États-Unis

12 janvier 2019 22:20; Act: 12.01.2019 22:28 Print

Julian Castro dans la course à la présidentielle

Julian Castro, ancien membre du gouvernement de Barack Obama, a annoncé samedi son entrée dans la course présidentielle. Il veut devenir le premier président hispanique.

storybild

La candidature de Julian Castro rejoint celle d'Elisabeth Warren, de Bernie Sanders et de Joe Biden.

Sur ce sujet
Une faute?

En plein débat sur l'immigration aux États-Unis, l'ancien maire de San Antonio Julian Castro, ex-ministre de Barack Obama, a annoncé samedi depuis le Texas sa candidature. Il veut devenir le premier président hispanique du pays.

Petit-fils d'une immigrée mexicaine, M. Castro, 44 ans, devient le démocrate le plus en vue à faire son entrée officielle dans la course à la présidentielle de 2020, à laquelle devraient participer des candidats divers et variés pour faire face à Donald Trump.

«Quand ma grand-mère est arrivée ici il y a près de 100 ans, je suis sûr qu'elle n'aurait jamais imaginé que seulement deux générations plus tard, un de ses petits-fils serait un élu du Congrès des États-Unis et l'autre se tiendrait aujourd'hui devant vous pour dire ces mots: je suis candidat à la présidence des États-Unis», a déclaré M. Castro, 44 ans, devant plusieurs centaines de partisans réunis sur une esplanade de San Antonio, dans le quartier où il a grandi avec son frère jumeau Joaquin, membre de la Chambre des représentants.

Cette annonce, faite sous le slogan «Une nation, un destin», intervient alors que Donald Trump a fait de l'immigration un sujet brûlant. Une partie des administrations fédérales est d'ailleurs en «shutdown» - paralysée - parce que le président exige 5,7 milliards de dollars pour un mur à la frontière avec le Mexique.

M. Castro s'est emparé du sujet. «Oui, il nous faut de la sécurité à la frontière, mais il y a une façon intelligente et humaine de le faire», a-t-il lancé, dénonçant une «crise de leadership» sous Donald Trump. «Et ce n'est certainement pas mettre des enfants en cage qui va assurer notre sécurité. Nous disons non à la construction du mur et oui à la construction de communautés».

Réintégrer l'accord de Paris

Parmi ses propositions: une couverture santé universelle aux États-Unis, des investissements dans l'éducation, la protection des minorités et la lutte contre le changement climatique. «Si je suis président, mon premier décret sera de réintégrer l'accord de Paris», a-t-il dit.

Connu pour ses talents d'orateur, le télégénique Julian Castro a été ministre du Logement de Barack Obama et maire de la septième ville des États-Unis. Il présente le double avantage d'être hispanique et originaire du Texas, un État pour l'instant majoritairement républicain, mais que les démocrates espèrent un jour conquérir à la faveur des changements démographiques.

Il devient le troisième candidat présidentiel latino d'envergure en quatre ans, après les sénateurs républicains Ted Cruz et Marco Rubio, qui ont fait face à M. Trump pour être nommés par le parti républicain en 2016. Pour l'instant, il fait figure d'outsider dans une course qui pourrait voir concourir plusieurs poids lourds, comme l'ancien vice-président Joe Biden, les sénateurs Elizabeth Warren, Bernie Sanders et Kamala Harris, et peut-être même le milliardaire Michael Bloomberg.

Enthousiasme ravivé

L'élue démocrate hawaïenne du Congrès Tulsi Gabbard a elle annoncé vendredi, à seulement 37 ans, qu'elle serait aussi en lice. La candidature de M. Castro pourrait raviver l'enthousiasme pour les démocrates chez les électeurs hispaniques, qui ont soutenu Hillary Clinton, mais dans une moindre proportion que Barack Obama.

L'ancien maire de San Antonio a acquis une notoriété nationale en 2012, lorsqu'il est devenu le premier Latino à donner un discours lors de la convention nationale démocrate. Quatre ans plus tard, il faisait partie des finalistes pour devenir candidat à la vice-présidence aux côtés d'Hillary Clinton.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Wayi le 14.01.2019 15:22 Report dénoncer ce commentaire

    Il a l'air trop gentil. mais on peut se tromper

  • Josée le 13.01.2019 16:51 Report dénoncer ce commentaire

    Pourquoi pas ? Il peut avoir sa chance lui aussi.

  • Lestrollsrusses le 13.01.2019 00:49 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Normalement on soutient tous Donald Trump car c'est notre candidat préféré.

Les derniers commentaires

  • Wayi le 14.01.2019 15:22 Report dénoncer ce commentaire

    Il a l'air trop gentil. mais on peut se tromper

  • Josée le 13.01.2019 16:51 Report dénoncer ce commentaire

    Pourquoi pas ? Il peut avoir sa chance lui aussi.

  • Lestrollsrusses le 13.01.2019 00:49 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Normalement on soutient tous Donald Trump car c'est notre candidat préféré.

    • Hein le 13.01.2019 11:04 Report dénoncer ce commentaire

      TOUS??? C'est qui ce TOUS?