En Irak

13 octobre 2017 11:01; Act: 13.10.2017 12:31 Print

Bagdad emploie la force face aux Kurdes à Kirkouk

Bagdad a lancé, vendredi, des opérations militaires dans la province de Kirkouk, région pétrolière revendiquée par les Kurdes qui se préparent à défendre leurs positions.

storybild

Des milliers de peshmergas «lourdement armés» se sont positionnés autour de Kirkouk.

  • par e-mail
op Däitsch
Sur ce sujet

«Les forces armées irakiennes avancent pour reprendre leurs postes militaires pris lors des événements de juin 2014», lorsque les peshmergas (combattants kurdes) se sont emparés de positions des forces du gouvernement central dans le chaos créé par la percée jihadiste, a indiqué à l'AFP ce général sous le couvert de l'anonymat. Positionné au sud de la ville de Kirkouk, qui a concentré les tensions lors de la tenue il y a plus de deux semaines du référendum d'indépendance kurde, ce général a ajouté que les forces gouvernementales, postées au sud-ouest de la ville, faisaient mouvement vers le sud de la province éponyme.

Elles ont repris «vendredi matin la base 102, à l'ouest de la ville de Kirkouk, près de l'autoroute menant à Tikrit, désertée sans combat par les peshmergas, qui y étaient jusqu'à hier soir, et des munitions s'y trouvaient encore», a indiqué le général. De son côté, Hemin Hawrami, conseiller du président de la région autonome du Kurdistan, Massoud Barzani, a affirmé sur Twitter que «des milliers de peshmergas lourdement armés étaient désormais positionnés autour de Kirkouk».

Repousser les attaques

«Ils ont pour ordre de se défendre quel qu'en soit le prix», a-t-il ajouté, et sont «totalement prêts à répondre à une éventuelle attaque des Unités de mobilisation populaire» - force paramilitaire pro-gouvernementale formée en 2014 pour faire face à la percée jihadiste. «L'escalade ne viendra pas de notre part, nous nous défendrons seulement et nous les repousserons s'ils attaquent», ajoute encore le responsable kurde.

Le gouvernement du Kurdistan irakien affirme depuis plusieurs jours que les forces gouvernementales s'apprêtaient à lui reprendre par la force les champs de pétrole de la région de Kirkouk, que se disputent Bagdad et Erbil.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Pas folle la Taupe le 13.10.2017 11:40 Report dénoncer ce commentaire

    Ah bravo... A peine on arrive à bout de l'EI, qu'ils se sentent obligé d'employer la force contre les kurdes...Les kurdes, qui, ont toujours combattu farouchement l'EI....Et voilà, le prochain bazar qui s'annonce...

  • Brian le 13.10.2017 12:32 Report dénoncer ce commentaire

    Ça pue l'épuration ethnique en préparation et une fois de plus la communauté internationale va s'empresser regarder ailleurs.

  • Quel bordel! le 13.10.2017 19:21 Report dénoncer ce commentaire

    Quel bordel!

Les derniers commentaires

  • Quel bordel! le 13.10.2017 19:21 Report dénoncer ce commentaire

    Quel bordel!

    • Uburoi le 15.10.2017 11:01 Report dénoncer ce commentaire

      Peut-on se demander si le "pique-nique" de 2003 a vraiment amené la démocratie, la prospérité et le bonheur dans ce pays ?

  • barbarossa le 13.10.2017 18:08 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    L'Irak est un etat de droit. Les kurdes ne peuvent pas simplement s'emparer d'une province et déclarer leur indépendance au nom d'une démocratie sélective.

    • Charlis G. le 13.10.2017 19:14 Report dénoncer ce commentaire

      Cela fait des dizaines et des dizaines d'années que cela dure et pourquoi ils n'auraient pas les mêmes droits que Israel . Posez vous la question >????

  • Brian le 13.10.2017 12:32 Report dénoncer ce commentaire

    Ça pue l'épuration ethnique en préparation et une fois de plus la communauté internationale va s'empresser regarder ailleurs.

  • Pas folle la Taupe le 13.10.2017 11:40 Report dénoncer ce commentaire

    Ah bravo... A peine on arrive à bout de l'EI, qu'ils se sentent obligé d'employer la force contre les kurdes...Les kurdes, qui, ont toujours combattu farouchement l'EI....Et voilà, le prochain bazar qui s'annonce...