À Séoul

13 juillet 2020 09:00; Act: 13.07.2020 11:11 Print

20 000 personnes ont rendu hommage au maire

Les obsèques de Park Won-soon, qui s'est suicidé après avoir été accusé de harcèlement sexuel, se sont déroulées lundi à Séoul, en dépit d'une pétition contre cette cérémonie.

storybild

Les sympathisants du maire ont pleuré à chaudes larmes. (photo: AFP/Jung Yeon-je)

Sur ce sujet
Une faute?

Les obsèques du maire de Séoul, Park Won-soon, qui s'est suicidé après avoir été accusé de harcèlement sexuel, se sont déroulées lundi en dépit d'une pétition, signée par un demi-million de personnes, contre cette cérémonie organisée par la Ville.

Ex-avocat des droits de l'homme, le premier homme de la ville était une figure emblématique du Parti démocrate (centre gauche) au pouvoir. Il dirigeait depuis 2011 la gigantesque capitale de la Corée du Sud, qui compte environ 10 millions d'habitants, soit presque un cinquième de la population du pays.

Pétition en ligne contre la cérémonie

Son corps a été découvert vendredi matin dans la montagne à la périphérie de Séoul, au lendemain d'un dépôt de plainte, par son ancienne secrétaire, pour des faits d'abus sexuel.

Plus de 20 000 personnes sont venues lui rendre un dernier hommage. Une pétition s'opposant à cette cérémonie et mise en ligne sur le site Internet de la présidence a recueilli plus de 500 000 signatures.

Réflexion

«La population doit-elle assister durant cinq jours aux funérailles d'un responsable politique de premier plan qui s'est suicidé à la suite d'accusation de harcèlement sexuel», s'interroge la pétition qui demande «quel genre de message cela envoie».

«J'ai décidé de ne pas présenter mes hommages», a écrit sur sa page Facebook Ahn Cheol-soo, à la tête du parti centriste, estimant que «c'est le moment d'avoir une réflexion profonde sur les comportements de... hauts responsables de ce pays».

Une centaine de personnes ont assisté lundi à ces obsèques, leur nombre étant limité en raison du coronavirus. Les sympathisants du maire ont pleuré à chaudes larmes quand la famille du défunt a pénétré dans l'hôtel de ville en portant son portrait. Le suicide de Park Won-soon a éteint toutes les poursuites à son encontre.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.