Climat

12 juin 2021 09:59; Act: 12.06.2021 15:34 Print

L’ouest des États-​​Unis frappé par la sécheresse

Alors que l’été n’a pas encore commencé, 88% de l’Ouest américain est en état de sécheresse, dont toute la Californie, l’Oregon, l’Utah et le Nevada.

storybild

Le lac, attenant au célèbre barrage de Hoover Dam qui se dresse aux portes de Las Vegas, n’est plein qu’à 36%, soit un taux encore plus bas que le dernier record établi en 2016. (photo: ChTalos)

Sur ce sujet
Une faute?

Lacs à leur plus bas niveau historique, feux de forêts précoces, restrictions d’eau et maintenant vague de chaleur potentiellement record: l’été n’a pas encore officiellement débuté que l’Ouest des États-Unis subit déjà de plein fouet les effets d’une sécheresse chronique, encore aggravée par le changement climatique.

Selon les derniers relevés des agences gouvernementales, 88% de l’Ouest américain étaient en état de sécheresse cette semaine, dont l’intégralité de la Californie, de l’Oregon, de l’Utah et du Nevada.

Le lac Mead n’est plein qu’à 36%

Dernier symptôme en date de ce phénomène, qui affecte au total plus de 143 millions de personnes aux États-Unis, le lac Mead, plus grosse réserve d’eau du pays située sur le fleuve Colorado, à la frontière du Nevada et de l’Arizona, a atteint cette semaine son niveau le plus bas depuis sa création dans les années 1930. Le lac, attenant au célèbre barrage de Hoover Dam qui se dresse aux portes de Las Vegas, n’est plein qu’à 36%, en dessous du record établi en 2016. Les autorités fédérales s’attendaient certes à ce qu’une telle pénurie survienne, mais pas avant le mois d’août.

La situation est tout aussi préoccupante dans le nord de la Californie, pourtant généralement bien arrosée durant l’hiver et le printemps. Le niveau du lac Oroville, deuxième réservoir de l’État et élément-clé du réseau fournissant de l’eau potable à 27 millions de Californiens, est cinquante mètres plus bas qu’en 2019.

Restrictions d’eau à venir

Désormais, des restrictions d’eau importantes sont inévitables dans les mois à venir, ce qui pourrait avoir des conséquences graves dans plusieurs États de l’ouest du pays, notamment pour les exploitations agricoles qui dépendent de l’irrigation et fournissent une grande partie des fruits et légumes du pays. Sans parler des amandiers de Californie, qui représentent jusqu’à 80% de la production mondiale mais que certains agriculteurs ont déjà commencé à arracher pour réduire leur consommation en eau.

Au 1er avril, qui marque traditionnellement la fin des chutes de neige, les réserves de neige dans la Sierra Nevada voisine - source d’environ un tiers de l’eau utilisée en Californie - étaient seulement d’environ 60% par rapport à la moyenne.

«Ce qui est vraiment unique cette année, c’est que lorsque la neige a fondu, le ruissellement a fini par s’infiltrer dans les sols secs et par s’évaporer», sans réellement parvenir jusqu’au lac d’Oroville pour gonfler ses réserves, explique John Yarbrough, un responsable du Département des ressources en eau de Californie.

Changement climatique en cause

Pour la plupart des experts, même si le sud-ouest des États-Unis est naturellement exposé à la sécheresse, il ne fait aucun doute que la situation est considérablement aggravée par le réchauffement climatique. Une étude publiée l’an dernier dans la revue «Science» estimait ainsi que le changement climatique induit par les activités humaines avait accentué l’impact de la sécheresse de 46% entre 2000 et 2018.

«Ce qui est clair, c’est que nous vivons déjà sous un nouveau climat, un climat qui est différent que celui sous lequel nos systèmes ont été conçus voici cinquante ou cent ans», déclarait récemment Noah Diffenbaugh, climatologue à l’université californienne de Stanford. «Et c’est un climat dans lequel les déficits en eau sont principalement la conséquence du réchauffement», estime l’expert, pour qui il reste possible «de gérer les risques présentés par ces changements du climat». «Mais pour y parvenir, il ne faut pas seulement reconnaître la réalité de ce changement climatique et s’y ajuster, il faut anticiper», souligne-t-il.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Zen le 12.06.2021 15:17 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Tous ces incendies de ces dernières années en Californie ont sûrement joué un grand rôle.

  • Angelo51 le 12.06.2021 18:09 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pour rendre les nouvelles moins tristes, j’ai adopté la technique de la transposition locale et dans cet article j’ai transformé Université de Standford par Université de Steinfort et cela devient tout de suite plus rigolo.

  • Elisabeth le 12.06.2021 17:28 Report dénoncer ce commentaire

    La dernière fois que j'ai vu le Colorado, il était pas plus large que mon bras, les rives du lac Mead étaient déplorablement basses. La ville de Las Vegas doit pomper toute cette eau pour être alimentée, et ça ne fait que commencer. Bientôt la vie ne sera plus possible dans cet endroit d'Amérique. Dommage.!

Les derniers commentaires

  • YOLO le 12.06.2021 19:02 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ils peuvent investir de l'argent dans le dessalement de l'eau de mer en vue de sa consommation voir même pour remplir des lacs artificiels. De toute façon,c'est aujourd'hui un moyen efficace pour avoir de l'eau potable que l'on peut pomper à travers des pipelines vers les endroits souhaités.

  • Angelo51 le 12.06.2021 18:09 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pour rendre les nouvelles moins tristes, j’ai adopté la technique de la transposition locale et dans cet article j’ai transformé Université de Standford par Université de Steinfort et cela devient tout de suite plus rigolo.

  • Elisabeth le 12.06.2021 17:28 Report dénoncer ce commentaire

    La dernière fois que j'ai vu le Colorado, il était pas plus large que mon bras, les rives du lac Mead étaient déplorablement basses. La ville de Las Vegas doit pomper toute cette eau pour être alimentée, et ça ne fait que commencer. Bientôt la vie ne sera plus possible dans cet endroit d'Amérique. Dommage.!

  • Zen le 12.06.2021 15:17 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Tous ces incendies de ces dernières années en Californie ont sûrement joué un grand rôle.