Amérique centrale

19 novembre 2020 15:06; Act: 19.11.2020 15:20 Print

La tempête tropicale Iota s'affaiblit, 38 morts

Iota était en voie de dissipation dans la nuit de mercredi à jeudi, au Salvador, après avoir fait au moins 38 morts et d’énormes dégâts en Amérique centrale.

Sur ce sujet
Une faute?

Iota, un ouragan devenu tempête tropicale, était en voie de dissipation dans la nuit de mercredi à jeudi, au Salvador, après avoir fait au moins 38 morts et d'énormes dégâts en Amérique centrale, déjà dévastée il y a deux semaines par l'ouragan Eta. Mercredi, les autorités du Nicaragua ont annoncé un nouveau bilan provisoire de 18 morts, dont sept enfants dans un glissement de terrain et dans les inondations. Des dizaines de milliers de personnes sont toujours isolées, sans eau potable ni électricité.

Le Honduras, quant à lui, déplore quatorze décès, après la découverte des corps de huit personnes tuées dans un glissement de terrain. Iota a également fait deux morts au Guatemala, deux morts dans un archipel colombien des Caraïbes, un mort au Panama et un autre au Salvador. Le ministère salvadorien de l’Environnement a annoncé que, conformément aux prévisions, Iota avait perdu de son intensité au cours de son passage sur le pays. Mais des pluies importantes continuaient de s’abattre sur le nord du Nicaragua. Après avoir amassé de l’énergie sur les eaux chaudes de la mer des Caraïbes, Iota avait touché terre, lundi, dans ce pays en tant qu’ouragan de catégorie 5, la plus élevée de l’échelle de Saffir-Simpson. Il était alors accompagné de vents violents atteignant parfois 260 kilomètres/heure, selon le centre américain de surveillance des ouragans, le NHC, qui a son siège à Miami (Floride).

Un responsable du gouvernement de la région nicaraguayenne des Caraïbes du nord, Yamil Zapata, a déclaré mercredi que Iota avait durement frappé les infrastructures de Bilwi, la principale ville de cette partie du Nicaragua. Cet ouragan «est arrivé et a achevé» de tout détruire «ce que (l’ouragan) Eta avait laissé debout» voici seulement une quinzaine de jours, a expliqué Yamil Zapata, précisant que de nombreuses habitations étaient endommagées. «Les dégâts sont vraiment importants», a assuré Yamil Zapata, à un média local.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.