même discours.

Les derniers commentaires

  • avis le 26.06.2018 07:21 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Cette situation est honteuse, séparer des familles est inhumain ...

  • Fred. le 25.06.2018 18:36 Report dénoncer ce commentaire

    Une grande majorité de clandestins se servent des enfants afin d'entrer illégalement. Il suffit de voir en méditerranée les réfugié économique qui n'hésite pas à pousser les enfants dans l'eau pour qu'on viennent les secourir. Ils savent quoi faire pour vous émouvoir et le comble c'est qu'il y arrivent et ensuite vous vous faites agresser ou cambrioler et la alors vous n'avez plus le même discours.

  • RamBo le 25.06.2018 13:38 Report dénoncer ce commentaire

    A la base, les parents n'ont pas respecté la loi. C'est toujours facile de crier au scandale ........

  • anonymous le 25.06.2018 11:26 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et la faute à qui ??? Aux parents en premier lieu...Ce sont des clandestins qui rentrent illégalement dans un pays....de plus cette histoire de séparation est grotesque...autant plaindre un comdamné à de la prison d'être séparé de ses gosses...

  • Martin le 25.06.2018 10:30 Report dénoncer ce commentaire

    Le conducteur de bâteau turc entre Panama et Shanghai loin de sa famille 10 mois sur 12, le migrant africain loin de sa famille pour lui envoyer quelques Euros par mois: ces situations sont pourtant bien acceptées sur l'autel du mondialisme !

    • Méli57 le 25.06.2018 11:17 Report dénoncer ce commentaire

      et leurs enfants attendent parqués dans des centres de détention? à 5 ans? Non ils restent avec un membre de la famille, un point de repère, vous n'avez pas d'enfants?