Aux États-Unis

27 juin 2018 10:04; Act: 27.06.2018 10:29 Print

La justice ordonne de réunir les familles

Dans la nuit de mardi à mercredi, un tribunal de San Diego a mis fin aux pratiques dénoncées depuis plusieurs semaines par les défenseurs des migrants.

storybild

Manifestation contre la politique d'immigration de Donald Trump, le 26 juin, à Los Angeles. (photo: AFP/Frederic J. Brown)

Sur ce sujet

Un tribunal de San Diego (sud-ouest des États-Unis) a ordonné dans la nuit de mardi à mercredi, la réunification des familles de migrants séparées par la police de l'immigration, dénonçant la politique de «tolérance zéro» du gouvernement Trump. Le président républicain Donald Trump avait pourtant obtenu mardi une victoire importante après des mois de contentieux judiciaire quand la Cour Suprême a validé son décret migratoire controversé visant les citoyens de six pays à majorité musulmane.

Mais sa politique de «tolérance zéro» face à l'immigration clandestine, contre laquelle près de 20 États américains progressistes viennent par ailleurs de porter plainte, est sous pression depuis plusieurs jours. Selon la décision du tribunal de San Diego, les parents doivent, sauf s'ils présentent un danger pour leurs enfants, être réunis avec eux sous 14 jours pour les moins de cinq ans et sous trente jours pour tous les autres. La décision demande au gouvernement fédéral de «faire face aux circonstances chaotiques qu'il a créées».

Une «énorme victoire»

La plainte avait été déposée par l'association de défense des droits civiques ACLU au nom de migrants anonymes contre la police de l'immigration (ICE), à qui le juge Dana Sabraw demande également de «tout faire pour faciliter la communication» entre les familles séparées et de leur permettre de se parler sous dix jours. L'ACLU s'est réjouie dans un communiqué et sur Twitter d'une «énorme victoire pour les parents et les enfants qui pensaient qu'ils n'allaient jamais se revoir», ajoutant qu' «il va y avoir des larmes (de joie) dans les centres de détention partout dans le pays». Depuis le mois de mai, les poursuites systématiques engagées contre les parents traversant la frontière avec leurs enfants avaient abouti à la séparation de plus de 2 300 mineurs, provoquant un tollé aux États-Unis et à l'étranger.

D'autres plaintes déposées au nom de migrants mardi mettent en cause le «traumatisme» de la séparation des parents et enfants et dénoncent des conditions «inhumaines» de détention dans les centres de l'ICE. La semaine dernière, face au tollé jusque dans les rangs de son parti républicain et à l'ONU, Donald Trump avait signé un décret suspendant la séparation des parents et enfants entrés ensemble aux États-Unis ces dernières semaines, en grande partie des demandeurs d'asile fuyant la violence et la pauvreté en Amérique centrale. Mardi, l'administration Trump avait aussi de facto suspendu les poursuites contre les familles arrêtées à la frontière mexicaine, faute de place pour les détenir. Ce nouveau barrage à la politique anti-immigration du gouvernement fédéral vient une fois encore de Californie, bastion démocrate. Sacramento est notamment poursuivi par le département de la Justice pour s'être proclamé État «sanctuaire»: sa police a pour instruction de ne pas collaborer avec la police de l'immigration fédérale pour les sans-papiers n'ayant pas commis de crimes violents.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • torolkozo le 27.06.2018 13:45 Report dénoncer ce commentaire

    Soit les garder ensemble, soit les expulser ensemble, voilà, où est le problème?

  • A Heim le 27.06.2018 14:00 Report dénoncer ce commentaire

    Ça va être compliqué! On n'avait prévu ça, du coup on a oublié de les marquer à l'entrée du camp.

  • Mika Scheuer le 27.06.2018 14:02 Report dénoncer ce commentaire

    On espère qu'on pourra les réunir dans des délais raisonables et si possibles entiers.

Les derniers commentaires

  • Mika Scheuer le 27.06.2018 14:02 Report dénoncer ce commentaire

    On espère qu'on pourra les réunir dans des délais raisonables et si possibles entiers.

  • A Heim le 27.06.2018 14:00 Report dénoncer ce commentaire

    Ça va être compliqué! On n'avait prévu ça, du coup on a oublié de les marquer à l'entrée du camp.

  • torolkozo le 27.06.2018 13:45 Report dénoncer ce commentaire

    Soit les garder ensemble, soit les expulser ensemble, voilà, où est le problème?