Propos déplacés

08 août 2017 09:02; Act: 08.08.2017 09:28 Print

L'auteur d'un blog sexiste renvoyé par Google

Un employé du géant du web, qui avait créé une polémique dans les médias américains en publiant des propos sexistes, a été licencié lundi.

storybild

Le PDG de Google, Sundar Pichai, a défendu la liberté d'expression de ses employés, tout en se dissociant des propos incriminés. (photo: AFP/Justin Sullivan)

Sur ce sujet

Un ingénieur de Google qui avait publié un blog affirmant que la faible présence des femmes dans le secteur technologique s'expliquait par «des facteurs biologiques» a été renvoyé lundi par le géant de l'Internet, affirment les médias américains. Selon l'agence Bloomberg News, cet ingénieur, qu'elle identifie comme James Damore, aurait lui-même confirmé son renvoi. Google a indiqué que la compagnie «ne peut commenter les cas individuels d'employés».

Dans une note interne, cet ingénieur affirmait que «les choix et les capacités des hommes et des femmes divergent, en grande partie en raison de causes biologiques et donc ces différences peuvent expliquer pourquoi on n'a pas une représentation égale des femmes dans la tech et dans les fonctions de leadership». La note, qualifiée de «sexiste» par les médias américains, a fait scandale dimanche.

Les femmes peu représentées dans la Silicon Valley

Dans un courriel au personnel, le PDG de Google Sundar Pichai a défendu le droit des employés à s'exprimer, estimant que la plus grande partie de la note pouvait faire l'objet d'un débat. «Toutefois, certains passages violent notre Code de conduite et franchissent les limites en avançant des stéréotypes de genre nuisibles sur notre lieu de travail», ajoute-t-il. «Suggérer qu'un groupe de nos collègues a des traits qui les rend biologiquement moins adaptées à ce travail est offensant».

Cette affaire éclate alors que les critiques se multiplient contre les entreprises de la Silicon Valley pour le peu de place faite aux femmes. Actuellement, 69% des salariés de Google sont des hommes, une proportion qui monte à 80% dans les emplois technologiques, selon les derniers chiffres du groupe. Chez Facebook, les femmes n'étaient que 27% parmi les cadres supérieurs en 2016. Quant à Apple, il compte 37% de femmes au total.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Darwin le 08.08.2017 16:25 Report dénoncer ce commentaire

    C'est juste le constat d'une réalité, pas une critique ou un apriori. Il suffit de voir le ratio de fille dans des écoles "techniques".

  • Fruppsi. le 08.08.2017 15:58 Report dénoncer ce commentaire

    Je ne vois pas en quoi ce serait sexiste.

Les derniers commentaires

  • Darwin le 08.08.2017 16:25 Report dénoncer ce commentaire

    C'est juste le constat d'une réalité, pas une critique ou un apriori. Il suffit de voir le ratio de fille dans des écoles "techniques".

  • Fruppsi. le 08.08.2017 15:58 Report dénoncer ce commentaire

    Je ne vois pas en quoi ce serait sexiste.