Réchauffement

31 octobre 2017 13:58; Act: 31.10.2017 16:09 Print

Un écart «catastrophique» avec les besoins

Un rapport souligne la différence «significative» entre les engagements actuels des États et les besoins pour honorer l'accord de Paris.

storybild

Photo d'illustration.

  • par e-mail
Sur ce sujet

Les émissions de gaz à effet de serre atteindront d'ici 2020 probablement la partie haute des scénarios pour limiter le réchauffement à 1,5 ou 2°C. L'ONU a estimé mardi que les engagements des États laisseront un décalage d'émissions de 70% d'ici 2030.

Il faut une accélération rapide des actions et des plans nationaux étendues à plus long terme, estime ONU Environnement dans un rapport. Depuis trois ans, les émissions de CO2 sont restées stables, mais le total de celles de gaz à effet de serre, dont elles constituent environ 70%, «continue d'augmenter lentement».

Le rapport déplore une différence «significative» entre les engagements actuels des États et les besoins pour honorer l'accord de Paris. L'ONU appelle notamment à diminuer les polluants de courte durée. Et également à favoriser la reforestation ou la réhabilitation de terres détériorées.

Pour atteindre les niveaux prévus d'ici 2030 pour une limitation du réchauffement à 2°C, le décalage est actuellement de 11 à 13,5 gigatonnes d'équivalents de CO2 (GtCO2). Pour 1,5°C, il est de 16 à 19,5 GtCO2.

Pour autant, des investissements sur de nouvelles technologies dans plusieurs secteurs, à moins de 100 dollars par tonne, pourraient réduire les émissions de plus de 35 Gt par an d'ici 2030. Ils seraient alors largement suffisants pour réduire le décalage actuel observé entre les engagements des différents États et les besoins.

Moins de charbon, mais...

Les raisons principales de la stabilisation sur le CO2 sont liées au ralentissement de l'utilisation de charbon depuis 2011, notamment en Chine et aux États-Unis. L'augmentation des énergies renouvelables en Asie et une efficience énergétique à la hausse dans l'économie mondiale sont aussi mentionnées.

Mais cette situation pourrait encore changer si la croissance économique s'accélère, avertit aussi l'ONU. Le maintien d'investissements dans l'industrie du charbon provoquera par ailleurs des émissions à long terme. Il faut éviter de nouvelles centrales tout en prenant en compte l'impact sur l'emploi et le basculement vers d'autres types d'énergie, affirme le rapport. Selon ONU Environnement, il faudra que 80 à 90% des réserves mondiales de ce minerai restent dans le sol pour atteindre les objectifs climatiques. De même que 35% du pétrole et 50% du gaz.

Parmi les États, les pays du G20 devraient pouvoir honorer la fourchette moyenne de leurs objectifs d'ici 2020. La Chine, l'UE, l'Inde et le Japon devraient atteindre leurs engagements. La plupart des estimations concluent à la même évaluation pour l'Australie, le Brésil et la Russie. En revanche, les pays d'Amérique du nord, la Corée du Sud et l'Afrique du Sud devront probablement recourir aux mesures compensatoires. Et d'autres pays encore ont établi des engagements pour la période après 2020 seulement.

(L'essentiel/nxp/ats)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • le sage le 31.10.2017 14:47 Report dénoncer ce commentaire

    Il est illusoire de penser que nous arriverons à limiter le réchauffement climatique en-deça de 3 C° pour la simple raison que nous n'arriverons pas à changer de modèle économique. L'écrasante majorité des entreprises de la planète suivent un modèle basé sur la croissance des activités. Ces activités sont génératrices de grandes consommations de ressources et d'importantes pollutions.

  • Luxo le 31.10.2017 17:18 Report dénoncer ce commentaire

    Le plus grâve, le plus inquétant se sont les pays riches qui comme le GDL se permettent d'acheter aux pays vertueux (Lituanie) des quotas pour montrer patte blanche, alors que nous continuons à consommer massivement des produits manufacturés à bas prix en Chine qui elle utilise massivement le charbon pour ses usines.

  • Cyrix le 31.10.2017 21:32 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    il est amusant de constater que quand on parle environnement on ne parle plus que de co2.. mis sous le tapis les pollutions chimiques, nucléaires, la dissémination des déchets liés à la consommation de masse(smartphone au hasard) qui détruisent la planète plus sûrement que le taux de co2 qui reste extrêmement faible en comparaison des taux géologique (1500ppm il y a 60Ma)

Les derniers commentaires

  • JT le 01.11.2017 20:19 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    j'espère vraiment qu'un jour les gens vont comprendre que le CO2 n'a rien à voir avec le réchauffement climatique !!! certe s cela est de la pollution et donc un problème majeur mais non la cause du réchauffement climatique

  • Hofcat le 31.10.2017 21:36 Report dénoncer ce commentaire

    Les décisions politiques actuelles du type "Accord de Paris" cachent (un peu) l'absence totale de réaction face à ce problème qui menace l'existence même de l'humanité. Décider qu'on va limiter à tant le réchauffement mais n'imposer (ni même proposer) aucune solution, aucune idée, aucune initiative c'est lamentable, dramatique...

  • Cyrix le 31.10.2017 21:32 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    il est amusant de constater que quand on parle environnement on ne parle plus que de co2.. mis sous le tapis les pollutions chimiques, nucléaires, la dissémination des déchets liés à la consommation de masse(smartphone au hasard) qui détruisent la planète plus sûrement que le taux de co2 qui reste extrêmement faible en comparaison des taux géologique (1500ppm il y a 60Ma)

  • Luxo le 31.10.2017 17:18 Report dénoncer ce commentaire

    Le plus grâve, le plus inquétant se sont les pays riches qui comme le GDL se permettent d'acheter aux pays vertueux (Lituanie) des quotas pour montrer patte blanche, alors que nous continuons à consommer massivement des produits manufacturés à bas prix en Chine qui elle utilise massivement le charbon pour ses usines.

  • Phoenix le 31.10.2017 16:36 Report dénoncer ce commentaire

    La Chine ne respecte aucun engagement en ce qui concerne le climat et nous achetons tout ce qu'ils produisent pendant que l'UE s'efforce de limiter les émissions. En gros l'UE se tire une balle dans le pied au profit des pays qui polluent et qui du coup peuvent produire à moindre coût.