Fusillade au Texas

07 novembre 2017 21:58; Act: 07.11.2017 22:00 Print

Le portable du tueur «trop» crypté pour le FBI

Le FBI n'a pas encore pu accéder aux données du téléphone portable du tueur. Un obstacle qui pourrait relancer le débat sur le cryptage des communications et la protection de la vie privée.

Voir le diaporama en grand »

  • par e-mail
Sur ce sujet

Le tueur, Devin Patrick Kelley, a notamment contacté son père pendant sa fuite après avoir ouvert le feu dimanche sur des fidèles rassemblés dans l'église de Sutherland Springs, une bourgade de 400 habitants, tuant 25 paroissiens dont une femme enceinte et en blessant 20, selon les autorités. Un différend familial, notamment une dispute avec sa belle-mère à qui il avait envoyé des messages de menaces, pourrait être à l'origine du carnage, selon les enquêteurs.

«A cette heure nous ne sommes pas capables d'entrer dans ce téléphone», a expliqué Christopher Combs, responsable de l'enquête pour le FBI, lors d'un point-presse 48 heures après la tuerie. «Cela souligne un problème auquel nous avons déjà été confrontés avec les avancées de la technologie pour ces téléphones et l'encryptage, les forces de l'ordre au niveau local ou fédéral ont de plus en plus de mal à entrer dans ces téléphones», a-t-il affirmé, en refusant de confirmer que le portable incriminé était un iPhone.

Protection des données en péril

Apple s'était retrouvé au centre d'un bras de fer avec la justice américaine en refusant d'aider la police à contourner les mesures de sécurité pour accéder au contenu crypté d'un iPhone appartenant à l'un des auteurs de l'attentat de San Bernardino en Californie, qui avait fait 14 morts le 2 décembre 2015.

Le FBI voulait déterminer les liens éventuels d'un tireur avec le groupe Etat islamique mais le constructeur avait fait valoir que cela mettrait en péril la protection des données de centaines de millions d'utilisateurs d'iPhone. Le FBI avait finalement réussi à déverrouiller l'appareil grâce à des prestataires extérieurs qui n'avaient pas été identifiés.

7 000 téléphones bloqués

M. Combs a assuré mardi que le FBI réussirait de toute façon à accéder aux données du téléphone car le Bureau avait «des partenaires avec lesquels nous travaillons» pour décrypter les données des téléphones mobiles. En octobre, le directeur du FBI Christopher Wray avait admis l'ampleur du problème de décryptage sur le travail des enquêteurs, indiquant que les données de près de 7 000 téléphones portables n'avaient pas pu être débloqués dans les 11 précédents mois même si la police fédérale «a l'autorité légale pour le faire».

«C'est plus de la moitié des téléphones mobiles auxquels nous avons tenté d'accéder pendant cette période», a-t-il dit lors d'une conférence, «et c'est juste pour le FBI». «C'est un énorme, énorme problème», a souligné M. Wray, affirmant que cela perturbait des enquêtes sur des affaires de «drogue, de trafic d'être humain, d'antiterrorisme, de contre-espionnage, de gangs, de crime organisé et de pédophilie».

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Marcel le 08.11.2017 08:44 Report dénoncer ce commentaire

    Benjamin Franklin a dit un jour: "Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l'une ni l'autre, et finit par perdre les deux." - Aussi graves que soient les faits (crime, terrorisme), rien ne justifie de laisser un gouvernement accéder librement ou facilement aux données privées. C'est une mauvaise solution à un faux problème.

Les derniers commentaires

  • Marcel le 08.11.2017 08:44 Report dénoncer ce commentaire

    Benjamin Franklin a dit un jour: "Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l'une ni l'autre, et finit par perdre les deux." - Aussi graves que soient les faits (crime, terrorisme), rien ne justifie de laisser un gouvernement accéder librement ou facilement aux données privées. C'est une mauvaise solution à un faux problème.