Crise en Syrie

20 avril 2012 15:43; Act: 20.04.2012 15:55 Print

Le train de vie d'Assad dans le viseur de l'UE

Bruxelles prépare un quatorzième train de sanctions contre le régime syrien, en limitant les produits de luxe, pour s'en prendre symboliquement au train de vie du couple dirigeant syrien.

storybild

Bruxelles envisage une «mesure symbolique» à l'encontre du couple Assad en en limitant l'importation des produits de luxe en Syrie. (photo: AFP)

  • par e-mail

«Les sanctions sont prêtes. Il faudra voir lundi, en fonction de l'évolution sur le terrain, si les ministres européens des Affaires étrangères les adoptent ou pas», au cours d'une réunion prévue à Luxembourg, a indiqué un diplomate européen. D'une part, l'Union européenne envisage d'allonger la liste des équipements qui peuvent servir à des fins de répression de l'opposition, ou qui peuvent servir à l'élaboration de tels produits, a-t-il souligné. Certains de ces produits seront interdits, d'autres nécessiteront un processus d'autorisation spéciale, au cas par cas, a précisé ce diplomate.

D'autre part, l'UE entend annoncer l'interdiction des exportations de produits de luxe, même si le champ d'application exact de la mesure doit encore être défini, a-t-il ajouté. En s'en prenant aux produits de luxe, l'UE vise de manière «très symbolique» le train de vie du couple Assad, alors que la presse avait récemment épinglé les goûts de luxe de l'épouse du président syrien Bachar al-Assad, Asma, a reconnu un autre diplomate européen sous couvert d'anonymat.

126 personnes et 41 sociétés visées par ces nouvelles sanctions

«Il s'agit de faire comprendre au couple Assad, mais aussi à son clan et aux membres du régime que les événements en Syrie ont également des conséquences sur leur train de vie personnel, a-t-il précisé, en admettant que ce type de mesures pouvait être facilement contourné et qu'elles avaient essentiellement un caractère symbolique». Il y a un mois, lors de leur dernière réunion, les ministres européens avaient imposé pour la première fois des sanctions contre Asma al-Assad, et à trois autres membres de sa famille dont sa mère.

Au total, 126 personnes et 41 sociétés sont visées par les sanctions européennes. Les sanctions européennes visent notamment la banque centrale, le commerce de métaux précieux ou les vols de fret. Par ailleurs, l'UE est disposée à apporter des moyens logistiques à la mission de quelque 300 observateurs que l'ONU entend déployer en Syrie pour renforcer l'actuelle mission avancée qui doit comprendre une trentaine de membres dans les prochains jours, a indiqué un autre diplomate de haut rang.

120 civils tués depuis l'entrée en vigueur du «cessez-le-feu»

Lors d'une visite à Bruxelles cette semaine du secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon avait indiqué qu'elle pourrait avoir besoin d'équipements de transport, a-t-il précisé, évoquant des hélicoptères, des avions, mais aussi des voitures ou des camions blindés et des besoins en images satellitaires. «Tout ça nous sommes capables de le fournir, et nous sommes en contact avec les membres de l'équipe de l'envoyé spécial de l'ONU Kofi Annan pour voir quels sont de manière plus précise les besoins qu'ils pourraient exprimer auprès de l'UE», en dehors des moyens fournis par ses États à titre national», a-t-il précisé.

Plus généralement, les ministres européens doivent évoquer lundi la situation sur le terrain en Syrie, où une trêve a été instaurée le 12 avril conformément au plan Annan, mais qui est quotidiennement violée. L'Observatoire syrien des droits de l'homme a déjà recensé plus de 120 civils tués depuis son entrée en vigueur.

(L'essentiel Online/AFP)