Record en Côte d'Ivoire

27 juillet 2017 20:19; Act: 28.07.2017 12:09 Print

Trois tonnes d'écailles de pangolin saisies

Une saisie de trois tonnes d'écailles de pangolin a été réalisée en Côte d'Ivoire, la plus importante jamais enregistrée dans ce pays, ont annoncé les autorités jeudi.

storybild

La peine encourue est seulement d'un an de prison et 30 000 FCFA d'amende. (photo: AFP/Roslan Rahman)

Sur ce sujet

Huit trafiquants ont été arrêtés dans la nuit de mardi à mercredi alors qu'ils s'apprêtaient à vendre leur cargaison, probablement à destination de l'Asie, a déclaré le capitaine Thimotée Gnahore, de l'Unité de lutte contre la criminalité transnationale organisée (UCT), lors d'une conférence de presse à Abidjan. Trois tonnes d'écailles représentent 4 000 pangolins, capturés en Côte d'Ivoire, au Burkina Faso et au Libéria, selon Adama Kamagate, de l'organisation de défense de la nature Eagle, qui a aidé l'UCT et les agents des Eaux et Forêts dans l'opération. «C'est un massacre», a déploré le commissaire Bonaventure Adomo, chef de l'UCT.

Unique mammifère recouvert d'écailles, doté d'une longue langue visqueuse pour capturer des insectes, le pangolin vit dans les forêts tropicales et équatoriales d'Afrique et d'Asie du Sud-Est. D'aspect préhistorique avec sa petite tête et sa carapace d'écailles jusque sur sa longue queue, il détient le titre peu envié de mammifère le plus victime de trafic au monde, avec environ un million de pangolins capturés ces dix dernières années. Menacé d'extinction, il est intégralement protégé par le traité de la Convention internationale sur le commerce d'espèces sauvages menacées (Cites) depuis septembre 2016.

70 000 euros

La valeur marchande de la cargaison illégale saisie à Abidjan est estimée à 45 millions de francs CFA (près de 70 000 euros) sur le marché ivoirien, selon le capitaine Gnahore. Mais sa valeur sur le marché asiatique pourrait être cent fois plus élevée, si l'on se réfère aux dernières saisies importantes effectuées en Malaisie et en Thaïlande. Les écailles se négocient plus de 1.000 euros le kilo au Vietnam ou en Chine. Elles sont parées de nombreuses vertus curatives ou aphrodisiaques par la médecine traditionnelle asiatique, bien qu'elles ne soient guère plus que de la simple kératine, comme les ongles humains.

«C'est un trafic juteux», a estimé le capitaine Gnahore, qui s'exprimait dans la cour du siège de l'UCT où était exposés une soixantaine de sacs renfermant les trois tonnes d'écailles. Les huit trafiquants interpellés, de nationalité ivoirienne, burkinabè et guinéenne, font partie d'un «vaste réseau mafieux», a précisé le capitaine, pour qui les peines qu'ils risquent sont trop peu dissuasives.

(L'essentiel/AFP)